photo site national ligne
hebdomadaire ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
enveloppe
fin des menus
imprimante
22 mai 2015

Les 23, 24 et 25 mai, Lutte Ouvrière fait la fête, à Presles dans le Val d’Oise. Ce sont 3 jours de débats, d’internationalisme et de fraternité. Il y aura de nombreux spectacles, des films, des exposés scientifiques, l’histoire de la conquête de l’espace, une cité des arts, un village médiéval, un arboretum, des reconstitutions préhistorique, des spécialités régionales et de divers pays... et bien d’autres choses...

Et tout ça pour seulement 20 euros pour les 3jours. À ne pas manquer.


22 mai 2015

À l’infamie des contrôles renforcés contre les chômeurs, qui insulte tous ceux qui peinent à trouver un emploi, le Ministre du Travail Rebsamen ajoute une touche de crapulerie : il s’en est pris lors d’une interview récente au plafond selon lui trop élevé de l’indemnisation du chômage de certains hauts cadres touchant jusqu’à 6 000 euros mensuels d’allocation. Mais il reste silencieux sur les milliards qu’empochent les actionnaires, grâce aux cadeaux du gouvernement dans lequel siège Rebsamen. Pourtant les assistés, les vrais, ce sont ces derniers.

Il entend donner de la trique contre ceux qui ont perdu leur emploi, et du rabot contre ceux qui toucheraient des retraites pas trop minables. C’est un ministre et un gouvernement qui travaillent pour le capital.


22 mai 2015

Le Conseil d’administration du groupe cimentier Lafarge vient d’attribuer une prime de 2,5 millions d’euros à son PDG Bruno Lafont, pour le féliciter de la fusion réussie avec le groupe suisse Holcim. Dans le même temps, la direction de l’entreprise annonce la suppression de 380 postes à l’échelle du groupe, dont 166 en France.

Le groupe issu de la fusion Lafarge-Holcim, deviendra le numéro un mondial du secteur avec 27 milliards d’euros de chiffre d’affaire. Et il n’aurait pas les moyens de garder tous les salariés ? À d’autres !


22 mai 2015

Attaqués par Martin Hirsch, le directeur de l’APHP, qui veut leur supprimer des jours de repos, les travailleurs hospitaliers ont montré leur volonté de voir ce « plan Hirsch » mis à la poubelle.

Venant de dizaines d’hôpitaux, ils se sont rassemblés à plusieurs milliers au centre de Paris pour crier leur colère.

Hirsch, essaye de manœuvrer pour amener les syndicats à négocier avec lui. Mais les manifestants ont crié dans la rue qu’il n’y a rien à négocier.

Renforcés par cette journée réussie ils préparent une nouvelle journée de grève plus massive le 28 mai, au cri de « pas touche aux RTT ».


22 mai 2015

Un rapport de l’OCDE confirme la croissance depuis 30 ans des inégalités dans les 34 pays qui composent cette organisation. Le revenu des 10 % les plus riches est aujourd’hui 9,6 fois plus élevé que celui des 10 % les plus pauvres. Dans les années 1980, ce multiplicateur était de 7.

L’OCDE est composée surtout des pays les plus développés. Ses dirigeants expliquent que les inégalités seraient mauvaises pour la croissance. Cela n’empêche aucunement les gouvernements des pays membres de l’OCDE de pratiquer des politiques qui creusent ces inégalités.

Cherchez l’erreur.


22 mai 2015

L’OIT vient de publier des statistiques sur l’emploi qui indiquent que plus de 60 % des travailleurs dans le monde n’ont pas un emploi fixe. Et cette proportion est en augmentation Au vingt-et-unième siècle, la réalité du capitalisme c’est l’incertitude du lendemain.


21 mai 2015

Les 700 000 bénévoles de SOS Amitié reçoivent un appel toutes les 40 secondes et, débordés, sont contraints de laisser 1 000 appels par mois sans réponse. Les problèmes évoqués par les personnes qui téléphonent dressent la liste de tout ce qui ne tourne pas rond dans cette société basée sur l’oppression et l’exploitation : chômage et surendettement, pressions au travail, violence conjugale, addictions... Les appels jugés suicidaires ont même augmenté de 14 % en un an.

