Les chiffres de la pauvreté dans le monde

Les 85 personnes les plus riches de la planète possèdent autant que les 3,5 milliards les plus pauvres, constate le rapport 2014 du Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud) .

1,2 milliard de personnes vivent avec l'équivalent de 1,25 dollar ou moins par jour. 1,5 milliard de personnes réparties dans 91 pays dits « en voie de développement » survivent « en situation de pauvreté marquée par des carences cumulées en matière de santé, d'éducation et de niveau de vie ».

Le Pnud reconnaît qu'« assurer une protection sociale de base aux pauvres du monde entier coûterait moins de 2 % du PIB mondial ». Ce bilan établi par un organisme qui n'a rien de contestataire vaut tous les réquisitoires contre le capitalisme.

Nouvelle exécution aux États-Unis : la cruauté le dispute à la barbarie

Un condamné à mort dans l'État d'Arizona aux États-Unis a mis deux heures à succomber à l'injection du produit létal censé le tuer rapidement. Ce n'est pas la première fois qu'une exécution laisse un condamné à mort agoniser. En cause : les produits létaux utilisés.

Le gouverneur d'Arizona a osé affirmé qu'il était « mort d'une manière ne contrevenant pas à la loi américaine, sous les yeux de témoins et d'un personnel médical qui assurent qu'il n'a pas souffert ».

Aux États-Unis, présenté comme un modèle de civilisation, la barbarie est toujours présente. Y compris dans la loi.

Le conseil des hypocrites

Le conseil de l'ONU vient de décider de mettre en place une mission pour enquêter sur "d'éventuels crimes de guerre" commis par l'armée israélienne en Palestine. Plus de 700 morts quasi tous civils comme on dit, dont plus de 100 enfants, des milliers d'habitations détruites, des milliers de personnes déplacées, et il faudrait faire une enquête pour savoir - et surement ne pas décider - si la politique des dirigeants israéliens est ou n'est pas du terrorisme d'état !

Ces missions servent surtout à couvrir la diplomatie des puissances impérialistes et à faire grand bruit sur du vent. Cela n'a pas empêché les États-Unis de voter contre la mise en place de cette mission et les pays européens dont la France de s'abstenir. Car toute symbolique que soit cette décision de l'ONU, il n'est pas question de faire un geste qui risque de fâcher leur allié israélien.

Travailleurs français immigrés, mêmes patrons, même combat !

Ce mercredi le gouvernement annonce vouloir modifier le droit des étrangers en France. Mais en réalité, il ne modifie fondamentalement rien à la politique répressive et d'expulsions en place depuis des années. Il vise même à imposer de nouvelles contraintes aux immigrés comme la désignation d'un lieu de résidence pour les demandeurs d'asile avec menace sur les allocations s'ils le quittent. Pour bénéficier du renouvellement de leur titre de séjour, les travailleurs étrangers devront prouver qu'après leurs journées de travail, ils ont assisté aux cours de français obligatoires, etc. !

Rien ne distingue cette soi-disant gauche de la droite, y compris sur ce terrain. À un tel point que le gouvernement espère sur ce texte recueillir les voix de l'UMP !

Les affaires continuent

La Russie et l'Ukraine s'accusent de la responsabilité du crash du Boeing de la Malaysia Airlines. De son côté, Barak Obama menace d'accentuer les pressions économiques sur la Russie.

Dans ce contexte, la livraison d'une commande de navire de guerre français à la Russie nourrit la polémique. Les États-Unis et la Grande-Bretagne, premiers producteurs d'armes au monde, font mine de juger cette livraison moralement indécente. Récupérer le marché à un concurrent ne serait pas pour leur déplaire.

Hollande reste inflexible, pour l'instant. Cambadélis traite de « faux-culs » les rivaux commerciaux de la France. Cela n'est pas faux, mais nos politiciens bleu-blanc rouge ne le sont pas moins. Hollande compte honorer la livraison du premier navire de guerre, convenue à la suite d'un accord signé par Juppé.

Une illustration de ce que cachent les discours sur le « respect de l'ordre international ».

Le FBI, apprenti-sorcier du terrorisme

L'ONG Human Rights Watch vient de publier un rapport sur 500 affaires de terrorisme qui sont venues devant les tribunaux américains depuis les attentats du 11 septembre. Elle constate que « dans certains cas, le FBI aurait « fabriqué » des terroristes en leur suggérant de commettre une action terroriste ». En ciblant des personnes vulnérables, souffrant de troubles mentaux, en manipulant, infiltrant des agents, le FBI a poussé des Américains musulmans à monter des opérations pour accentuer le sentiment d'une menace islamique sur les États-Unis.

De telles révélations ne peuvent surprendre que ceux qui croyaient que les USA et ses organismes de protection comme le FBI étaient réellement des boucliers de défense des libertés avec un grand L !

Gattaz l'insatiable

Le pacte de responsabilité est à peine voté que Gattaz, dirigeant du MEDEF, insiste pour qu'on lui serve la suite du menu : remise en cause de la taxe, bien timide pourtant, à 75% sur les très hauts revenus, remise en cause du niveau du SMIC qu'il veut négociable, remise en cause des seuils sociaux et de l'interdiction du travail du dimanche... tout est bon.

Le seul remède contre cette boulimie patronale, c'est un fort coup de poing social massif et collectif.

L’armée française élargit son champ de tir en Afrique

François Hollande a terminé samedi sa tournée africaine au Tchad pour y informer le dictateur local Idriss Deby de la réorganisation des troupes françaises en Afrique. Il n'y aura désormais plus de succession d' « opérations » ponctuelles comme ces derniers temps au Mali et en Centrafrique, mais une seule et même opération permanente et continue dénommée « Barkhane » dont le rayon d'action ira de la Mauritanie au Tchad.

Bref, l'impérialisme français et son chef considèrent plus que jamais cette partie de l'Afrique comme leur propriété en réaffirmant qu'ils peuvent y intervenir comme bon leur semble.

Troupes françaises, hors d'Afrique !