Chômage : et ils appellent ça une « embellie » ?

Il y aurait eu 14 000 chômeurs de moins au mois de juillet, selon les chiffres du gouvernement. Du coup Christine Lagarde est contente et dit que tout va très bien - ce qui est apparemment sa fonction officielle au gouvernement.

Il est peu probable que les 4 570 000 travailleurs inscrits à Pôle emploi partagent son enthousiasme.

Crédit agricole : champagne !

Ce qui augmente beaucoup, beaucoup plus vite que le nombre de travailleurs qui trouvent un emploi, ce sont les bénéfices des banques : ainsi le Crédit agricole vient-il de publier son bénéfice trimestriel, qui a bondi de 88 %.

Plus la société va mal, plus les financiers s'enrichissent. Il faut exproprier les banquiers !

RSA : la misère, mais sous conditions

À partir du 1er septembre, le RSA sera étendu aux moins de 25 ans, annonce le gouvernement. Enfin, pas tous les moins de 25 ans : les « Français » uniquement - ce qui est déjà une crapulerie - et seulement s'ils ont travaillé au moins deux ans à temps plein sur les trois dernières années. Autant dire, vu le nombre de jeunes qui n'ont connu que l'intérim et les temps partiels, pas grand-monde.

Et toutes ces conditions pour quoi ? Pour toucher la somme misérable de 460 euros par mois. Soit tout juste que gagne en une journée le ministre chargé du dossier.

Telle père telle fille

On se souvient que Chirac, il y a quelques années, dénonçait « le bruit et l'odeur » des immigrés. Dans la même veine, sa fille adoptive Anh-Dao Trexel vient de dénoncer la présence des Roms en France, qui selon elle « n'ont pas de quoi vivre, n'éduquent pas leurs enfants et vivent comme des rats. »

Chez les Chirac en revanche, on ne vit pas « comme des rats » mais comme des nababs dans des appartements prêtés par des milliardaires, et on sait « éduquer ses enfants » pour en faire de bons petits racistes.

Valls : encore un effort !

Le député (paraît-il) socialiste Manuel Valls assure qu'en matière de lutte contre l'insécurité, le PS devrait « assumer une politique répressive sans complexe ».

Il devrait faire comme ses amis Besson et Kouchner : prendre directement sa carte à l'UMP, et postuler au poste de Brice Hortefeux, où il pourrait enfin jouer de la matraque « sans complexe », puisque ça le démange.

Germinal au 21e siècle

C'est toute la population travailleuse du Chili qui retient son souffle en suivant le sort des 33 mineurs pris au piège par 670 m de fond, à Atacama. Le courage incroyable de ces hommes qui ont survécu 18 jours avant d'être mis en contact avec la surface, et trouvent encore la force de chanter en chœur, a de quoi bouleverser. Et maintenant, ils risquent de devoir attendre encore trois ou quatre mois qu'un nouveau forage les tire de l'enfer, car visiblement, ni la compagnie minière, ni l'État chilien, ne sont prêts à mettre le paquet sur le plan technique, si l'on en juge par la vitesse à laquelle avait été creusée le premier tunnel de service sous la Manche : plus de 100 mètres par jour.

Ces mines d'or et de cuivre montrent en tout cas ce que l'exploitation capitaliste a de pire. Et c'est vraiment un monde de fous que celui où pour gagner leur vie des travailleurs n'ont d'autres ressources que d'aller à près de 700 mètres sous terre extraire ce métal que l'on transformera en lingots ou en bijoux à l'usage des fortunés.

Afrique du sud : une grève qui s’élargit

Depuis mercredi dernier, un million de fonctionnaires sud-africains sont en grève pour des augmentations de salaires. Et la grève pourrait bien s'étendre au privé.

Le gouvernement répond à cette lutte par des menaces et l'envoi des forces de sécurité dans les hôpitaux pour remplacer les grévistes - alors même que le président sud-africain avait promis, lors de la campagne électorale, une hausse du niveau de vie.

Les travailleurs sud-africains ont bien raison de compter plus sur leurs luttes pour améliorer leur vie que sur des promesses électorales.

Le prix des fruits explose

Le gouvernement peut bien rabâcher qu'il faut manger « cinq fruits et légumes par jour » pour être en bonne santé, il laisse flamber les prix sans aucun contrôle : le prix des fruits a augmenté de 11,1% en un an ! Et encore, avec une petit revenu, pas la peine de rêver à consommer « bio » : les fruits bio sont en moyenne 70% plus chers que ceux des filières traditionnelles.

À ce prix-là, les « cinq fruits et légumes par jours », ce sera bientôt cinq petits pois.