Somme

Goodyear – Amiens : des condamnations qui restent scandaleuses

Brève
16/01/2017

rassemblement à Amiens le 11 janvier 2017

En appel, mercredi 11 janvier, la Cour d’appel d’Amiens a condamné sept des huit  travailleurs de Goodyear inculpés de séquestration lors de la fermeture de l’entreprise et a relaxé le huitième.
Les peines ont été ramenées à de 2 à 12 mois de prison avec sursis, il n’est donc plus question de la prison ferme décidée lors du précédent procès.
Mais ce jugement reste l’expression d’une justice chargée de faire appliquer le respect des règles du système capitaliste. Une illustration en a été donnée par l’avocat général qui a dit lors du procès «…  et si on accepte les séquestrations, on tue le dialogue social... ». 
Comme si ce dialogue social ne consistait pas à demander aux travailleurs d’accepter les sacrifices pour que les patrons continuent de faire des bénéfices !
Ces sanctions n’arrêteront pas tous ceux qui, dans la lutte de classe s’opposent au patronat et aux privilégiés.