photo site national ligne
hebdomadaire ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
enveloppe
fin des menus
Adresser toute correspondance à Lutte Ouvrière - BP233 - 75865 Paris Cedex 18
Lutte Ouvrière c/o Editions d'Avron, 6 rue Florian, 93500 Pantin - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe - enveloppe
L'éditorial
Le verdict du second tour des départementales est tombé : c’est la Bérézina pour le Parti socialiste. La droite dirigera désormais 67 départements, soit les deux tiers d’entre eux. Comme lors des élections municipales où le PS a perdu 150 villes de plus de 9 000 habitants, les élus socialistes locaux payent pour le discrédit du gouvernement. Bien que « locale », toute la campagne des départementales s’est faite sur des enjeux nationaux et a constitué pour les partis qui ont pu se présenter à l’échelle du pays un galop d’essai pour les prochains scrutins. Avec 28 départements gagnés, l’UMP, et Sarkozy en particulier, se voit reprendre le pouvoir en 2017. De son côté, Marine Le Pen a rebaptisé son parti « premier parti de France » parce qu’au premier tour, il a drainé un quart des voix, soit, en comptant les 50 % d’abstention, un électeur sur huit. Elle, aussi, se voit « en route pour le pouvoir ». Quant à la colère des électeurs du PS, « elle a été entendue », dit Valls. Mais il persiste et signe dans sa politique anti-ouvrière. Il serait même en train de préparer un nouveau contrat de travail grâce auquel l’employeur serait encore plus libre de licencier ! Les grands partis de la bourgeoisie voudraient continuer à nous lanterner d’échéances électorales en échéances électorales alors qu’elles ne servent qu’à redistribuer les postes et les sinécures entre politiciens. Ils veulent réduire toute la vie politique à ce simulacre de démocratie avec, en apothéose, l’élection présidentielle dont on nous dit qu’elle peut changer la vie de la population. Mais changer la vie des travailleurs, ce serait faire reculer les licencieurs et inverser le rapport de force avec le patronat pour limiter l’exploitation, la précarité et les bas salaires. Ce serait s’en prendre aux profits pour pouvoir embaucher et verser des salaires qui permettent de vivre. Ce serait mettre sous contrôle, non pas les chômeurs, mais tous ces grands groupes qui pillent les caisses de l’État et profitent du chômage de masse. Aucun des partis qui se vantent d’être « (...)
Sur l'agenda
Le prochain Cercle Léon Trotsky
Il aura pour sujet :
Temps de travail, salaires et lutte des classes
vendredi 10 avril 2015 - 20h30
Docks de Paris-Eurosites
Avenue des Magasins généraux - Aubervilliers
Métro : Front Populaire - ligne 12
Participation aux frais : 3 euros
Lutte Ouvrière à votre rencontre
mercredi 1er avril
jeudi 2 avril
vendredi 3 avril
samedi 4 avril
samedi 11 avril
dimanche 12 avril
lundi 13 avril
mardi 14 avril
mercredi 15 avril
jeudi 16 avril
vendredi 17 avril
samedi 18 avril
dimanche 19 avril
lundi 20 avril
mercredi 22 avril
jeudi 23 avril
vendredi 24 avril
samedi 25 avril
dimanche 26 avril
lundi 27 avril
mardi 28 avril
mercredi 29 avril
Dans l'actualité
lundi 30 mars 2015
  • GRÈVE ET MANIFESTATIONS LE 9 AVRIL
  • LA GRÈVE À RADIO-FRANCE CONTINUE
  • LE MEDEF VEUT LICENCIER FACILEMENT
  • CHÔMAGE : LE NAUFRAGE CONTINUE
  • LES BOURSES À NOUVEAU EN FOLIE
  • APRÈS LE YAOURT, LA FARINE
  • LES CAPITALISTES FRANÇAIS EN ENFER
  • GRÈCE : PAS D’AUSTÉRITÉ POUR LES RICHES
Communiqués
lundi 30 mars 2015
Le deuxième tour des élections départementales a confirmé le premier tour. Après avoir été désavoué par son propre électorat écœuré par sa politique, le Parti socialiste vient de perdre la majorité dans une bonne partie des départements en entraînant dans son recul ses anciens et futurs alliés de la gauche gouvernementale, des écologistes au Front de gauche. Pour avoir mené au gouvernement la politique de la droite, le PS est devenu le meilleur agent électoral de l’UMP et du Front national. Marine Le Pen a pu, le soir des élections, se réjouir de la confirmation de l’implantation locale de son parti et se (...) >suite
 
drapeau
Brèves
 
mardi 31 mars 2015
Au Yemen, des dizaines de civils ont été tués dans un raid aérien qui a touché un camp de déplacés. Ils avaient fui les bombardements de la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite. Écrasée par la dictature, puis sous la pression des milices chiites, (...)  >suite

mardi 31 mars 2015
Pour le compte de la Troïka (Banque Centrale Européenne, FMI et Union Européenne), le socialiste Pierre Moscovici menace le gouvernement grec : « le laps de temps est compté, car les échéances approchent ». Ce qu’il veut, et ce que veut la Troïka, (...)  >suite

mardi 31 mars 2015
Le ministre de l’Économie, Macron, en visite sur le site du lunettier Atol à Beaune a chanté la réussite de cette entreprise et assuré la promotion de ses futures « lunettes connectées 100 % made in France ». Le directeur général de ce groupe n’a pas (...)  >suite

mardi 31 mars 2015
Dans une interview au Figaro, le PDG de Nestlé-France, Richard Girardot, a lancé une charge contre les géants de la distribution dont il est le premier fournisseur. Et de mettre en cause les ententes entre distributeurs, les pressions sur les (...)  >suite

mardi 31 mars 2015
Mélenchon veut construire une « Nouvelle Alliance Populaire », pour présenter des listes aux prochaines élections régionales. Il voudrait bien rallier des politiciens de gauche qui prennent de la distance avec le gouvernement afin de ne pas partager (...)  >suite

lundi 30 mars 2015
Après l’attentat au musée du Bardo, et répétant l’initiative de Hollande au lendemain des attentats de janvier en France, le président tunisien a invité la population à « l’Union sacrée » et plusieurs chefs d’État à défiler avec lui. Hollande n’a pas (...)  >suite

lundi 30 mars 2015
Réunis à Bruxelles, la Grèce et ses créanciers (Banque centrale européenne, Fonds monétaire international et Commission européenne) ont de nouveau mené des négociations tout au long du week-end. Les dirigeants des grandes puissances européennes (...)  >suite
Le Journal
une

Souscription

Pour financer ses activités dans la période qui vient, Lutte Ouvrière ne peut compter que sur ses militants, ses sympathisants, sur tous ceux qui partagent avec nous la conviction qu’il faut mettre fin à l’organisation sociale actuelle basée sur l’exploitation, le profit privé et la concurrence.

C’est à eux que nous faisons appel aujourd’hui pour verser à notre souscription.

 
Panneaux LO
Newsletter
Vous souhaitez recevoir chaque lundi par e-mail l'actualité de Lutte Ouvrière ?
Inscrivez-vous sur la liste de diffusion nationale.

 

REVUE DE PRESSE