Hausse du SMIC : même pas un rattrapage

La hausse du SMIC attendue pour le 1er janvier sera, selon les informations de la presse, dérisoire. Elle ne suffira même pas à rattraper les hausses des prix subies ces derniers mois. Il n'y aura donc pas de « coup de pouce » au SMIC.

La bonne réponse du monde du travail, ce serait... un bon coup de poing sur la table, formule imagée pour dire qu'il faudra qu'on se montre, une nouvelle fois dans la rue.

Jean-Marine Le Pen

La presse fait grand bruit des derniers propos anti-immigrés de Marine Le Pen.

Ces propos xénophobes de la fille Le Pen ont choqué, à juste titre. Elle est en campagne non seulement pour la prochaine présidentielle, mais elle se dispute la succession de son père avec Bruno Gollnisch. Ce n'est ni ragoûtant ni rassurant.

Au-delà des ambitions personnelles de l'une et de l'autre, la crise économique pourrait très bien se traduire politiquement par une poussée de l'extrême droite. Que ce soit Gollnisch ou l'héritière Le Pen qui sort vainqueur de leur duel, le monde du travail doit refuser de gober ces propos racistes et xénophobes. Les travailleurs, quelles que soient leurs origines, leurs idées, sont unis par les mêmes chaînes. Leurs ennemis communs sont ceux qui profitent de leur exploitation. Ce n'est pas le moment de l'oublier.

Le préfet de l’Allier se lâche

Nous en avions déjà parlé dans une de nos brèves précédentes. Un syndicaliste de SUD avait été retenu cinq heures dans une gendarmerie de l'Allier, pour l'empêcher de se rendre à une manifestation organisée à l'occasion de la visite de Nicolas Sarkozy dans ce département.

Le préfet de l'Allier a défendu le colonel de gendarmerie, déclarant : « Il a appliqué les consignes que je donnais, il a bien agi et je le félicite. Et je dis aux gauchistes qui essaient d'utiliser cet événement, vous n'y arriverez pas et vous êtes des minables. »

Des minables, vraiment ? Si c'était le cas, pourquoi avoir déployé tant de forces de police et de gendarmerie ?

Le gouvernement compréhensif avec les riches tricheurs

Le ministre des Finances François Baroin s'est vanté que la régularisation de 4600 évadés fiscaux avait permis de rapatrier 7 milliards d'euros. Mais combien de milliards sont encore évadés ? Combien de milliards les fraudeurs ont réussi à détourner du fisc ? Quels sont les noms de ces fraudeurs ? Baroin n'en souffle mot...

Il est ministre des riches, mais c'est pas une balance.

Les adieux longs d’Henri Proglio à Véolia

Henri Proglio quitte la direction de Veolia. Il avait été nommé PDG d'EDF par Sarkozy en novembre 2009 et avait donc cumulé les deux casquettes pendant un an... ainsi que les deux salaires liés à ces postes : 1 million d'euros annuels chez EDF et plus de 2 millions chez Veolia.

Suite au tollé qu'avait suscité cette double appartenance, Henri Proglio avait été contraint d'annoncer qu'il renonçait à la direction de Veolia. Il lui avait fallu quelques mois pour le faire. Mais il restera tout de même à son Conseil d'Administration.

Qu'ils soient à la tête d'entreprises privées ou publiques, tous ces très hauts cadres sont des serviteurs de luxe, luxueusement payés, des grosses sociétés capitalistes.

Les asser-menteurs

Sept policiers du commissariat de Saint-Denis (93) viennent d'être condamnés à des peines allant de six mois de prison à un an ferme. Il faut dire que les accusés avaient falsifié des procès-verbaux, accusant à tort un homme d'avoir foncé en voiture sur l'un d'eux, lui faisant ainsi risquer la prison à perpétuité. Et certains d'entre eux l'avaient roué de coups.

Outre le soutien de certains de leurs collègues qui ont manifesté, les policiers condamnés ont reçu l'appui d'Hortefeux, qui a trouvé qu'il s'agissait là d'une peine "disproportionnée".

Une peine proportionnée, ça aurait été quoi ? Copier cent fois "je ne dois pas signer de fausses accusations et tabasser les gens ?"

(In)exact comme un horaire SNCF

Après une longue procédure, un avocat a réussi à faire condamner la SNCF pour un retard qui lui a fait perdre une affaire. La direction de la SNCF ne l'a pas volé : les retards (voire suppressions de train) sont devenus la règle. Il y a même un message sonore aux accents victorieux pour annoncer l'arrivée d'un train à l'heure !

Manque de conducteurs, problèmes sur les voies, locomotives en panne, cela ressort presque toujours des suppressions de postes et des économies aberrantes sur l'entretien.

C'est la faute de la direction de la SNCF, c'est ce qu'a reconnu à juste titre le tribunal. Mais à l'échelon supérieur, c'est la conséquence d'une politique qui, en réduisant les budgets des services publics, fait régresser toute la société.

Pagaille : le gouvernement s’enfonce (dans la neige)

Divers témoignages ont expliqué la pagaille d'avant-hier. Le budget d'entretien des routes a baissé de 30% en deux ans. Les services de l'équipement, qui comptaient 105 000 agents en 2005, n'en comptent plus que 62 000, etc.

Mercredi, Hortefeux mettait « les complications » sur le compte des « routes en pente ». Mais Fillon a une autre explication : c'est la faute à Météo France ! En fait, les intempéries avaient été parfaitement annoncées.

Allez, que le gouvernement cherche encore un peu, et ce sera bientôt la faute aux méchants flocons !