photo site national ligne
hebdomadaire ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
enveloppe
fin des menus
Revue de presse
Nord, Pas-de-Calais
imprimante
Nord Eclair - dimanche 11 décembre 2011
Hello, c’est L.O. !...
Edition Roubaix
JPEG - 14.1 ko

Hier, les militants de LO ont marqué leur territoire devant l’Eurotéléport. Avec l’ambition de convaincre les classes populaires.

Pour les militants de Lutte ouvrière, la campagne de Nathalie Arthaud est bien lancée. Hier, ils étaient à l’Eurotéléport.

De retour du congrès national, Françoise Delbarre et Pierre Langlet annoncent aussi des candidatures aux législatives.

Les marchés, les portes des entreprises, par n’importe quel temps, les militants de Lutte ouvrière comptent bien marquer leur territoire populaire au cours des mois qui viennent. Qu’importe s’il manque encore à Nathalie Arthaud quelques signatures pour entrer en compétition. La course est déjà lancée. « Les signatures on ne se fait pas de bile on les aura ! L.O. est présente à la présidentielle depuis 2004. On sait que même s’ils ne sont pas cartés chez nous, nombre de « petits » maires tiennent à ce qu’on soit présent. Notamment ceux des communes rurales qui se sentent de plus en plus mal défendues par les partis de gouvernement », indiquent Françoise Delbarre et Pierre Lenglet qui animent la section de Roubaix-Wattrelos tout en laissant entendre que LO compte également mettre son grain de sel aux élections législatives.

L’interdiction des licenciements, la répartition du travail entre tous, l’instauration d’une échelle mobile des salaires et des pensions, le contrôle de l’économie par les travailleurs seront les leitmotivs de cette campagne. « Ce sont des idées communistes », insiste Pierre Lenglet, des idées que, selon lui, en dépit des coups de menton de Jean-Luc Melenchon, le Front de gauche aurait laissé partir en déshérence.

« Quand l’euro est en difficultés les dirigeants européens sont capables de se réunir jusqu’à 5 h du matin », notent Mme Delbarre et M. Lenglet « mais pas de sommet européen quand il s’agit de faire régresser le chômage. Les gouvernements sont à la botte des marchés financiers. À la différence des autres appareils qui visent avant tout des postes, nous ne sommes pas un parti de gouvernement.

Ce ne sont pas les urnes qui infléchissent une politique mais la lutte.

© Nord Eclair


 
Adresser toute correspondance à Lutte Ouvrière - BP233 - 75865 Paris Cedex 18
Lutte Ouvrière c/o Editions d'Avron, 6 rue Florian, 93500 Pantin - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe - enveloppe