Mayotte : xénophobie attisée par Darmanin

À Mayotte, alors que la vie des habitants des quartiers pauvres se dégrade (coupures d'eau, pauvreté, violences des gangs...), de prétendus collectifs de citoyens multiplient les barrages pour traquer les étrangers. Ces coupeurs de route paralysent l'île, empêchant les salariés de se rendre à leur travail et les enfants à l'école. Ils prolongent à leur manière la campagne xénophobe Wuambushu menée par le gouvernement et bien des politiciens locaux.

En traquant les Comoriens émigrés à Mayotte et les Africains ayant fui la guerre, ces bandes dites « forces vives » sèment la terreur et la division. En accusant les étrangers, elles dédouanent le gouvernement français de sa responsabilité dans la situation dramatique de Mayotte.

Moyen-Orient : les États-Unis sèment la guerre

Pour venger la mort de trois soldats américains, tués fin janvier en Jordanie par une milice soutenue par l'Iran, l'armée de l'air américaine a bombardé plusieurs dizaines de cibles en Irak et en Syrie, tuant au moins 34 personnes. Les États-Unis bombardent aussi des bases houthies au Yémen.

D'un côté Biden et les dirigeants américains prétendent vouloir éviter l'embrasement du Moyen-Orient dans la foulée de la guerre israélienne à Gaza. De l'autre, pour assurer coûte que coûte leur domination sur cette région, ils sèment la mort et ne cessent d'entretenir la guerre.

La domination impérialiste, c'est la guerre permanente.

Groupes de niveau au collège : apprentissage de la discrimination

Consulté par le gouvernement, le Conseil supérieur des programmes a validé le tri des élèves dès la sixième. Ils seraient classés en groupes de niveau, les bons élèves d'un côté, les élèves en difficulté de l'autre, sans aucun moyen supplémentaire pour aider les plus faibles à progresser.

C'est une grave régression enfermant les élèves en difficulté dans un ghetto. C'est pour les enseignants, en plus de leurs salaires et de la dégradation de leurs conditions de travail, une motivation pour s'être remis en grève ce 6 février.

Éleveurs et consommateurs otages du profit

La multinationale Lactalis propose aux éleveurs une augmentation de 3,7 % du prix de leur lait ; l’union des éleveurs réclame 5 %, que la famille Besnier, propriétaire de Lactalis, aurait largement les moyens de payer ; mais pour les consommateurs, le prix final dépendra aussi des marges des distributeurs.

Les éleveurs ne veulent plus servir de vache à lait aux capitalistes de l’agro-alimentaire et de la distribution. Les travailleurs doivent en exiger autant de leurs patrons et imposer que les salaires suivent l’évolution des prix !

Macky Sall dictateur, Macron complice !

Le gouvernement français appelle à des élections « dans les meilleurs délais possibles » au Sénégal, après la décision du président en exercice Macky Sall de repousser la tenue de l’élection présidentielle.

Cela ne fera pas oublier que l’État français a toujours soutenu ce dictateur qui fait tirer sur les manifestants et emprisonner ses opposants. Mais l’annulation des élections a provoqué la colère d’une partie de la population. La France craint donc pour ses intérêts et ceux des capitalistes hexagonaux dans cette ancienne colonie, alors que ses soldats se sont fait renvoyer d’autres pays africains l’an dernier.

L’État français défenseur de la démocratie en Afrique ? À d’autres !

Il y a paperasse et paperasse

« Trop de normes », c’est le refrain qu’entonnent gouvernement et médias depuis les manifestations des agriculteurs. Il faudrait « simplifier tout ça ».

On attend qu’ils en fassent de même pour les chômeurs sommés de se justifier auprès de France Travail, les allocataires du RSA à qui on demande des comptes pour tout, les travailleurs immigrés qui doivent toujours renouveler leur titre de séjour…

4 jours d’Attal, c’est 4 jours de trop

Attal voudrait expérimenter la semaine « en » quatre jours dans l’administration et présente cela comme un progrès. En fait, il s’agit de faire effectuer le travail de cinq jours en seulement quatre. Quant au jour libre que cela laisserait aux salariés, qui peut affirmer qu’il ne sera pas utilisé demain pour imposer un travail supplémentaire ?

Quand un si ardent défenseur de la société capitaliste parle de progrès, c’est pour mieux exploiter les travailleurs.

Commission baratin

La présidente de la Commission de régulation de l’énergie Emmanuelle Wargon prétend que la hausse des prix du gaz était liée à la baisse de la consommation, les coûts d’entretien des tuyaux étant répartis sur moins de consommateurs.

D’habitude, on nous dit que les prix augmentent avec la demande. Là, c’est l’inverse. Les lois de l’économie capitaliste sont bien faites : quoi qu’il se passe, c’est aux consommateurs d’assumer !