Et il y a encore des imbéciles haut placés pour nous répéter que le capitalisme est synonyme d’épanouissement.


21 mai 2015

Les travailleurs de quatre grandes usines (Renault, Fiat, une usine d’outils de presses et une autre produisant des phares automobiles) poursuivent la grève à la fois contre les sanctions, pour la fin du monopole du syndicat Turk Metal, qualifié de mafieux par les travailleurs, mais surtout pour une augmentation d’environ 130 euros (somme que les ouvriers de l’usine Bosch, voisine, viennent d’obtenir). Les travailleurs occupent ces usines et ont élu des délégués. Ceux d’autres équipementiers (dont Delphi et Valeo) participent à des actions et commencent à se mettre en grève à leur tour.

La grève a aussi gagné les deux usines Ford, dans des villes plus proches d’Istanbul, qui étaient touchées par le manque de pièces. Cela pose un réel problème au patronat turc. Il serait sans doute prêt à céder sur les licenciements et sur la représentativité syndicale, mais craint qu’en cédant sur les salaires, cela embrase tout le pays. Mais peut-être que c’est au contraire le fait de ne pas reculer qui étendra encore le mouvement !

Les travailleurs ont d’ores et déjà montré leur force et leur détermination dans les usines de Bursa, ils disent : « Dans l’automobile en Turquie, maintenant il n’y a plus de marche arrière ». Il faut espérer que la contagion de leur grève les renforce.


21 mai 2015

Sapin, le ministre des Finances, a annoncé mercredi un taux de 1,5% de croissance économique d’ici à la fin de l’année. En matière de prévision, ces prétendus spécialistes de l’économie ont en fait la même compétence qu’une Madame Irma avec sa boule de cristal !

Après Sarkozy qui promettait « d’aller chercher la croissance avec les dents » et Hollande qui nous promettait, lui, d’inverser la courbe du chômage dans l’année, Sapin joue la prudence. Il suggère à mi-mots que, même avec ce 1,5%, une amélioration de la situation de l’emploi restera suspendue au bon vouloir des patrons.

Ce n’est pas Sapin qui va les y contraindre : lui se contentera de prêcher la patience et de lanterner ceux qui en crèvent de rester au chômage.


21 mai 2015

Une enquête faisant le point sur les tarifs des maisons de retraite vient rappeler le décalage choquant qui existe entre le niveau moyen des retraites (1 240 euros par mois pour les femmes, 1 704 euros pour les hommes) et le coût moyen du séjour (entre 2 300 et 3 000 euros selon les régions).

Sachant que bien des travailleurs, et surtout des travailleuses, touchent en fait moins de 1 000 euros par mois, et que les tarifs peuvent grimper jusqu’à 5 000 euros mensuels en Île-de-France, le résultat est clair : ce sont souvent les économies de toute une vie qui financent les loyers. Et quand la tirelire est vide, ce sont les enfants qui sont mis à contribution – alors même qu’avec un salaire gelé, ils doivent en plus aider leurs propres enfants à finir leurs études ou à survivre au chômage.

Un séjour en maison de retraite gratuit quand on s’est fait exploiter toute sa vie, ce ne serait pourtant pas volé.


20 mai 2015

Le conseil municipal de Los Angeles, en Californie, vient de voter l’augmentation du salaire minimum de 9 à 15 dollars de l’heure. Il était temps car la moitié des salariés de cette métropole sont concernés. Ils survivent actuellement avec des salaires de misère dans la ville la plus riche de l’État le plus riche du pays le plus riche du monde.

Los Angeles n’est pas la première ville américaine à prendre une telle mesure. Elle est cependant la plus peuplée à le faire. Mais elle n’impose pas cette augmentation salariale immédiatement. Les 15 dollars de l’heure devront être atteints en 2020. Une générosité parcimonieuse, lente et bien dosée.


