photo site national ligne
hebdomadaire ligne
mensuel ligne
audio-LO ligne
U.C.I. ligne
la fête ligne
enveloppe
fin des menus
imprimante
30 octobre 2014

Les ministères du Travail et de la Jeunesse ont annoncé mercredi la création d’un « groupe de travail sur la lutte contre les discriminations dans le monde du travail ». Il devra notamment se prononcer sur l’efficacité du CV anonyme, inscrit dans la loi depuis 2006 mais dont les décrets d’application n’ont jamais été publiés.

Les entreprises, et en particulier les plus grandes, suppriment des emplois à tours de bras avec la bénédiction du gouvernement. Ce n’est pas un CV, anonyme ou pas, qui donnera du travail aux jeunes des quartiers.


30 octobre 2014

L’enquête publiée par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce l’augmentation des prix des obsèques, qui dépasse 8 % en 4 ans, soit le double de l’inflation sur la période.

L’enquête pointe du doigt des « prestations » proposées en plus, que les familles sous le choc du décès d’un proche, acceptent souvent sans discussion. Pour justifier la hausse, un directeur de service funéraire explique que c’est « la main d’œuvre qui coûte cher ». Refrain connu, ce seraient les travailleurs qui reviennent trop cher. Et si les profits des entreprises augmentent, ce ne serait qu’un heureux miracle ?


29 octobre 2014

La chaîne de télévision D8 annonce une émission dans laquelle des dirigeants politiques déguisés vont aller se frotter à la « vraie vie ». Le socialiste Julien Dray s’est travesti en prof tandis que l’UMP Bernard Accoyer jouera les brancardiers aux urgences, etc…
Le temps d’une émission, ils pourront faire mine de « découvrir » les réalités de l’existence de la population travailleuses

Certes, le quotidien des classes populaires est très éloigné du leur. C’est évident. Mais c’est en toute conscience qu’ils se sont mis au service des intérêts de la bourgeoisie et rendent la « vraie vie » des vrais gens, ceux qui sont exploités pour certains, réduits au chômage pour d’autres, de plus en plus invivable. Et cette pantalonnade médiatique n’y changera rien.


29 octobre 2014

Un jeune manifestant a été tué dimanche, lors de la manifestation contre la construction du barrage de Sivens, dans le Tarn. Il apparaît de plus en plus évident que la mort de ce manifestant soit due à une grenade offensive lancée par les gardes mobiles. Même le ministre de l’intérieur Cazeneuve admet cette version, mais s’obstine à dire qu’on « ne peut pas parler de bavure »… tout en suspendant pour l’instant l’utilisation de ces grenades. Contradictoire et choquant.

Quoi qu’il en soit, le coût et l’utilité de ce barrage sont remis en question par un rapport d’experts qui avait été commandé par le ministère de l’Ecologie. Sa construction est d’autant plus discutable que la population locale n’a jamais été consultée et que seuls les élus locaux ont pu donner leur avis. Il s’y ajoute aujourd’hui la mort de Rémi Fraisse.


28 octobre 2014

D’après un rapport de l’Unicef, 2,6 millions d’enfants sont passés sous le seuil de pauvreté depuis 2008 dans les pays riches à cause de l’aggravation de la crise. Au total, dans les 41 pays sur lesquels porte cette étude, 76,5 millions d’enfants vivraient dans la pauvreté.

A propos du chômage des jeunes, le rapport conclut qu’« une génération a été mise de côté ». Entre 2008 et 2012, « les familles grecques ont perdu l’équivalent de 14 années de progrès ; l’Espagne, l’Irlande et le Luxembourg ont perdu une décennie entière et quatre autres nations ont perdu presque autant ».

« Quel avenir pour les enfants ? », s’interrogent les auteurs de ce rapport. Il est à souhaiter pour l’ensemble de l’humanité que ce soit un avenir de lutte pour le renversement du capitalisme.


28 octobre 2014

La semaine dernière, lors de la discussion à l’Assemblée nationale du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, un amendement a été adopté à l’unanimité des 39 députés présents, gauche et droite réunis, permettant le recensement et le recoupement automatique des informations concernant les aides versées par les organismes sociaux, et notamment leur montant.

