Renault Le Mans

Débrayages pour les salaires

Brève
16/02/2017

Un débrayage pour rappeler que c'est le travail des salariés qui crée les richesses, pas les actionnaires.

Lundi 13 février, à l'appel de la CGT, les ouvriers des différentes équipes (2 x 8, nuit, SD) avec des intérimaires, se sont rassemblés devant les portes de l'usine pour réclamer l'augmentation des salaires. Ce débrayage avait lieu le jour des négociations centrales, dont il est ressorti... 0,6 % d'augmentation pour un ouvrier de production, soit en moyenne 7 € par mois, soit 30 centimes par jour travaillé… Une aumône !

De quoi être en colère, comparé aux chiffres records que la direction de  Renault avait annoncé la semaine passée pour 2016 : 13 % de chiffre d'affaires en plus, 13 %  d'augmentation des ventes de véhicules, plus de 3,5 milliards d'euros de profit en hausse de plus de 20 % !     

Et Ghosn en a rajouté encore dans le cynisme, car il a déclaré qu'il mériterait bien une augmentation (lui qui touche plus de 15 millions d'euros de salaire annuel) pour avoir bien travaillé, au vu des bons résultats du groupe.

C'est inacceptable et c’est ce qu’ont dit tous ceux qui ont débrayé !