photo site national ligne
hebdomadaire ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
enveloppe
fin des menus
imprimante
30 septembre 2014

Pharmaciens, médecins généralistes, dentistes, ophtalmologistes, huissiers, avocats étaient appelés à se mobiliser contre le projet de réforme du gouvernement qui avait annoncé, en juillet, par la voix de Montebourg qui était encore ministre, son intention de déréglementer ces professions en les ouvrant davantage à la concurrence et à des investisseurs privés extérieurs à ces secteurs.

En s’attaquant à ces professions, le gouvernement essaye, dit-il, de remettre en cause des « privilèges » dans l’intérêt des consommateurs. C’est une blague. Certes, les membres de ces corporations ne sont pas les plus à plaindre. Mais en quoi, pour ne prendre que l’exemple des pharmaciens, autoriser la vente de médicaments dans les grandes surfaces se traduirait par une amélioration pour les malades ?

L’un après l’autre, les membres de ces professions ont choisi de se faire entendre en fermant boutiques et en manifestant dans la rue à l’appel de leurs organisations corporatives.

Les travailleurs, pourtant plus rudement attaqués par ce gouvernement, devraient-ils être les seuls à rester l’arme au pied ?


30 septembre 2014

Selon la dernière étude d’UBS (Union des banques suisses), la plus grande banque de gestion de fortune dans le monde, le nombre de milliardaires a progressé de 7% entre juillet 2013 et juillet 2014. Ils sont 2 325 à se partager 7 300 milliards de dollars. Les États-Unis en dénombrent à eux seuls le quart du total mondial.

Les riches se portent bien !


30 septembre 2014

Les tarifs du gaz doivent augmenter de près de 4 % à compter du 1er octobre. Cela ferait suite à un changement de la formule de calcul des prix cet été et, comme par hasard, cette modification entraîne une hausse…

Ces spécialistes de l’arithmétique gazière sont forts pour trouver la bonne recette pour accroître les richesses des gros actionnaires du secteur. De plus à la veille de l’hiver. Un abus de plus !


30 septembre 2014

Selon un rapport de l’Organisation internationale pour les migrations, le nombre de migrants ayant péri en Méditerranée depuis janvier a atteint le nombre record de 3 072, soit plus du double que lors du pic de 2011, année du « printemps arabe ».

Sinistre bilan à mettre au compte des pays riches qui ont barricadé leurs frontières.


30 septembre 2014

Selon l’Unedic, le nombre de demandeurs d’emploi devrait augmenter de 44 000 personnes d’ici à la fin de l’année et de 96 000 de plus en 2015. C’est la conséquence chiffrable de l’offensive du patronat contre les emplois et de la politique du gouvernement qui lui laisse les mains libres, quand il ne l’aide pas à licencier.

Il n’y a vraiment qu’une explosion sociale qui pourra enrayer cette hémorragie !


30 septembre 2014

Le gouvernement a annoncé des mesures soi-disant destinées à rétablir les comptes de la Sécurité sociale. Parmi elles, il y a notamment la baisse de la prime à la naissance (actuellement de 923 euros) qui sera divisée par trois à compter du deuxième enfant et une réforme du congé parental. Celui-ci devrait obligatoirement être réparti entre les deux parents. Cela entrainera en fait une réduction des congés effectivement pris car très peu d’hommes demandent à en bénéficier. Le gouvernement le sait bien mais il ne prévoit rien pour améliorer cette situation.

Il faut beaucoup de cynisme pour présenter une telle mesure comme favorisant « l’égalité homme-femme ».


30 septembre 2014

L’Insee vient d’annoncer que l’endettement de la France atteignait 95,1 % du PIB à la fin du deuxième trimestre 2014. Pour la première fois, la dette de l’État dépasse le seuil des 2 000 milliards d’euros.

L’État français, comme les autres, a inondé de milliards les banques menacées de faillite par leurs opérations spéculatives, sans oublier les milliards de cadeaux fiscaux au grand patronat.

Cette dette n’a pas été creusée par les classes populaires, ni à leur profit. Elle a été engloutie par les riches. A eux de la payer !


29 septembre 2014

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a annoncé pour 2014 que le déficit du régime général de la Sécurité sociale serait supérieur à 11,7 milliards, contre 9,8 milliards prévus. Avec pour conclusion que de nouvelles « mesures d’économies » seraient nécessaires.

Mais ce déficit, le gouvernement va contribuer à le creuser encore plus en accordant toujours plus d’exonérations de cotisations au patronat. Et les sacrifices qui vont être imposés aux travailleurs et aux classes populaires sous prétexte de « rétablir les comptes de la Sécu » ne serviront qu’à compenser ces cadeaux au patronat !
Pas d’accord !


29 septembre 2014

Alors que les frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par les États-Unis se multiplient en Irak et en Syrie, l’ONG Human Rights Watch dénonce la mort de civils touchés par des missiles américains. Ils ne seront malheureusement pas les seuls, car les milliers de bombes censées viser les raffineries de pétrole sous le contrôle de l’État islamique (EI) ne peuvent faire la différence entre les miliciens et les civils.