Cette mesure, destinée, nous dit-on, à renforcer la lutte contre la « fraude sociale », s’inscrit en fait dans la campagne démagogique qui désigne les plus pauvres, ceux qui touchent le RSA, les chômeurs, etc, comme responsables du déficit de la Sécu. Cette « fraude sociale » serait évaluée à 5 milliards d’euros. Un chiffre contestable, en tout cas pas vérifiable. A comparer à la fraude patronale aux cotisations sociales estimée, elle, à 20 milliards d’euros.

Mais les ministres et ces députés, par ailleurs pas toujours rigoureux eux-mêmes à l’égard du fisc, préfèrent organiser la chasse aux pauvres plutôt que de s’en prendre à des patrons.


27 octobre 2014

La Banque centrale européenne (BCE) a publié le résultat des « tests de résistance passés » destinés à vérifier que les grandes banques européennes seraient capables de faire face à un coup de Trafalgar. Les banques françaises ont obtenu, paraît-il, une bonne note et auraient assez de fonds propres pour ne pas risquer la faillite. Écartés, les risques de krach bancaire ? Quand on sait que la banque américaine Lehman Brothers avait passé avec succès des tests du même genre avant de s’effondrer pensant la crise des subprimes, en 2008, il y a de quoi douter…

Mais pour la BCE, il s’agit essentiellement de « rassurer les marchés » et de maintenir la confiance pour que les milliards continuent à alimenter les circuits financiers et la spéculation… jusqu’à la prochaine crise. Et alors, ce ne sera plus un test, mais la réalité... comme en 2008.


27 octobre 2014

Dans une tribune, les présidents des organisations patronales ont demandé au gouvernement d’avancer « sans état d’âme, résolument et avec cohérence » et d’abroger certaines dispositions « absurdes et anxiogènes », comme le décret sur la pénibilité au travail, la loi Économie sociale et solidaire (ESS) qui prévoit notamment l’information des salariés en cas de cession de leur entreprise, les réformes de l’inspection du travail, des prud’hommes…

En clair, ils demandent la suppression des quelques règles et dispositions législatives qui limitent encore leurs droits d’exploiter sans entrave les travailleurs. En fait, Valls et Hollande sont en voie de réaliser leurs exigences, mais plus on leur donne, plus ils en réclament.

Il faudrait que le monde du travail fasse valoir, lui aussi, ses exigences avec la même opiniâtreté. Car si les patrons n’ont qu’à quémander pour être satisfaits, les travailleurs, eux, devront se battre pour obtenir satisfaction.


24 octobre 2014

Le Canard enchaîné révèle que Gérard Mestrallet, PDG de GDF Suez, devrait toucher une retraite chapeau de 21 millions d’euros. Et mieux, ou plutôt pire, en 2013, plus de 100 millions ont été provisionnés pour améliorer les retraites de 21 cadres dirigeants de l’entreprise.

Au même moment, les salaires sont bloqués à GDF, un plan d’austérité est en cours avec des suppressions d’emplois à la pelle, tandis que le prix du gaz ne cesse de flamber pour les usagers.

C’est le bilan pour lequel Mestrallet est gratifié Provocant !


24 octobre 2014

Que ce soit prévu ou contraint par les circonstances, les PDG des quatre grands groupes de l’énergie français, Total, EDF, GDF Suez et Areva vont être remplacés. C’est une sorte de Mercato – avec des primes pour les partants qui feraient pâlir d’envie les footballeurs les mieux dotés.

Ces patrons passent d’un groupe à l’autre au fil de leur carrière : Jean-Bernard Lévy qui prend la tête d’EDF est un ancien dirigeant de Thalès et de Vivendi, Isabelle Kocher, de GDF Suez, a commencé sa carrière à la Générale des eaux, etc.

Choisis dans le secret des conseils d’administration, sans le moindre contrôle ni des salariés qui font marcher ces entreprises ni des usagers qui paient les factures, ces grands patrons ont plus de pouvoir que les ministres et même qu’un chef d’État.
C’est cela, la dictature du capital.


