Aisne

Ex-Nexans – Chauny : le groupe veut se faire de l’argent… jusqu’au bout

Brève
15/01/2017



sigle du groupe

Alors que c’est en 2009 que l’usine de Chauny a fermé en laissant 210 salariés sur le carreau, il aura fallu 5 ans au leader mondial de l’industrie du câble, pour déménager les machines, déblayer les bâtiments et les démolir !
 
Et depuis, la situation est au point mort ce qui exaspère les riverains qui voient devant eux toute une zone pleine de gravats.
Les projets de la mairie ne manquent pas, construction d’un bassin de rétention, création d’un parc paysager, constructions de cellules commerciales et artisanales, mais pour l’instant c’est Nexans qui reste propriétaire des lieux et aucun accord n’a été trouvé.
Car, comme le résume un ancien salarié, « cela donne vraiment l’impression que le groupe veut récupérer le moindre centime » et tirer maintenant de l’argent de la vente des terrains.
 
Le nouveau préfet de l’Aisne a assuré en début d’année vouloir régler la situation mais son prédécesseur avait déjà réuni des représentants de la ville et ceux du groupe sans résultat.
 
Peu de temps avant la fermeture, une aide de 58 millions d'euros au titre du Fonds stratégique d'investissement avait été versée au groupe.
Cela illustre les rapports entre l’État, les gouvernements et tous ceux qui les représentent et ces grands groupes.
Ils ne sont que les serviteurs de ce grand patronat qui se moque des conséquences que peuvent avoir les décisions pour de petites villes ouvrières comme Chauny, de fermer des usines dans le seul but de sauvegarder les profits.