Capitalisme pollueur et meurtrier en Hongrie

L'inondation d'un million de mètres cubes de boue toxique déversée par une usine d'aluminium a fait sept morts et 150 blessés. Sept villages sont ravagés, des centaines de personnes doivent être évacuées, des rivières, des champs et des jardins sont empoisonnés.

La société MAL, dont les propriétaires sont de grandes fortunes du pays, a sacrifié la sécurité sur l'autel des profits. Elle a ensuite minimisé les dégâts et, alors qu'une nouvelle fuite menace, s'est surtout souciée de faire redémarrer la production. Fût-ce en empoisonnant et en tuant.

Les jeunes sont concernés

Depuis le jeudi 7 octobre, de plus en plus de jeunes manifestent contre la réforme des retraites. Ils expriment leur révolte contre le chômage et contre ce gouvernement brutal envers le monde du travail, leurs parents et eux-mêmes. Ils ont bien raison d'apprendre à se défendre contre une société qui ne favorise que les riches.

Neuf ans de guerre en Afghanistan !

Il y a neuf ans la guerre commençait en Afghanistan. Au nom de la lutte contre le terrorisme, des missiles américains commençaient à bombarder le pays. L'impérialisme américain et ses alliés interviennent en Afghanistan, non pas pour aider le pays, mais pour maintenir leur ordre inique, fait d'oppressions et de misères.

Leur présence militaire insupportable pour la population, ne fait que renforcer les talibans et mettre un peu plus la population sous la coupe de ces combattants aux idées les plus réactionnaires qui soient.

Toujours plus du côté des riches !

D'après le syndicat national unifié des Impôts, supprimer l'ISF et le bouclier fiscal et les remplacer par une nouvelle tranche de l'impôt sur le revenu, aboutirait à la perte de 700 millions à 2,5 milliards d'euros pour le budget. Voilà ce que défendent les 89 députés de la droite qui veulent que le gouvernement fasse cette réforme au plus vite. Et dans quelle poches prendront-ils les sommes manquantes pour le budget ? Poser la question, c'est y répondre.

Hongrie : Irresponsables industriels

La Hongrie est frappée par une catastrophe écologique apparemment très grave : une coulée de boue polluée par les rejets d'une usine de fabrication d'aluminium, dont les bassins de décantation se sont rompus. La pollution risque à présent d'atteindre le Danube, et peut-être plusieurs autres pays. Ces boues sont très toxiques pour tous les êtres vivants, les poissons mais aussi les êtres humains.

Comme toujours dans ces cas-là les propriétaires de l'usine (le groupe MAL Zrt) affirment que rien ne permettait de prévoir un tel accident. Mais la préoccupation des capitalistes n'est pas de prévoir les accidents, mais de rechercher le maximum de profits, en prenant au besoin tous les risques en matière de sécurité.

Quand Strauss-Kahn applaudit … Woerth

Une note du Fonds monétaire international, présidé par Dominique Strauss-Kahn, préconise pour les pays riches un recul de deux ans de l'âge légal de départ à la retraite. Woerth n'a pas raté l'occasion de remercier « chaleureusement » Strauss-Kahn, jeudi sur Public Sénat.

Rappelons que ledit Strauss-Kahn a de bonnes chances d'être le prochain candidat socialiste à l'élection présidentielle en France.

Roms : les mensonges du gouvernement

Deux avocats viennent de découvrir un fichier ethnique parfaitement illégal dont se servait, apparemment, la gendarmerie pour traquer les Roms et « gens du voyage » - appelés pudiquement « Mens », « minorités ethniques non sédentarisées ».

Évidemment, la seule réponse de Besson est de déclarer qu'il n'était pas au courant. Pas au courant de ce fichier, pas au courant de la circulaire d'août appelant à viser spécifiquement les Roms... voilà des ministres qui ne sont décidément pas au courant de grand-chose. Ou ce sont des menteurs, ou ce sont de parfaits incapables.

Ou les deux.

Kouchner fait du boudin

Bernard Kouchner aurait adressé une lettre de démission à Sarkozy en août, se plaignant des « humiliations » dont il serait victime au sein de l'équipe gouvernementale. Ses nouveaux petits camarades se moquent de lui dans la cour ! Alors, il va se plaindre au dirlo.

Qu'est-ce qu'il croit ? Quand on trahit son camp politique pour aller à la mangeoire, qui plus est dans un gouvernement ultra-réactionnaire, il faut en payer le prix. Que plus personne ne respecte Kouchner, ni dans son parti d'origine, ni dans celui qu'il a rejoint par pur arrivisme, ce n'est tout de même que justice.