Brèves

Les Jeunes agriculteurs dénoncent les profits de la grande distribution

Brève
04/05/2009

Mercredi dernier, une vingtaine de producteurs ont investi les allées d'un supermarché de l'enseigne Leclerc à Levallois (Hauts-de-Seine) pour dénoncer les marges de la grande distribution sur les produits alimentaires. Cette action était organisée dans le cadre d'une campagne du syndicat des Jeunes agriculteurs intitulée : « Qui se gave le plus ? »

Certains exemples cités - celui du cochon acheté 1,40 euro le kilo et revendu 12 euros le kilo en grande surface, le lait acheté 30 centimes à la ferme et revendu entre 75 centimes et 1,05 euro - permettent de répondre à cette question : les gavés, ce sont les capitalistes de la distribution !

La retraite de Bouton

Brève
04/05/2009

Le président de la Société Générale, en démissionnant de son poste, a précisé qu'il ne toucherait pas de « parachute doré ». Mais il ne s'est pas étendu sur le montant de sa retraite : 730 000 euros par an, payés par l'entreprise jusqu'à sa mort.

Avec un tel matelas, il n'y a en effet pas besoin d'un parachute pour atterrir confortablement...

« Prime de bienvenue » chez Dexia

Brève
04/05/2009

Le nouveau directeur financier de la banque franco-belge Dexia doit toucher 500 000 euros de « prime de bienvenue », un « golden hello ».

Dexia fait décidément preuve d'une grande générosité avec ses cadres dirigeants qui ont pu récemment se partager un bonus de 8 millions d'euros. Quant à son président, il s'est octroyé une augmentation de 30 %, portant son salaire annuel à un million d'euros.

Les 6,4 milliards d'euros versés en septembre dernier par les États français et belges, soi-disant pour sauver Daxia de la faillite, n'ont pas été perdus pour tout le monde.

Brice Hortefeux « découvre » les accidents du travail

Brève
04/05/2009

Le ministre du Travail a déclaré avoir été « marqué » par les chiffres élevés de maladies et d'accidents professionnels qu'il affirme avoir « découverts ». Il y a en effet de quoi être « marqué » : pour l'année 2007, le nombre d'accidents du travail déclarés (beaucoup ne le sont pas, du fait des pressions patronales) s'élevait à plus de 720 000, en augmentation constante depuis 2004, tandis que 54 000 personnes ont réussi à faire reconnaître leur maladie comme étant d'origine professionnelle (ce qui est souvent long et difficile).

Alors que va faire ce ministre qui, il y a quelques mois encore, organisait la chasse aux sans-papiers ? Organiser la chasse aux patrons qui mettent en danger la santé des travailleurs ? On imagine que les patrons doivent trembler...

Carlos Ghosn se réjouit de la crise

Brève
04/05/2009

Le 14 avril dernier, le PDG de Renault a déclaré dans la presse britannique qu'avec la crise « nous pouvons faire des choses que nous n'aurions jamais pu faire il y a quelques années », citant « la réduction du temps de travail » et « la baisse des salaires » auparavant « impossibles ».

C'est ainsi qu'il a pu imposer le gel des salaires pour 2009 et parvenir à un accord sur le chômage partiel qui lui permet d'économiser près de 100 millions d'euros cette année. En effet, pour continuer à être payés à 100% du net en cas de chômage partiel, les ouvriers, cadres et agents de maîtrise devront « donner » un jour de congé pour cinq jours chômés.

Ce n'est pas dit que la direction de Renault puisse se réjouir indéfiniment : la colère des salariés pourrait lui faire un jour ravaler sa morgue.

Débat sur le « délit de solidarité »

Brève
04/05/2009

Une proposition de loi socialiste visant à réformer le délit d'aide à l'entrée et au séjour d'étrangers en situation irrégulière doit être débattue aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Alors qu'Éric Besson déclarait que la loi actuellement en vigueur ne visait que les « passeurs », le Gisti (Groupe d'information et de soutien aux immigrés) a publié une liste de 32 arrêts de cour d'appel rendus depuis 1986 qui démontrent qu'au contraire, des personnes ayant voulu aider pour des raisons humanitaires ou amicales les étrangers en situation irrégulière, ont été inquiétées par les pouvoirs publics.

Mais la droite n'a aucun état d'âme, sachant que le projet de loi du PS qui propose de limiter les poursuites judiciaires aux initiatives à but lucratif, n'a aucune chance de passer. Et Besson pourra plus facilement atteindre les objectifs qui lui ont été fixés par la lettre de mission envoyée par Matignon et l'Elysée le 31 mars : 27 000 reconduites à la frontière pour 2009 et 5 000 arrestations au titre du délit contesté.

Grève et manifestation à Paris contre la loi Bachelot pour les hôpitaux

Brève
29/04/2009

8 000 à 20 000 manifestants ont défilé contre la loi Bachelot dans les rues de la capitale, jusque devant le Sénat qui doit examiner la loi à partir du 11 mai.

Plus de 50% des médecins hospitaliers de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris étaient en grève pour dénoncer la mise en place de véritables « patrons » à la tête de l'hôpital dont le pouvoir serait démesuré et hors du contrôle des instances médicales. L'ensemble du personnel hospitalier mobilisé dénonce la logique de la rentabilité de cette loi qui vise à faire gérer l'hôpital public comme une entreprise privée et entraînera de nouvelles suppressions massives de postes d'infirmières et d'aides-soignants.

Ni la santé des malades, ni l'hôpital public ne devraient être soumis à la logique du profit !

Grippe porcine : une bonne affaire

Brève
29/04/2009

La propagation d'un nouveau virus de la grippe porcine chez l'homme n'est pas une mauvaise nouvelle pour tout le monde.

Sans attendre, les actions du groupe pharmaceutique Roche qui produit le Tamiflu , un antiviral censé lutter contre cette grippe, ont grimpé en flèche et pris 6 % lundi à la Bourse.

Une belle occasion de s'enrichir pour ce groupe pharmaceutique et pour les spéculateurs.

La violence policière dénoncée

Brève
29/04/2009

Le rapport annuel de la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) dénonce les violences et violations des droits commises par la police française, surtout à l'égard des mineurs et des étrangers sans papiers. Les placements en garde à vue se multiplient et s'accompagnent souvent de mesures humiliantes comme les « fouilles à nu ».

Quant aux étrangers sans papiers en voie d'expulsion, ils s'entassent parfois par centaines dans des centres de détention indignes, comme celui de Mayotte où même un bébé de 3 semaines a été détenu avec sa mère.

Les violences policières ne sont pas une nouveauté. Mais la démagogie sécuritaire et anti-immigrés du gouvernement ne peut qu'encourager leur développement.

Imprimer txt