photo site national ligne
hebdomadaire ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
enveloppe
fin des menus
imprimante
30 janvier 2015

Le million de personnes qui empruntent le RER A, traversant la région parisienne, ont connu la galère hier jeudi : suite à l’agression d’un des leurs, les conducteurs ont arrêté spontanément le travail. Politiciens et médias ont immédiatement hurlé à la prise en otage, d’autant que les lois anti-grève sur le service minimum et le préavis obligatoire n’ont pas empêché les travailleurs du RER A d’exprimer massivement leur colère.

La galère sur le réseau des transports publics, c’est en permanence pour les travailleurs qui l’utilisent ou le font fonctionner. Le déraillement d’un TGV sur la ligne du RER, qui a également semé la pagaille pour de nombreux usagers mercredi, a été beaucoup moins médiatisé.

Or c’est souvent le manque de moyens humains et les économies sur la sécurité qui aggravent les incidents, agressions ou pannes mécaniques. Mais les autorités qui en sont responsables sont moins bavardes sur cet aspect…


30 janvier 2015

En voyage en Chine, Valls a promis monts et merveilles aux patrons chinois pour les inciter à investir en France. Il leur a assuré que « tous les obstacles » seraient levés devant eux, qu’ils n’avaient pas à craindre « notre droit social » et qu’ils pourraient faire en France « de très belles affaires ». C’est vrai que les patrons chinois, tout comme les patrons « bien d’chez nous », ont de moins à moins à craindre le droit social en France, vu la façon dont l’équipe Valls-Macron le démolissent.

En échange la brochette de grands patrons français qui accompagnent Valls au pays du soleil levant, espèrent faire, eux aussi, de très belles affaires en Chine. C’est la raison essentielle, voire la seule, de ce déplacement du Premier ministre. Mais dans son discours de représentant de commerce, il a omis un élément : les traditions de lutte des travailleurs chinois.


30 janvier 2015

L’État américain de Géorgie a exécuté un handicapé mental, après avoir eu le feu vert de la Cour suprême, plus haute instance juridique des États-Unis. L’homme avait été reconnu coupable des meurtres de sa compagne et plus tard d’un codétenu.

La peine de mort est dans tous les cas un assassinat inacceptable. Mais faire tuer froidement un prisonnier reconnu irresponsable par de nombreux experts, dont le quotient intellectuel (QI) est très, très bas, 70, et dont même les jurés qui l’avaient condamné demandent la grâce, c’est de l’acharnement. C’est d’autant plus choquant qu’il est le fait de grands magistrats, propres sur eux, cultivés, de gens qui se prétendent civilisés.


30 janvier 2015

Étranglés financièrement par l’État, les hôpitaux publics ont été poussés à s’endetter ces dernières années. Les banques leurs ont fourgué des prêts à taux variables, dont certains liés au franc suisse. Or la hausse brutale du franc suisse depuis le 15 janvier a fait passer leurs taux d’intérêt à 25 %, faisant par exemple exploser la dette d’un grand centre hospitalier de 21 à 35 millions d’euros du jour au lendemain.

Les hôpitaux ne sont pas les seuls à être pris au piège des agissements d’un système financier escroc : il y a aussi des maisons de retraite, des mairies, des départements, etc., pour environ 3 milliards d’euros.

C’est fou, c’est dangereux, c’est la spéculation, c’est le capitalisme.


29 janvier 2015

Un amendement de la loi Macron prévoit de renforcer le « secret des affaires », mesure qui pourrait interdire plus rigoureusement à des journalistes de publier des informations mettant en cause des entreprises, sous prétexte de lutte contre l’espionnage industriel.
Si le scandale de l’amiante ou celui du Mediator ont pu être longtemps maintenus sous le boisseau, c’est que des patrons se sont protégés derrière ce fameux « secret des affaires ».

Ce projet suscite à juste titre une levée de boucliers parmi les journalistes, à tel point que le gouvernement parle de l’atténuer. Quoi qu’il en soit, cet épisode est révélateur. Une fois encore, le gouvernement s’est décarcassé pour assurer une meilleure protection au patronat.


29 janvier 2015

En 2014, la construction de logements neufs a battu un record en France : celui du plus petit nombre de mises en chantier depuis 1997. Elles ont été au nombre de 300 000, soit 10 % de moins que l’année précédente.

Hollande, dans son programme électoral de 2012, avait fixé l’objectif de 500 000 mises en construction par an. C’était déjà loin du compte quand on connaît le nombre de personnes sans logement ou mal logées, mais même ce minimum, le gouvernement ne l’atteint pas. Et c’est d’autant plus scandaleux que la plupart de ces logements neufs sont inaccessibles pour les petits revenus. Les dirigeants politiques peuvent faire toutes les promesses qu’ils veulent, c’est le marché qui décide.


29 janvier 2015

Le montant dépensé en 2014 dans les transferts de footballeurs entre clubs a dépassé les 4 milliards de dollars.

Entre paris sportifs, droits de diffusion et chaînes payantes, sponsors publicitaires, clubs cotés en Bourse et stars du ballon, les affairistes, les rois du pétroles ou les oligarques russes et autres capitalistes tiennent avec le foot un filon qui rapporte gros à certains.

Ce spectacle qu’est devenu le sport à ce niveau, et pas seulement le foot, n’a guère à voir avec l’esprit d’équipe ou l’effort collectif et solidaire dont on nous vante les mérites. C’est le fric qui domine de plus en plus et qui est champion.


