photo site national ligne
hebdomadaire ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
enveloppe
fin des menus
Revue de presse
Lorraine
imprimante
Le Républicain lorrain - lundi 18 février 2013
Un banquet, un meeting et un documentaire
JPEG - 84.5 ko

Gilles Balbastre, reporter d’images, a travaillé pour la télévision. Diffusé hier, au Calp, son documentaire co-réalisé avec Yannick Kergoat fait partie des nominés aux Césars. Photo Archives RL/Pierre HECKLER

La fête régionale de Lutte ouvrière a rassemblé plus de 200 militants, hier, à Metz. Après le banquet, un meeting animé par Jean-Pierre Mercier et un débat autour du film Les Nouveaux chiens de garde de Gilles Balbastre.

Sur fond musical, autour des tables dressées sur le parquet du Calp de Plantières, 216 convives terminent leur banquet fraternel. Au menu, en contrepartie de 15 EUR, une cuisse de poulet colombo, sa garniture et une ambiance résolument festive et conviviale.

« Tous les ans, nous organisons notre fête régionale à Metz. Dans un contexte particulièrement difficile et à l’heure où le gouvernement s’est mis au service du capitalisme, c’est surtout l’occasion de nous retrouver pour discuter des problèmes de la classe ouvrière », résume Étienne Hodara, responsable régional du parti de Nathalie Arthaud, Lutte ouvrière. Et qui dit rassemblement de l’Union communiste lorraine sous-entend bien évidemment l’organisation d’un meeting.

Entre syndicalisme et politique

Au pupitre, c’est d’abord Jean-Pierre Mercier qui s’y est collé (lire notre interview en pages Informations générales). Le porte-parole national de Lutte ouvrière, par ailleurs leader CGT de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, le concède : « Quand je suis à l’usine où la grève se poursuit de façon déterminée, je ne mets pas en avant mon appartenance politique. Même si la frontière est perméable entre les deux combats, syndical et politique, les idées se rejoignent et je reste un militant ». Un militant qui, dans un contexte marqué par « une avalanche de plans de licenciements », a su alimenter « un débat intéressant pour dire non à la casse des usines par le patronat. ».

Nominé aux Césars

L’après-midi s’est poursuivi par la diffusion du film Les Nouveaux chiens de garde tiré du livre éponyme de Serge Halimi et réalisé par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat.

En soulignant le fruit d’un travail collectif, le premier cité n’a pas boudé son plaisir de revenir sur la belle aventure du documentaire dont le côté corrosif dénonce « le manque de pluralisme de la presse française face au monde de la finance et aux pouvoirs en place ».

Fort de 230 000 entrées depuis sa sortie en salle en janvier 2012, en voyageant de meeting en meeting, le film vit une seconde vie et alimente les débats.

Une seconde vie seulement ? Peut-être bien une troisième puisque, dans la catégorie meilleur documentaire, il est nominé aux prochains Césars. « Connaissant le contexte difficile du cinéma, je n’ai pas d’affection particulière pour cette cérémonie. Mais, si nous y allons, c’est parce que notre film est soumis à un vote de la profession. Peut-être connaîtra-t-il une nouvelle sortie en salles ? », sourit Gilles Balbastre.

Au son de sa voix, une petite note de revanche : « C’est vrai, la Lorraine a été la seule région où le film a été mal distribué. Comme je vais où mes pas me mènent, je suis heureux d’avoir été invité par Lutte ouvrière... ».

M.-O. C

© Le Républicain Lorrain, Lundi le 18 Février 2013 / MTZ /
Droits de reproduction et de diffusion réservés


 
Adresser toute correspondance à Lutte Ouvrière - BP233 - 75865 Paris Cedex 18
Lutte Ouvrière c/o Editions d'Avron, 6 rue Florian, 93500 Pantin - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe - enveloppe