Les damnés de la terre

Quarante trois morts et près de quarante disparus, dont des femmes et des enfants, voilà le tragique bilan de la traversée de migrants africains, pour la plupart Éthiopiens, au large des côtes du sud du Yémen au début du mois de janvier.

Selon l'ONU, le nombre de personnes empruntant cette voie migratoire considérée « comme la plus intensément utilisée et la plus meurtrière du monde » aurait atteint en 2009 le nombre record de 74 000, soit une augmentation de 50%.

Subir la misère et la violence au quotidien ou tenter de les fuir en risquant la noyade, voilà le choix laissé aux damnés de la terre par la société capitaliste.

La TVA à 20 % au Royaume-Uni

Mardi 4 janvier, la TVA est passée de 17,5 à 20 % au Royaume-Uni. C'est une des conséquences de la sévère cure d'austérité décidée l'an dernier par le gouvernement du conservateur David Cameron.

Comme ses homologues européens, le gouvernement britannique cherche à faire payer à la population laborieuse les frais de la crise provoquée par les requins de la finance... qui trouveront bien le moyen de bénéficier des 15 milliards d'euros que cet impôt inique doit rapporter à l'État britannique.

Une justice pas plus juste et plus lointaine

Conséquence de la réforme lancée en 2007 par Rachida Dati, alors ministre de la Justice, 17 tribunaux de grande instance ont fermé leurs portes le 31 décembre. En modifiant la carte judiciaire, le gouvernement entendait appliquer aux tribunaux le même traitement qu'aux hôpitaux, à La Poste...

Avoir affaire aux services de justice n'est jamais facile et souvent coûteux. Avec cette réorganisation qui augmentera les déplacements, ce sera encore plus compliqué et plus coûteux. Et, forcément, ce seront les milieux populaires qui en seront les principales victimes.

Fiat : opérations boursières et attaques contre les travailleurs

Pour doper le cours de ses actions, Fiat vient de séparer sa branche automobile de ses autres activités. Et conséquence immédiate : le cours des actions de cette nouvelle société est monté en flèche.

Les actionnaires sont attirés par les profits que leur promet le PDG de Fiat, Sergio Marchionne, actuellement lancé dans une offensive contre les travailleurs du groupe auxquels il cherche à imposer une importante dégradation de leurs conditions de travail et de salaires. La direction de l'usine de Mirafiori, à Turin, organise prochainement un référendum pour contraindre les travailleurs à approuver ces sacrifices en menaçant de fermer l'usine.

En Italie comme en France, les travailleurs finiront par donner la seule réponse que méritent les patrons : l'explosion de leur colère !

Ils bossent ici, ils vivent ici, ils restent ici !

En début de semaine, des travailleurs sans papiers ont occupé le centre des impôts d'Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) pour dénoncer « l'hypocrisie » de l'administration et réclamer leur régularisation. Comme le déclarait l'un des membres du Collectif de sans-papiers : « Les sans-papiers sont considérés comme pouvant payer des impôts et des cotisations (...) mais ils ne sont pas reconnus comme des citoyens à part entière. Il n'y a que des devoirs et pas de droits ».

Régularisation de tous les travailleurs sans papiers !

D’autres scandales après celui du Médiator

Dans son numéro de janvier, la revue médicale Prescrire pointe du doigt trois nouveaux médicaments qu'elle considère comme dangereux et pour lesquels des rapports ont déjà recensé de nombreuses victimes. L'un d'entre eux a même déjà été retiré de la vente dans plusieurs pays. Exactement comme pour le Médiator et pour les mêmes raisons : des laboratoires pharmaceutiques uniquement préoccupés par les profits, des autorités sanitaires complaisantes, voire complices...

D’après la SNCF, il n’y avait rien à faire…

Dans son rapport sur l'affaire du train Strasbourg/Port-Bou/Nice, retardé de plus de 15 heures le 27 décembre, la SNCF ne dit rien qu'on ne sache déjà : un conducteur dont la relève n'était pas « planifiée », panne de motrice, ...« Enchaînement exceptionnel et rarissime de cinq incidents», affirme la SNCF. Et conclusion : il aurait mieux valu ne pas faire partir ce train ! Certes... Mais comment le faire partir dans de bonnes conditions, voilà ce qu'on n'apprendra pas...

Parce qu'il aurait fallu critiquer une politique de réduction des coûts et du personnel. Et ça, bien sûr, il ne faut pas compter sur la direction de la SNCF pour le dénoncer... puisque c'est elle qui la met en œuvre !

Nos vœux… de lutte

La liste de ce qui augmente en ce début 2011 est impressionnante : assurances, prix de l'électricité, consultation chez le médecin, abonnements internet-télé, et bien d'autres choses encore.

Il n'y a que les salaires qui n'augmentent pas - car on ne peut appeler « augmentation » la ridicule hausse du smic de 14 centimes de l'heure.

Il faudra de sérieuses bagarres pour corriger cette injustice. Alors, nous espérons de tout cœur que cette année 2011 sera celle de la combativité retrouvée pour les travailleurs !