Exploiteur sans frontières, lutte de classe sans frontières

Brève
21/08/2013

H&M, numéro deux mondial du prêt-à-porter, dont 80% de la production se fait en Asie, s'apprête à sous-traiter en Éthiopie. Dans ce pays, l'un des plus pauvres du monde, le coût de production d'un vêtement serait deux fois inférieur à celui pratiqué en Chine. Pour les trusts comme H&M, les salaires des ouvriers chinois ont trop augmenté. Ils ne sont pourtant que de 300€ par mois en moyenne. Alors H&M veut profiter des salaires encore plus misérables des ouvriers éthiopiens avec, en plus, les terrains bon marché, les aides et exonérations de charges diverses offertes par les autorités du pays.

Si les salaires ont augmenté en Chine, c'est le résultat de la combativité ouvrière. Les ouvriers éthiopiens ne devraient pas tarder à faire de même.