Les employés de Go Sport face à leur patron voyou

L'emploi des 2 160 salariés de Go Sport est menacé, leur entreprise ayant été placée en redressement judiciaire, jeudi 19 janvier. Le patron, Michel Ohayon, s'est spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficulté pour 1 euro symbolique pour ensuite les dépouiller.

Après avoir racheté Go Sport à la société Rallye, il l'a délesté de 50 millions d'euros, d'abord pour payer les salaires des employés de Camaïeu, avant de les envoyer à Pole emploi en décembre dernier, puis pour racheter les 21 magasins de vêtements Gap.

Les patrons voyous comme Ohayon ne sont pas des moutons noirs dans un troupeau bien blanc. Dans le monde capitaliste, ces comportements criminels sont la règle.

Taxez les riches : la grande illusion

Deux cents millionnaires ont lancé un appel pour être plus taxés car, écrivent-ils, "les 10 hommes les plus riches du monde ont doublé leur richesse tandis que 99% des personnes ont vu leurs revenus baisser" au cours des deux dernières années.

Il est vrai que les impôts égratignent à peine les plus riches. Mais même si on les taxait beaucoup plus, ce qui reste à faire, tant qu'ils garderont la main sur les moyens de production avec lesquels ils bâtissent leur fortune en exploitant des travailleurs, ils fabriqueront de la misère.

L'avenir de l'humanité est dans la révolution sociale et le communisme. C'est d'ailleurs ce qui effraye ces millionnaires, prêts à donner une petite pièce pour conserver l'essentiel.

La France terre d’asile…pour ceux qui payent cash

Une enquête sur l'homme d'affaires Lucien Ebata, patron de la société Orion Oil et proche du président du Congo Denis Sassou Nguesso, a révélé que des policiers aux frontières lui facilitaient l'accès à l'aéroport du Bourget pour passer des valises pleines de cash... contre rétribution bien sûr !

Le transit de valises par cet aéroport réservé aux VIP est un secret de polichinelle. Nguesso est un grand ami de Total car le Congo est d'abord un puits de pétrole. Pour Nguesso, Ebata et ses riches amis, les frontières sont toujours grandes ouvertes.

Les murs, les barbelés et finalement les policiers ne sont dressés que contre les pauvres.

La faillite du capitalisme décrite par ceux qui le dirigent

Au forum de Davos, le rapport annuel sur les risques mondiaux dresse un bilan apocalyptique de la situation : inflation, famines, crise climatique, menace de guerre entre les USA et la Chine, multiplication des régimes autoritaires, etc...

Ce que ce rapport évoque, c'est la faillite du capitalisme. Le renverser est la seule façon d'offrir une perspective viable pour l'humanité. Et ça ne pourra être l'oeuvre que de la classe des travailleurs, la seule qui n'a aucun intérêt au maintien de ce système dominé par une minorité d'exploiteurs.

Travailleurs du nucléaire : défendre ses droits et sa santé

Alors que l'État français veut relancer le nucléaire, le sort de ceux qui le font fonctionner est passé sous silence. Dans les dix réunions publiques consacrées à ce sujet, il n'est prévu que quatre minutes pour évoquer les conditions de travail dans le nucléaire.

Cela concerne des salariés des grands groupes comme EDF ou Orano et les 33 000 travailleurs sous-traitants qui reçoivent 80% de la dose collective de radioactivité. Dans ce secteur, le tableau des maladies professionnelles n'a pas été mis à jour depuis... 40 ans !

Pour défendre leur santé et leurs conditions de travail, les "nomades du nucléaire" ne pourront compter que sur eux-mêmes.

Subventions aux entreprises : Macron, monsieur Plus

Les dirigeants européens veulent répondre aux 369 milliards de subventions aux entreprises américaines annoncés par Biden. Macron propose à la Commission européenne de répondre à la pluie de dollars par une pluie d'euros sur les grandes entreprises du vieux continent : création d'un fond européen de souveraineté, subventions publiques plus faciles à obtenir... L'argent public européen viendrait s'ajouter aux plans de relance nationaux pour arroser les trusts.

De part et d'autres de l'Atlantique, les Etats s'endettent à mort pour aider leur bourgeoisie dans la guerre économique et présentent la facture aux classes populaires.

Le carbone, ça cartonne pour les profits

À Lützerath, près de Cologne en Allemagne, des affrontements ont opposé la police et des manifestants qui refusent l'extension d'une mine de charbon exploitée par le géant de l'électricité RWE. Derrière ce projet, on trouve des banques dont le Crédit Agricole, BNP-Paribas, Société Générale, Crédit Mutuel...

En 2021, l'Agence internationale de l'énergie dénonçait « le niveau historiquement élevé de production d'électricité au charbon » qui entrave la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

La flambée actuelle des prix de l'énergie promettant de juteux profits, la lutte contre le réchauffement climatique attendra. Après eux, le déluge !

On ne veut pas un petit panier, mais un chariot plein

Le gouvernement envisage de créer un « panier anti-inflation », avec une vingtaine de produits de première nécessité vendus « presque à prix coûtant » par la grande distribution.... si elle le veut bien, car il n'est pas question de la contraindre.

Encore un gadget qui ne verra peut-être même pas le jour, mais vise à détourner l'attention de la question des salaires.

Pour remplir nos paniers de courses, la seule solution est pourtant de ce côté-là : un rattrapage de plusieurs centaines d'euros, et l'indexation des salaires sur les prix.