Triple assassinat politique en plein Paris

Brève
11/01/2013

Trois militantes du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan, dont Sakine Cansiz, l'une de ses co-fondatrices, ont été assassinées jeudi en plein Paris. Le PKK, parti nationaliste kurde, est interdit en Turquie. Son principal dirigeant, Öcalan, est emprisonné à vie et ses militants sont pourchassés et fréquemment torturés dans les geôles de ce pays.

On ignore à cette heure qui sont les commanditaires de ce triple assassinat. Mais les services secrets turcs sont soupçonnés. Valls et Hollande ont dénoncé la barbarie de cet assassinat politique « horrible ». Mais cet acte été commis sur le territoire français. Ce qui rend le gouvernement français responsable sinon « complice », comme l'ont clamé les centaines de manifestants kurdes rassemblés hier à Paris.

Complice, l'État français l'est, au moins de façon indirecte, par sa complaisance vis à vis du gouvernement turc.