Comme naguère en Irak, en Afghanistan et en Libye, sous prétexte de « lutter contre le terrorisme », les interventions armées des grandes puissances ne font que semer la mort et la désolation, sans discernement, y compris parmi les populations civiles.


29 septembre 2014

Le Sénat, comme prévu, est repassé à droite. Les sénateurs étant élus par les maires et les grands électeurs, ce basculement à droite est donc dans la continuité des élections municipales, calamiteuses pour le Parti socialiste.

Une majorité de gauche au Sénat, qu’est-ce que cela a apporté aux travailleurs et aux classes populaires ? Rien du tout ! Elle avait cautionné, parfois en chipotant un peu, la politique anti-ouvrière d’un gouvernement qui menait la politique de la droite.

Si certains notables socialistes ont perdu leur sinécure, si le gouvernement a subi une défaite symbolique - une de plus - la situation reste la même pour le monde du travail, qui devra défendre ses intérêts sur un tout autre terrain que celui, dérisoire, d’élections dont les électeurs ne sont eux-mêmes que des notables issus d’une élection précédente.


26 septembre 2014

Après l’abandon du projet « low cost » Transavia Europe, les pilotes d’Air France poursuivent leur grève pour obtenir des garanties sur les conditions de travail dans la filiale Transavia France. Ils veulent mettre à profit, logiquement, le rapport de force qu’ils ont su instaurer.

Si les directions des syndicats du personnel du transport aérien se préoccupaient vraiment des intérêts des travailleurs, elles appelleraient les autres catégories de salariés d’Air France, et au delà, l’ensemble des travailleurs à les soutenir et même à se joindre aux grévistes. Car si la grève se généralisait, cela permettrait de faire ravaler au patronat et au gouvernement tous ces plans de compétitivité imposés à tous.

En ne le faisant pas, voire, pour certains dirigeants syndicaux, en dressant une partie des travailleurs contre une autre sous prétexte de dénoncer le corporatisme des pilotes, ou pire en réclamant « le partage des efforts », ils ne choisissent pas le camp des travailleurs. C’est le moins que l’on puisse dire !


26 septembre 2014

Ayant dû manger son chapeau en retirant le projet Transavia Europe, le PDG d’Air France, Alexandre de Juniac, serait, paraît-il, sur un siège éjectable. Mais quoi qu’il arrive, il ne connaîtra pas l’angoisse des milliers de salariés qui perdent brutalement leur emploi.

Ce monsieur dispose de multiples parachutes. Ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde quand elle était à Bercy, ex-collaborateur de Sarkozy, il est l’un de ces hauts cadres de la bourgeoisie qui passent des cabinets ministériels à la tête des grandes sociétés. En claquant des doigts, il a été invité successivement au journal de 20h des trois chaînes de télévision pour dénigrer les grévistes.

Mais face à des travailleurs déterminés, malgré leur arrogance et leur entregent, ces grands commis de la bourgeoise se retrouvent en culotte courte.


26 septembre 2014

Avec près de 100 milliards de dollars de chiffre d’affaire, Carrefour est le troisième géant de la distribution mondial. Il n’y a pas de crise pour Bernard Arnault, son principal actionnaire, première fortune française.

Dans le même temps, le gouvernement s’est engagé à subventionner les producteurs de légumes bretons qui auraient du mal à écouler leurs produits à cause, en partie, de l’embargo russe. Mais, embargo ou pas, ces producteurs sont chaque année soumis aux exigences de la grande distribution qui achète les légumes au plus bas et les revendent au plus haut.

Ces aides publiques aux producteurs servent, de fait, à compenser ce que Carrefour et compagnie leur volent. Cette fois encore l’argent public finira dans les caisses du grand patronat.


25 septembre 2014

Gattaz, au nom du Medef, a résumé son plan d’attaques contre les travailleurs dans un « petit livre jaune ». Il persiste à réclamer la suppression du smic, des limites hebdomadaires de travail et celle de plusieurs jours fériés.

Et tout ce qu’a trouvé à répondre le ministre du Travail Rebsamen, c’est de pleurnicher sur le manque de reconnaissance des patrons à qui il vient pourtant d’offrir 41 milliards de cadeaux.

La boulimie de nos exploiteurs est sans limites. Il serait temps de leur imposer une diète sérieuse et salutaire… pour le monde du travail et pour la collectivité.


25 septembre 2014

Après l’ignoble exécution d’Hervé Gourdel en Algérie, Hollande est intervenu devant l’ONU pour justifier la guerre et les bombardements américano-français en Irak. Selon lui, cette intervention militaire serait aussi nécessaire que de réagir face à l’épidémie d’Ebola.

Mais c’est la multiplication depuis des décennies des interventions occidentales au Moyen-Orient qui a engendré la barbarie et le terrorisme. Celle d’aujourd’hui viendra les alimenter un peu plus.

Quant à l’épidémie d’Ebola, c’est au contraire l’absence d’intervention des gouvernements des pays riches qui est choquante.

Deux volets de la politique des pays impérialistes.



Adresser toute correspondance à Lutte Ouvrière - BP233 - 75865 Paris Cedex 18
Lutte Ouvrière c/o Editions d'Avron, 6 rue Florian, 93500 Pantin - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe - enveloppe