28 janvier 2015

L’aggravation du chômage est de plus en plus catastrophique : plus de 50 000 chômeurs supplémentaires en décembre. Le nombre de travailleurs inscrits à Pôle emploi dépasse les 5,5 millions. Et il ne s’agit que de ceux qui entrent dans les statistiques, le nombre réel de chômeurs étant nettement plus élevé.

La faute à qui ? A la fatalité ? Pas du tout. La faute au grand patronat qui, pour maintenir ou augmenter ses profits, licencie à tour de bras. Avec l’aide du gouvernement qui au travers de plusieurs articles de la loi Macron, actuellement en discussion au parlement, veut faciliter encore plus les licenciements…


28 janvier 2015

In Salah et d’autres villes du sud de l’Algérie ont connu de nouvelles manifestations en début de semaine contre l’exploitation du gaz de schiste. Cela fait un mois que les protestations se succèdent, rassemblant des milliers de personnes qui craignent que les nappes d’eau qui les alimentent soient polluées.

Ces populations du Sud, délaissées et défavorisées, veulent se faire entendre face à des gouvernants sourds à leurs intérêts, sensibles, par contre, aux exigences des privilégiés. En manifestant, ils ont choisi le bon moyen.


28 janvier 2015

En 2014, Tim Cook, le remplaçant de Steve Jobs à la tête d’Apple, a touché plus de 9 millions de dollars, doublant ainsi ses revenus par rapport à l’année précédente. Les actionnaires ont voulu le récompenser pour un chiffre d’affaires en hausse de 7 %.

On n’a pas entendu parler d’une telle « récompense » pour les ouvriers chinois des sous-traitants d’Apple comme Foxconn et Pegatron. Doubler les salaires de ceux qui, par leur travail, permettent aux actionnaires de se montrer généreux avec leur PDG, ce ne serait que justice. Mais ça, pas question !


28 janvier 2015

La France doit plus d’un milliard d’euros à la Commission européenne. Il s’agit de subventions agricoles qui auraient été versées en trop entre 2008 et 2012, à cause de mauvaises déclarations des exploitants ou de mauvais calculs de l’administration française. Ce sont surtout les plus riches qui profitent de ces aides, en particulier les gros céréaliers.

Mais pas de souci pour ces capitalistes de l’agriculture. Ils ne rembourseront pas, puisque le ministre de l’Agriculture leur assure que l’État, autrement dit les contribuables, prendra tout à sa charge.


27 janvier 2015

Au Caire, les manifestations qui ont eu lieu à l’occasion du quatrième anniversaire du soulèvement populaire contre Moubarak ont été violemment réprimées par la police. Quinze manifestants y ont laissé la vie, dont la jeune militante socialiste Shaima al Sabbagh.

Dans l’Égypte que préside désormais le général al Sissi, c’est l’armée qui est toujours au pouvoir, la même qui avait fait un millier de morts dans la répression des anti-Moubarak en janvier-février 2011.


27 janvier 2015

Sverker Martin-Löf, grand patron suédois à la tête de plusieurs sociétés parmi les plus puissantes du pays, vient de démissionner, suite à des révélations concernant son train de vie. Pour agrémenter ses séjours dans son luxueux domaine de chasse, il faisait quérir en jet privé femmes et enfants de ses collaborateurs, chefs cuisiniers de renom international, et même ses chiens de chasse !

Alors que des licenciements sont en cours dans certaines des entreprises sous sa coupe, la mise sur la place publique de ses petites habitudes a eu l’effet d’une bombe. On n’aperçoit d’ailleurs sans doute que la partie émergée de l’iceberg. Ces mœurs et ces pratiques font penser à celles de la noblesse en France, avant qu’une Révolution, en 1789, vienne abolir ses privilèges.


26 janvier 2015

Depuis la mort du roi Abdallah, les visites de chefs d’État en Arabie Saoudite se succèdent. François Hollande a été l’un des premiers à venir présenter ses condoléances... et à rappeler que la France continuera à traiter le pays en « partenaire à la fois sur le plan économique et politique », c’est-à-dire à lui acheter du pétrole et à lui vendre des armes.

Bâillonner les femmes et les pauvres, fouetter les blasphémateurs, exécuter les condamnés à mort au sabre et en public : les dirigeants des puissances impérialistes n’ont pas de mots assez durs pour condamner ces actions quand elles sont signées Al-Qaida ou Daesh.

Mais les dirigeants des grandes puissances ont un tout autre regard quand il s’agit d’une dictature, tout aussi féroce et barbare, mais alliée.


26 janvier 2015

Huit ans après l’éclatement du scandale, le procès de l’affaire Bettencourt commence à Bordeaux. La milliardaire octogénaire a-t-elle été victime de la cupidité de son entourage ? La justice a cinq semaines pour répondre à cette question.

Par contre, on peut affirmer dès à présent que les salariés de L’Oréal sont victimes depuis longtemps de la cupidité de la famille Bettencourt, qui a construit sa fortune sur leur exploitation.



Adresser toute correspondance à Lutte Ouvrière - BP233 - 75865 Paris Cedex 18
Lutte Ouvrière c/o Editions d'Avron, 6 rue Florian, 93500 Pantin - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe - enveloppe