Brèves

C'est reparti pour le Monopoly

Brève
06/08/2010

Les financiers sont paraît-il au bord de l'euphorie : après avoir été sauvés par les puissances publiques à coups de centaines de milliards, les voilà qui se sentent pousser des ailes pour de nouvelles opérations de fusions - acquisitions : en juin, ces opérations ont été en progression de 25 % par rapport à janvier. Depuis le début de l'année, 30 opérations ont brassé chacune plus de 5 milliards de dollars, plus de 200 entre 1 et 5 milliards.

Et tout cela pour quoi d'utile à la société ? Pour rien et encore moins pour les salariés de ces groupes fusionnés qui sont les premiers à faire les frais de ces opérations financières.

A qui profite la hausse

Brève
05/08/2010

Le gouvernement vient de décider d'augmenter les tarifs d'électricité de 3 % pour les ménages. Il justifie cela par les investissements, 8 milliards, qu'EDF devrait faire en 2010 dans ses centrales et son réseau.

Mais 8 milliards, ce n'est rien à côté des achats, purement spéculatifs, qu'EDF a réalisé ces dernières années (British Energy en Grande-Bretagne : 16 milliards, Constellation aux États-Unis : 4 milliards), et veut en fait faire payer aux usagers au travers des augmentations de l'électricité.

D'ailleurs à l'annonce de la hausse des tarifs, l'action d'EDF a grimpé à la bourse. C'est dire que les gros actionnaires savent déjà qu'ils vont en profiter.

Les gavés

Brève
05/08/2010

Sanofi-Aventis a proposé de débourser 18,4 milliards de dollars, l'essentiel en numéraire, pour le rachat d'une entreprise américaine de biotechnologie. C'est un montant bien plus important que le déficit annuel des caisses de retraites !

Ces sommes astronomiques entre les mains de quelques actionnaires sont le fruit de l'exploitation des travailleurs qui ont dû subir des milliers de suppressions d'emplois dans le groupe. Et c'est aussi le fruit du pillage systématique de la sécurité sociale. Pillage des finances publiques et suppressions d'emplois d'un côté, accumulation de fortunes de l'autre, c'est la marche normale du capitalisme.

État : appeler les choses par leur nom

Brève
04/08/2010

Nouvelle révélation sur l'action ministérielle d'Éric Woerth : le quotidien Libération affirme qu'il serait intervenu en 2008, comme ministre du budget, pour que les héritiers du sculpteur César puissent bénéficier d'un dégrèvement fiscal de 27 millions d'euros.

De toute évidence il serait plus exact que le ministère du budget change de nom pour devenir le ministère des riches. Quant au ministère du travail, l'affectation actuelle de Woerth, il devrait s'appeler ministère des patrons.

La catastrophe n'est pas que naturelle

Brève
04/08/2010

Des milliers de morts, des centaines de milliers de déplacés, des épidémies de choléra, tel est le bilan provisoire des inondations au Pakistan, bilan qui, alors que les autorités pakistanaises sont complètement débordées, ne pourra qu'empirer.

Quant aux puissances occidentales, elles ont encore une fois fait leur cinéma humanitaire : 40 millions d'euros d'aides débloquées entre les États-Unis et l'Europe, soit l'équivalent du coût de 6 heures de guerre en Afghanistan, rien que pour l'armée américaine.

Les petits patrons routiers grecs se défendent

Brève
03/08/2010

Le gouvernement socialiste grec a mobilisé l'armée et la police pour briser la grève des chauffeurs routiers, en organisant notamment des convois de camions militaires sous escorte policière pour approvisionner les stations services et en menaçant les chauffeurs de leur retirer leur licence.

Les chauffeurs routiers sont en lutte contre un plan de libéralisation de leur secteur d'activité, mesure demandée, parmi d'autres, par le FMI en échange d'un prêt de 110 milliards d'euros. Mesure que le gouvernement grec s'est chargé d'imposer aux chauffeurs, comme il se charge d'une manière générale de faire payer la crise du capitalisme aux travailleurs. De quoi se retrouver tous d'accord contre ce système dément !

La colère des ouvriers de Dacca

Brève
03/08/2010

Après des mois de grèves et de manifestations, les ouvriers du textile de Dacca (Bengladesh) ont jugé « insultante » la proposition du gouvernement de n'offrir en guise d'augmentation des salaires que 34 euros par mois, alors que le minimum pour vivre est d'au moins 55 euros par mois. Des milliers de grévistes se sont affrontés à la police, ont bloqué les autoroutes, les usines, les commerces.

Ce sont les capitalistes d'ici, les Carrefour, Zara, H&M et autres Levi Strauss qui font l'essentiel du profit sur le dos des ouvriers de Dacca en leur imposant des salaires de misère. Les mêmes capitalistes qui ici, licencient et bloquent les salaires. Les ouvriers de Dacca ont raison de ne pas les laisser faire

Livret A à la traîne

Brève
02/08/2010

Le taux du Livret A est passé au 1er août de 1,25 % à 1,75 %. Ce qui témoigne du regain d'inflation constaté officiellement par les autorités.

Mais le Livret A, où les couches populaires qui peuvent faire des économies placent souvent leur argent, est bien loin de rapporter autant que les 10 ou 15 % que réclament les gros actionnaires.

Et son taux est aussi assez loin de l'inflation réelle. Comme les 15 % de hausse du gaz, ou les 4 à 5 % d'augmentation des tarifs des transports parisiens au début de l'été.

Le chantier se transforme en mine d’or

Brève
02/08/2010

Le chantier du nouveau réacteur nucléaire d'EDF à Flamanville dans la Manche prend du retard : environ 2 ans. Mais surtout, le coût de ce réacteur EPR passe de 3,3 milliards à 5 milliards d'euros.

On ne sait pas encore si ce réacteur est vraiment prometteur sur le plan énergétique. Toutefois on est d'ores et déjà certain qu'au travers d'EDF, c'est de l'argent public qui coule à flot dans les caisses des grandes entreprises du BTP et autres qui œuvrent sur ce chantier.

Imprimer txt