Tunisie : l'armée contre les manifestants

Le gouvernement tunisien a envoyé l'armée contre les manifestants. Des blindés sont apparus dans les rues. La répression continue de faire des morts et le dirigeant du parti communiste ouvrier tunisien a été arrêté. Mais le dictateur Ben Ali essaye de jeter de la poudre aux yeux avec des mesures symboliques comme le renvoi du ministre de l'Intérieur ou une enquête sur la corruption.

La population tunisienne est toujours en révolte. Elle ne se laisse pas intimider par la violence de la répression. En refusant de s'incliner, elle fait renaître l'espoir des opprimés dans toute la région et au-delà.

La finance fait plus de ravages que le climat

Les spéculateurs des marchés financiers occidentaux prennent prétexte des mauvaises conditions climatiques pour faire flamber les cours du blé, du maïs et du soja - qui ont augmenté de plus de 50% depuis juin 2010. Ces hausses des cours permettent aux spéculateurs et aux distributeurs d'accroître leurs profits. Du coup, dans les pays pauvres, les prix des denrées alimentaires explosent, acculant des millions de personnes à la famine.

En 2008, une autre spéculation avait déjà provoqué famines et émeutes de la faim dans ces pays. En finir avec ce système dément coûtera moins cher, en vies humaines, à l'humanité.

La dette des États enrichit les banques et les spéculateurs

L'État français vient d'emprunter aux financiers plus de 8 milliards d'euros, à des taux supérieurs à l'an dernier. Pour les titres d'emprunt à 10 ans, le taux est passé de 2,35% en 2010 à 3,36% en ce début d'année 2011. Les intérêts de la dette devraient de ce fait augmenter de 4 milliards !

Pour rembourser ces sommes colossales, qui vont grossir les comptes des financiers et des banquiers, combien d'emplois publics seront supprimés, combien de services publics moins bien rendus, combien d'allocations diminuées ?

Quels soins pour Servier !

Xavier Bertrand avait demandé en 2006 aux experts de la Haute Autorité de Santé leur avis sur les mérites du Médiator. Ces derniers avaient répondu que ce médicament était inutile et avaient conseillé son déremboursement. Mais le ministre n'a pas tenu compte de leur avis. Pour sa défense, il a répondu que Martine Aubry avait fait de même en 1999.

Veut-il prouver que de gauche comme de droite, les ministres de la Santé sont aux petits soins pour les laboratoires pharmaceutiques ? Cela n'est pas vraiment un scoop !

Servier : et ça continue !

Révélation du jour, publiée par le journal Libération : le laboratoire Servier aurait commandé à un cardiologue un rapport, en 2009, sur le Médiator... mais ses conclusions ne lui convenant pas, il l'aurait tout simplement modifié, sans en avertir le médecin en question. C'est ce que rend public la doctoresse de Brest, auteure de ce rapport.

Ce genre de comportement montre à quel point les capitalistes, dans cette société, se croient tout permis. Parce qu'ils savent qu'ils ont derrière eux des complicités politiques, des complicités dans la haute administration et dans l'appareil judiciaire..

Quand un cadre sup se révolte…

Le président de l'Association pour l'emploi des cadres (Apec), Éric Verhaeghe, a démissionné de ce poste mercredi, pour cause de désaccord avec le Medef.

Ce serait anecdotique, si ce n'est les déclarations que ce haut fonctionnaire a faites à propos du Medef avant de claquer la porte : « Il est dangereux de répéter à l'envi que le coût du travail est trop élevé. Face à la crise, le monde patronal doit assumer ses responsabilités, prendre sa part d'effort, et ne pas chercher à alléger son fardeau en le transférant sur la masse laborieuse. (...) Rien ne justifie que le remboursement de la dette soit assuré par les plus bas revenus. »

Bien vu et bien dit.

Haïti, un an après : toujours rien

Un an après le tremblement de terre, 800 000 Haïtiens vivent toujours

sous des tentes de fortune et font des efforts démesurés pour se

nourrir, rester propres, etc., tout en étant soumis à la violence des

groupes de voyous qui ont pris la direction des camps, ainsi qu'à une

épidémie de choléra.

Les fonds qui ont été promis par les organismes internationaux et les États n'ont

pas été versés ou ont été dilapidés sans que que la situation ne

change.

L'état dans lequel Haïti est laissé, démontre le désintérêt porté à la

population pauvre par les organismes internationaux et les pays les

plus riches de la planète.

La santé publique malade des profits pharmaceutiques

Après le Mediator, d'autres médicaments sont mis en cause comme l'antidouleur Arcoxia. Le laboratoire pharmaceutique qui le produit (MSD, qui produisait déjà le Vioxx, interdit en 2004 après reconnaissance de risques cardiovasculaires chez les utilisateurs), aurait réussi, selon la presse spécialisée, à imposer sa vente malgré son interdiction aux Etats-Unis.

Le principe de précaution tant vanté par le gouvernement ne pèse pas lourd face aux lobbies des grands laboratoires pharmaceutiques.