Le mirage capitaliste

Brève
20/03/2017

Quand les candidats parlent du chômage, ils évoquent parfois les « bons résultats » de l'Allemagne ou de la Grande-Bretagne, où le taux de chômage est bas. Certains parlent de miracle. Ils feraient mieux de parler de mirage. Car, dans ces deux pays, les travailleurs pauvres sont très nombreux : plus de 20 % des salariés à temps partiel ou en contrats temporaires, souvent très courts, et donc aux salaires très bas.

Cela convient très bien aux patrons mais pas aux travailleurs, qui ont besoin d'un véritable emploi et d'un salaire mensuel qui ne devrait jamais être inférieur à 1 800 euros net, que ce soit en France ou ailleurs en Europe.