Pesticides : les maires retoqués

Le Conseil d’État a rejeté vendredi la demande de suspension des distances minimales d’épandage de pesticides. Il donne ainsi raison au gouvernement contre les maires qui, par précaution, voulaient des distances de sécurité de plus de 100 mètres entre les zones d’épandage et les habitations,.

Les maires ont beau être soutenus par les riverains, rien n’y fait. Ces distances de sécurité, les riverains devront se mobiliser pour les imposer.

Un monde pourri

Les peuples paient déjà très cher l’instabilité générale du système capitaliste au travers des guerres locales qui éclatent aux quatre coins de la planète. La conséquence de cet accroissement des tensions entre grandes puissance et de la multiplication des conflits régionaux, c’est que les dépenses militaires se sont accrues de 4% l’an dernier, pour le plus grand bonheur des complexes militaro-industriels des grandes puissances.

En s’armant jusqu’aux dents, les dirigeants de ce monde en folie promettent toujours plus de sang, toujours plus de larmes.

La révolution c'est moi

Le slogan "La révolution c'est moi !" a été scandé par des centaines de femmes en Irak, à la suite des propos du leader chiite Moq Tada Sadr qui s'est élevé contre la mixité dans les manifestations contre le pouvoir.

Ce leader s'est rangé du côté du nouveau Premier ministre et contre la poursuite du mouvement. Après avoir envoyé ses milices contre les manifestants, faisant plusieurs morts, il tente de retourner la population contre la participation des femmes au mouvement.

Bravo pour le courage de ces femmes qui ont immédiatement réagi.

La Santé toujours anémiée

Ce vendredi 14 février est une journée de grève et de manifestations dans les hôpitaux publics. Syndicats et collectifs de médecins continuent de dénoncer les conditions de travail harassantes engendrées par le manque de personnels et les salaires trop bas qui encouragent la « fuite des personnels ».

Après 11 mois de mobilisations, la ministre de la Santé n’a lâché que quelques vagues promesses de revalorisation pour quelques catégories de soignants, une augmentation des tarifs et… beaucoup de palabres. Mais sur le fond de sa politique d’économies sur le dos de la Santé publique, rien ne change. Aussi la colère persiste, déjà 600 médecins hospitaliers font la grève des tâches administratives et ce mouvement s’étend.

Les personnels qui se battent contre cette démolition de la Santé choisissent la bonne voie pour se  faire entendre.

Chômage : des chiffres en trompe-l’œil

Le gouvernement prend appui sur les derniers chiffres officiels du chômage, qui indiquent une baisse de 85 000 demandeurs d’emplois et ramène son taux à celui d’il y a dix ans, pour vanter sa politique. Mais il reste 2 millions 224 000 chômeurs, si on prend comme référence la définition du Bureau international du travail (BIT). Pour Pôle emploi, qui comptabilise d’autres catégories, le chiffre est supérieur… de plus d’un million. C’est sans compter sur le fait que les emplois créés sont pour l’essentiel précaires, mal payés et c’est faire peu de cas de tous ceux qui ont été radiés depuis l’entrée en vigueur de la réforme de l’assurance chômage au 1er novembre. Seule une contre-offensive massive et déterminée du monde du travail pourra imposer au grand capital les mesures nécessaires,  à commencer par l'interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous sans perte de salaire.

Rupture conventionnelle pour la Fonction Publique : plan social déguisé ?

Un arrêté du Journal Officiel vient de signifier la mise en place de la rupture conventionnelle dans la Fonction Publique, comme cela existe pour le privé.

Elle est présentée comme un progrès par le gouvernement au prétexte qu’elle permettrait aux salariés du public de partir avec un tout petit pécule et leur permettraient de toucher des indemnités chômage.

Mais c’est bien plus encore un moyen pour l’État de se débarrasser, à peu de frais, de nombreux salariés. Et c’est la porte ouverte aux pressions pour pousser vers la sortie des fonctionnaires dont l’État voudrait se débarrasser, à la fois ceux qui, usés par le travail, ne sont plus assez productifs et ceux qui contestent trop.

Grèce : le mur (flottant) de la honte

La Grèce vient d’engager une série de mesures draconiennes contre les migrants parmi lesquelles un projet de barrière flottante en mer Egée, car « tous les moyens » seraient bons pour « protéger les frontières de la Grèce et de l’Europe ». Et quelle sera l’étape suivante ? Ces actes et ces discours révoltants  s’adressent à la frange la plus réactionnaire de l’électorat. Cette politique juge l’ensemble des gouvernements de l’Union Européenne, co-responsables de cette barbarie qui va en croissant sur la planète.

Macron au Mont-Blanc : un sommet de platitudes

Prétendant opérer, une fois de plus, un virage écologique, Macron s’en est allé passer deux jours sur les pentes du Mont-Blanc après avoir tenu un « conseil de défense écologique ». De quoi verdir son discours, mais pas ses actes, car il ne peut sortir de ce cinéma rien d’autre que de nouvelles aides aux grandes entreprises au nom de la lutte contre le réchauffement et quelques annonces électorales pour faire mine de se pencher sur l’environnement. Un vrai moulin, et même une éolienne, à paroles.