24 octobre 2014

Les chefs d’Etats européens viennent d’annoncer en grande pompe que l’Union européenne devra baisser de 40 %, d’ici 2030, ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à celles de 1990. Elle devra produire 27 % de son énergie sous forme renouvelable contre 14 % aujourd’hui.

Ces décisions, saluées comme une bonne nouvelle pour le climat, sont surtout une bonne nouvelle pour les groupes privés. Comme le disait le patron de GdF Suez au journal « les Echos » : « il faut que le concept ‘payer pour le climat’ entre dans les esprits » !

Et on peut les croire : qu’ils produisent l’énergie au gaz au charbon, au vent, à l’uranium ou au soleil, ils toucheront des subventions et feront grimper toujours plus les prix du gaz et de l’électricité.


23 octobre 2014

À Calais, l’afflux de quelque 2 000 migrants anglophones venus de pays ravagés par les guerres et la misère comme l’Éthiopie, l’Érythrée ou la Syrie pour tenter de rejoindre l’Angleterre, provoque des tensions avec les camionneurs et des affrontements entre groupes ethniques.

Et que fait le gouvernement ? Il vient d’envoyer 100 policiers et gendarmes supplémentaires. Début septembre, il avait promis l’ouverture d’un nouveau centre d’accueil… que les associations et les migrants attendent toujours.

Les grandes puissances sont directement responsables du sous-développement et du chaos au Moyen-Orient ou en Afrique, qui provoquent la fuite de ces femmes et de ces hommes. La moindre des choses serait qu’elles les accueillent en Europe, sans entrave et dans le pays de leur choix.


23 octobre 2014

Il y a un an, 2800 salariés sur les 5000 que comptait l’entreprise Mory Ducros ont été licenciés. Les 800 employés qui ont contesté, avec leurs syndicats, ce plan de licenciement viennent d’obtenir gain de cause en appel. Le tribunal administratif a annulé le plan car les licenciements étaient, a-t-il jugé, sans cause « réelle et sérieuse ».

Arcole Industrie, qui contrôlait l’entreprise, avait orchestré la mise en faillite de Mory Ducros pour se débarrasser de plus de la moitié des salariés… avant de la reprendre par l’intermédiaire d’une filiale, le fond d’investissement Caravelle.

Mais cette Justice a ses limites : elle ne va pas jusqu’à contraindre Caravelle à réembaucher tous ceux qui le souhaitent. Ce serait cela la justice...


23 octobre 2014

Valls voudrait en finir avec la « gauche passéiste » allant jusqu’à envisager que son parti change de nom.

Il retarde, cela fait un siècle, en 1914, que le PS a rompu de fait avec le socialisme ; un siècle que ses dirigeants soutiennent la bourgeoisie en la servant « loyalement », y compris dans ses choix les plus sanglants, par exemple au cours de la boucherie qu’a été la première guerre mondiale, ou encore lors des guerres coloniales ; un siècle qu’il trompe le peuple avec une étiquette frauduleuse.

Si Valls est à la recherche d’une nouvelle dénomination, suggérons lui, « Patronat solidarité », ce qui aurait le double avantage de garder le sigle PS et de mieux coller à la réalité.


22 octobre 2014

Une majorité de députés a approuvé les milliards d’économies qui seront faites sur le budget de la Sécurité sociale en 2015. En plus du gel des retraites déjà voté, il est prévu, entre autres, une nouvelle réduction des dépenses de santé.

Une fois de plus une quarantaine de députés « frondeurs » du PS ainsi que les écolos se sont abstenus, se démarquant du gouvernement, mais sans aller jusqu’à s’opposer aux mauvais coups portés contre les classes populaires. Parmi eux Hamon et Filipetti, qui siégeaient encore il y a quelques semaines dans le gouvernement et défendaient sa politique. Girouettes, marionnettes ? Ils nous prennent pour des guignols.



Adresser toute correspondance à Lutte Ouvrière - BP233 - 75865 Paris Cedex 18
Lutte Ouvrière c/o Editions d'Avron, 6 rue Florian, 93500 Pantin - Tel : 01 48 10 86 20 - enveloppe - enveloppe