Ce n’est pas dans les salons qu’on obtiendra satisfaction

Brève
16/11/2012

À l'initiative du gouvernement, patronat et syndicats se réunissent pour négocier un accord sur la « sécurisation de l'emploi ». Mais en guise de « sécurisation », le patronat exige la remise en cause du CDI, le droit de licencier plus facilement, la limitation du recours aux tribunaux et la réduction des indemnités en cas de licenciement. En gros, il veut que les travailleurs soient tous précaires.

Quant à la « négociation », elle se résume à tenter d'améliorer, à la marge, les projets des patrons. Autant dire qu'ils sortiront gagnants à tous les coups.

Dans la guerre de classe que le patronat mène aux travailleurs, plutôt que discuter tranquillement avec l'état-major de nos ennemis, il faut miser sur la force des travailleurs, sur leur terrain, celui de la lutte de classe.