Chlordécone : non-lieu pour les empoisonneurs

Après quinze ans de procédure, un non-lieu a été prononcé dans l'affaire du chlordécone aux Antilles au motif que les faits étaient trop anciens !

Ce pesticide a été utilisé dans les bananeraies pendant des décennies. Il a contaminé 90 % de la population adulte de Guadeloupe et de Martinique et provoqué de très nombreuses maladies. Et si sa dangerosité était connue de longue date, son usage avait été autorisé par l’État français au profit des propriétaires de plantations, malgré les protestations des travailleurs et les alertes des médecins et de l'Organisation mondiale de la santé.

Comme dans le scandale de l'amiante, l'État et sa justice protègent les empoisonneurs. S'y ajoute ici le mépris lié à la domination coloniale.

Profits pétroliers : records battus

Plus de 200 milliards de dollars : ce sont les profits attendus pour les principales compagnies pétrolières occidentales en 2022.

Ces résultats des ExxonMobil, Chevron, TotalEnergie, Shell, BP et autres mastodontes sonnent comme une provocation alors que les travailleurs n’arrivent plus à payer le carburant, que tous baissent voire coupent le chauffage, que des artisans mettent la clé sous la porte faute de pouvoir payer les factures d’énergie…

Sur ces 200 milliards de profits, 122 milliards de dollars ont été redistribués à leurs actionnaires. Le gavage des actionnaires de l’énergie, voilà la cause de la flambée des prix.

Prix de l'énergie : Macron craint les mobilisations

Recevant à l'Élysée des boulangers pour la traditionnelle galette des rois, Macron a mis en scène une colère toute fabriquée.

Craignant la mobilisation des petits artisans et commerçants contre l'explosion des prix de l'énergie, il a fait mine de gronder les fournisseurs d’énergie lorsqu’ils imposent des contrats avec multiplication des prix.

Ce coup de menton ne trompe personne et n'engage que ceux qui veulent encore croire le roi de l’esbroufe et ses mensonges. Il y a longtemps que les capitalistes se réservent la grosse galette et sont largement servis par les gouvernements.

Les barbouzes : à l’école de la mafia

L'ancien patron de la DGSE de 2013 à 2017 a été mis en examen pour complicité de « séquestration en bande organisée » et tentative d'extorsion en 2016 envers un homme d'affaires, l'une des 500 plus grandes fortunes françaises qui avait cherché à gruger ses protecteurs et garder le grisbi.

Le but était apparemment pour les services de renseignements français de récupérer une partie de leur magot, des centaines de millions au total accumulés depuis des décennies dans le secret des officines et des opérations et placés dans diverses entreprises.

Ce service secret semble manquer de discrétion.

Anciens tirailleurs : encore loin de la justice la plus élémentaire

Les derniers tirailleurs en vie, recrutés par l'armée française dans ses colonies d'Afrique pour mener ses sales guerres en Indochine ou en Algérie, vont pouvoir percevoir leur pension dans leur pays, alors que jusqu’à présent il fallait qu’ils résident en France au moins six mois par an pour y prétendre.

Cela n'a été possible qu'après des années de procédure et ne concerne que quelques dizaines de survivants, tous âgés de plus de 90 ans, et uniquement ceux percevant le minimum vieillesse, pour l'instant.

L'impérialisme français a toujours le même mépris pour ceux qui lui servent de chair à canon.

Difficultés scolaires : Pap… prêt de s’améliorer

Constatant qu’un quart des élèves de 6e n’ont pas le niveau en français et qu’un tiers n’ont pas le niveau en maths, le ministre Pap Ndiaye propose une heure d’approfondissement pour les élèves de 6e qui en auraient besoin.

Cela reste tellement dérisoire face aux besoins des élèves. Et il serait déjà bon que tous les élèves bénéficient des toutes les heures prévues par les programmes mais qui ne sont pas assurées faute d’enseignants ou de remplacement des professeurs en arrêt.

Or non seulement Ndiaye ne compte pas embaucher, mais il prévoit de supprimer encore des postes d’enseignants l’année à venir…

Covid : circulez, il n’y a rien à voir

Un rapport confidentiel de l’Inspection générale des affaires sociales met en cause l’impréparation de l’État pour affronter les crises sanitaires importantes, l’affolement du ministère de la Santé quand le Covid a frappé, suivi de consignes contradictoires.

Ce rapport de 2020 a été tenu secret par le gouvernement depuis deux ans et demi, il n’est révélé à présent que grâce au quotidien Le Parisien.

Pour l’instant, seule Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé, est en examen pour mise en danger de la vie d’autrui. Mais ce rapport contribue à accuser l’ensemble du pouvoir, bien plus prompt à servir les riches et à punir les soignants, qu’à prendre les mesures et les initiatives propres à sauver des vies humaines.

Amazon : licencieur

Amazon vient d'annoncer une véritable saignée dans ses effectifs avec 18 000 licenciements. Cette politique est commune à tous les grands groupes du secteur de la « Tech », dont Meta (Facebook), Alphabet (Google), Microsoft, Twitter…, qui ont déjà supprimé 120 000 postes en 2022 !

C’est avec la peau de leurs employés qu’ils essayent d’augmenter le cours de leurs actions sur les places financières. Le capitalisme 2.0 est tout aussi brutal et nuisible que celui qui l'a enfanté.