Leur ami le prince

Le prince saoudien Ben Salman est en visite en France pour renforcer les relations entre l'Arabie saoudite et la France.

La dictature, l'oppression des femmes, les décapitations et meurtres d'opposants ? Pas grave. La guerre et la famine au Yémen ? C'est bon pour les exportations d'armement. L'intégrisme religieux ? La laïcité, c'est pour viser les travailleurs immigrés, pas les émirs du pétrole.

Les discours des dirigeants français sur les droits de l'Homme ne sont que cela : des discours.

Pouvoir d'achat : mesures dérisoires

La loi pouvoir d'achat a été finalement adoptée à l'Assemblée. Elle comprend une série de mesures censées adoucir le choc de la crise. Mais surtout financées majoritairement par les impôts, c'est-à-dire par les classes populaires.

Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie, a d'ailleurs affirmé que ce qu'il distribuerait d'un côté, il devra le reprendre de l'autre.

La seule solution pour les travailleurs est de prendre sur les profits colossaux des grandes entreprises pour se protéger de leur crise.

Françafrique : toujours là

Macron prétend renouveler les relations avec l'Afrique lors de sa tournée au Cameroun, au Bénin et en Guinée-Bissau. En fait il veut montrer que l'impérialisme français est toujours là, alors que l'armée française a dû quitter le Mali, que des groupes djihadistes se développent au-delà du Sahel, et que la Russie fait les yeux doux à plusieurs États du continent.

Macron s'inscrit dans la tradition de l'impérialisme : préserver le pré-carré français en Afrique pour le plus grand profit des Bolloré, Bouygues et autres pilleurs de richesses.

Police : le courant passe avec la population

La police des polices, l'IGPN, vient de rendre son rapport annuel. Les tirs de taser, qui envoient une décharge électrique, explosent : on en recense 2 699 en 2021 contre quelque 1 400 cinq ans avant. Cette arme se banalise.

La police prétend protéger la population. Mais qui nous protège de la police ?

JO : la course aux milliards

Macron tente de rassurer sur les Jeux olympiques qui auront lieu à Paris en 2024. Budget, sécurité : tout se passera bien. Il suffit de lui faire confiance et d'ignorer que toutes les précédentes éditions ont vu leur budget initial être très largement dépassé. D'ignorer aussi que l'inflation est en train de faire monter la facture, initialement prévue à 7 milliards d'euros.

Les JO sont une excellente occasion de faire des profits pour de nombreuses entreprises, qui seront payées rubis sur l'ongle.

Sanction contre les non-vaccinés : le scandale continue

Alors que les travailleurs des hôpitaux non-vaccinés ont été suspendus depuis dix mois et privés de salaire, le gouvernement annonce qu'il est hors de question de les réintégrer. L'obligation vaccinale dans les hôpitaux avait été imposée au personnel comme une diversion pour faire oublier les responsabilités du gouvernement dans l'hécatombe de l'épidémie de Covid-19 et comme un moyen de diviser les travailleurs.

La seule obligation qui devrait s'imposer dans les hôpitaux, c'est d'embaucher, d'augmenter les salaires et de garantir les équipements nécessaires.

Carburants : bidouillage

Le gouvernement compte finalement maintenir la ristourne à la pompe de 18 centimes par litre de carburant pour le mois d’août, puis l’augmenter à 30 centimes pour les mois de septembre et octobre. C’est ainsi que gouvernement et députés macronistes et LR estiment régler le problème du prix du carburant : autour de 2 euros le litre !
Non seulement les déplacements restent hors de prix pour les petits salaires, mais les profits des trusts pétroliers comme Total sont épargnés puisque cette ristourne sera financée par l’État, donc par les contribuables. Seule l’augmentation des salaires et leur indexation sur les prix permettrait aux travailleurs de contrecarrer leur appauvrissement.

Cisjordanie : l’armée israélienne a encore tué

Deux jeunes Palestiniens ont été tués dans la nuit du 23 au 24 juillet par l’armée israélienne en Cisjordanie. Depuis fin mars, ces opérations militaires ont tué au moins 52 civils palestiniens. Des meurtres qui se situent dans un contexte de provocations violentes perpétrées par les colons israéliens : agressions physiques, arrachages d’oliviers ou incendies, qui provoquent la colère de Palestiniens puis la répression par l’armée israélienne sous prétexte d’opérations de « contre-terrorisme ».

Or c'est bien un terrorisme d'État qu'Israël exerce sur la population palestinienne, avec la caution des États impérialistes occidentaux.