Révoltant

Un SDF de 78 ans a été retrouvé mort de froid à Ivry-sur-Seine.

78 ans, vivant dans la rue, mort dans la rue. Une situation qui alimente la révolte.

Riches... et chouchoutés

L'information révélée hier sur les ménages touchant plus de 11 000 euros par mois et habitant en HLM en a fait ressortir une autre, plus discrète : en février dernier, deux députés UMP ont fait passer un amendement pour plafonner les surloyers imposés à ceux qui habitent en HLM et qui touchent plus du double des ressources maximales autorisées. Le plafond a été fixé à... 21 euros par mètre carré. Il ne faudrait pas que des gens qui gagnent 10 fois le Smic payent trop cher, tout de même !

Les privilégiés sont bien protégés.

Gel du salaire des fonctionnaires aux États-unis

Obama vient d'annoncer qu'il voulait geler les salaires des fonctionnaires fédéraux pour deux ans afin de réduire le déficit budgétaire. Décidément l'internationale des politiciens au service des financiers fonctionne bien. Dans tous les pays ils prennent les mêmes mesures pour faire payer à la population les frais de leur « sauvetage des banques » qui n'a rien sauvé si ce ne sont les profits des capitalistes.

Partout les mêmes problèmes ? Alors, il faudra partout les mêmes luttes.

Infâme et hypocrite

Des préfectures (Calvados, Haut-Rhin, Yonne) ont donné pour consigne d'exclure des hébergements d'urgence les sans-papiers, ce qui revient à les renvoyer à la rue, sous prétexte qu'ils occupaient la place d'autres.

Le secrétaire d'État au logement Benoît Apparu prétend que ce sont des initiatives locales et que l'affaire, après qu'il a appelé les trois préfectures concernées, est réglée. Mais en Gironde par exemple, il a fallu une condamnation en justice pour que la préfecture accepte l'hébergement des familles de demandeurs d'asile, restées pendant des semaines sous des tentes à Bordeaux, familles qu'elle vient juste de remettre à la rue.

Non, ce ne sont pas des initiatives locales des préfectures, mais bien la suite d'une politique xénophobe et anti-pauvres.

Les uns après les autres

En imposant à la population irlandaise une austérité drastique en échange d'un prêt de 85 milliards d'euros, les gouvernements européens voulaient calmer la spéculation des « marchés financiers » dans la zone euro.

Mais au contraire, cette spéculation a repris de plus belle, provoquant l'envolée des taux d'intérêts que les banques exigent pour prêter notamment à l'Espagne, au Portugal ou à l'Italie. Elles en veulent toujours plus : elles veulent, selon les mots d'un analyste, que ces États, à leur tour, imposent à leur population une « dévaluation interne », c'est-à-dire la baisse des salaires et des prix, pour garantir qu'elles seront remboursées.

La politique, ce sont les banques qui la décident. Les exproprier sans indemnités serait une mesure de salut public.

Suisse : encore un vote raciste

Après la référendum contre la construction de minarets, il y a un an, un nouveau référendum vient d'approuver le renvoi systématique d'étrangers ayant commis des crimes en Suisse C'est un parti d'extrême droite raciste, l'UDC, qui exploite les préjugés et les peurs pour faire croire que 85% des viols sont commis par des étrangers. Il propose donc, selon un des slogans qu'il a utilisés dans sa campagne, que les « moutons blancs chassent les moutons noirs ».

Les politiciens d'extrême droite considèrent leurs électeurs comme des moutons et sont prêts à toutes les démagogies pour se faire élire.

Ils se ressemblent des deux côtés de la frontière.

Plan d'aide à l'Irlande ? Non, plan d'aide aux banques internationales

Tous les journaux titrent sur les 85 milliards que l'Union européenne et le FMI vont débourser pour « aider l'Irlande ». Mais c'est un gros mensonge ! Ces institutions internationales utilisent leurs fonds pour venir au secours des banques... allemandes, britanniques et françaises qui sont responsables de l'état des finances de ce pays.

L'UE et le FMI imposent à l'État irlandais des mesures contre la population, par exemple d'utiliser les fonds réservés aux retraites pour recapitaliser les banques, ou une réduction du budget de 20%. Le résultat est connu : plus d'austérité pour la population, plus de capitaux pour les financiers et leur appétit spéculatif.

Toutes les classes populaires d'Europe sont soumises aux même politiques. Toutes réagissent contre ces attaques par des manifestations ou des grèves. Voilà le seul moyen de réagir contre les ennemis communs des travailleurs.

Ce n'est pas le froid qui tue, mais l'irresponsabilité des gouvernants

Une femme est morte de froid à Marseille ce week-end, une autre dans la région parisienne. Tous les ans des personnes sont victimes du froid, contraintes de vivre dehors même quand les grands froids arrivent..

Le gouvernement tente de se dédouaner avec des reportages sur le nombre de lits proposés dans les centres d'accueil - toujours en nombre insuffisant - ou sur la responsabilité des témoins à qui l'on demande de téléphoner au 115 s'ils voient des sans-abris dans la rue.

Mais le problème, c'est le nombre insuffisant de logements construits, c'est l'ensemble des mesures pour réduire les aides aux plus pauvres, c'est les bas salaires, la précarité, le chômage qui ne permettent pas de se loger.

Et les responsables de cet appauvrissement qui parfois tue, ce ne sont pas les intempéries !