Somme :  Whirlpool - Amiens : une fermeture pour augmenter les profits

Communiqué
25/01/2017
La direction annonce pour 2018 la fermeture et les licenciements des 290 salariés de l'usine qui fabrique des sèche-linge, ce qui menace aussi les 56 ouvriers de l'usine sous-traitante Prima.
 
Les actionnaires du numéro un mondial de l'électroménager ont régulièrement imposé des vagues de licenciements à l'usine d'Amiens, qui comptait 1200 ouvriers dans les années quatre-vingt, tout en augmentant la production, au prix de la flexibilité et d'une intensification du travail.
Ils ont pourtant continué à toucher des dizaines de millions d'euros d'aides de l’État, notamment dans le cadre de la loi De Robien.
Cela leur a permis de racheter leurs concurrents (Moulinex, Polar, Fisher-Payel, etc.) et récemment Indesit. Cette dernière acquisition a doublé le nombre de leurs usines en Europe.
Les actionnaires souhaitent à présent augmenter encore leurs bénéfices, maintenant la production tout en diminuant le nombre d'usines et de salariés à rémunérer.
 
En 2002, en réaction au plan de licenciement de 400 ouvriers, les grévistes avaient défilé dans Amiens en scandant « Whirlpool, la classe ouvrière va te botter le cul ».
La grève et ce slogan sont plus que jamais d'actualité pour ne pas laisser faire des actionnaires assoiffés de profits.
 
                                                                                                                                                                                           Bruno Paleni pour Lutte Ouvrière - Amiens