20 mai 2015

Dans un discours tenu devant un parterre d’élus régionaux, Hollande a dressé son bilan. Il prétend mener une politique qui mettrait « la finance au service de l’économie réelle ». Manière de prétendre qu’il commande à la finance et que cette dernière obéit aux injonctions présidentielles. Quelle blague !

En 2013 Mittal fermait ses hauts-fourneaux à Florange, et aujourd’hui Arcole liquide le transporteur Mory Global. Les patrons décident, et le pouvoir socialiste entérine. Mieux, il encourage de la parole et du geste le patronat. Rien qu’avec les crédits d’impôt c’est au moins 40 milliards d’euros d’argent public chaque année que Hollande a offerts au grand patronat.

Quand Hollande parle de la finance au service de l’économie, il faut entendre les finances publiques au service des capitalistes. Lapsus ?


20 mai 2015

En visite dans une usine à Nantes, Macron a livré aux travailleurs et aux journalistes présents sa vision de « l’industrie du futur ». Elle reposera, a-t-il dit, sur « une vague d’investissements inédits » de 3,4 milliards d’argent public donné au privé, ainsi que sur une déduction fiscale de 140 000 euros chaque fois qu’un patron investira 100 000 euros.

Arroser le grand patronat pour qu’il veuille bien se donner la peine de « moderniser l’économie » sans forcément créer des emplois, cela servira - c’est la seule certitude - à abonder le magot des actionnaires, sans qu’ils aient à faire d’effort financier réel. Et ce même Macron, à l’unisson avec le gouvernement, dont il est un des fleurons, explique que les patrons méritent leurs profits exorbitants car ils prennent des risques. Mais quels risques, sinon celui d’une obésité financière ?


19 mai 2015

La grève qui a éclaté jeudi dans l’usine Renault de Bursa s’est étendue à l’autre grande usine de cette ville industrielle, Fiat, et à deux importants sous-traitants automobiles. Plus de 15 000 ouvriers sont en grève dans les zones industrielles de Bursa, revendiquant de fortes hausses de salaires. Des milliers de travailleurs de différentes entreprises viennent discuter devant ces usines.

Les raisons de ces grèves sont multiples : l’inflation en Turquie est de plus de 7% par mois en mars et en avril, et le prix de certaines denrées a doublé. Or les accords pluriannuels d’entreprise, signés par le syndicat en place, ne prévoient que des augmentations de l’ordre de… 3% par an. Du coup des grèves puissantes ont éclaté ici ou là depuis quelques mois. Ces grèves sont massives, et ont réussi à imposer de faire machine arrière aux directions qui menaçaient de licencier des « meneurs ». À Bursa, les travailleurs de Bosch (sous-traitant de Renault) ont obtenu il y a quelques semaines une augmentation de l’ordre de 60%. Du coup les travailleurs de Renault réclament la même chose. Le patronat et le gouvernement turc craignent que le mouvement se généralise : c’est effectivement cela qui pourra les faire reculer.

Vive la lutte des ouvriers de Turquie !


19 mai 2015

À l’initiative des organisations antiracistes, une loi rendant obligatoire le CV anonyme avait été adoptée en 2006. Alors que décrocher un emploi est une galère, il s’agissait de ne pas donner moins de chance aux candidats portant un nom d’origine étrangère qu’aux autres.

Eh bien, même cette mesurette n’a jamais été mise en pratique, car les décrets d’application ne sont pas parus. C’est vraiment tous les jours que le gouvernement socialiste fait la démonstration de son indifférence aux discriminations vécues dans les classes populaires, et de sa lâcheté devant les pressions des milieux réactionnaires.



Adresser toute correspondance à Lutte Ouvrière - BP233 - 75865 Paris Cedex 18
Lutte Ouvrière c/o Editions d'Avron, 6 rue Florian, 93500 Pantin - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe - enveloppe