Brèves

TF1 ne veut voir qu’une seule tête

Brève
12/05/2009

Particulièrement liée à Sarkozy et au gouvernement, la chaîne privée appartenant à Bouygues a licencié un cadre qui avait contesté le projet de loi Hadopi contre le téléchargement sur Internet. Pourtant celui-ci ne s'était même pas exprimé professionnellement, mais personnellement, en écrivant à son député.

La direction de TF1 entend visiblement interdire toute expression divergente à son personnel, même en privé. Cela donne une idée de la confiance qu'on peut lui faire quant au traitement de l'information.

Quant au délateur, il venait bien du ministère de la Culture, comme a finalement dû le reconnaître la ministre. Un milieu charmant !

Licenciements provocateurs

Brève
11/05/2009

Une entreprise textile, Carreman, prépare un plan pour licencier une partie des 150 employés de son site de Castres (Tarn).

Le patron ne s'est pas gêné : il a convoqué neuf travailleurs pour leur proposer un poste en Inde payé 69 € brut par mois pour 6 jours de travail par semaine ! Et devant l'indignation soulevée par ce mépris pour les salariés qui ont fait sa fortune, il a rejeté la responsabilité de cette provocation sur « la stupidité de loi » qui l'oblige à proposer trois reclassements.

Ce qui est sûr c'est que, tant qu'elles ne sont pas contrôlées par les travailleurs, les entreprises ne se privent pas de contourner les quelques lois qu'elles jugent contraignantes pour leur soif de profit. Mais que la loi permette de faire des propositions de "reclassement" aussi indécentes, et dont on avait déjà eu d'autres exemples dans le passé, illustre le fait que le sort des salariés licenciés était le dernier des soucis de ceux qui l'ont rédigée et votée. Car même quand l'État essaie de se donner un air "social", il reste au service des capitalistes.

Tapie, l’Elysée et le Club Méditerranée

Brève
11/05/2009

On se souvient que, soutenu par Sarkozy, Tapie avait récupéré 285 millions de la part de l'État, dans le cadre de son conflit avec le Crédit Lyonnais. Une telle somme, cela représente l'économie réalisée par l'État en un an en supprimant quelque 10 000 emplois de fonctionnaires.

Que va faire Tapie de tant d'argent ? Peut-être essayer de racheter le Club Méditerranée. Ensuite, le gouvernement nous expliquera sans rire que supprimer ces emplois de fonctionnaires, c'est vraiment indispensable. Pour permettre à des patrons de faire de bons coups ? C'est la politique d'un gouvernement qui leur mange dans la main.

Lois anti-immigrés et surtout inhumaines

Brève
11/05/2009

Un jeune couple dijonnais de 23 et 24 ans sur le point de se marier se retrouve, pour cette raison, dans les pattes de la justice. C'est le dépôt de leur dossier de mariage à la mairie de Dijon qui a déclenché une enquête de police car il est Marocain sans-papiers et elle est française.

Le fiancé a été expulsé quelques jours avant la date prévue pour le mariage. Et elle est poursuivie pour avoir hébergé une personne en situation irrégulière. Elle risque 5 ans de prison et 30 000 euros d'amende.

Un exemple des dégâts des lois inhumaines de Sarkozy et de son valet Besson.

Guerre civile au Pakistan

Brève
11/05/2009

Les États-Unis, déjà directement aux prises en Afghanistan avec les talibans, sont inquiets de leur progression au Pakistan, bien plus peuplé et doté de l'arme atomique. C'est pourtant Washington qui avait soutenu, par l'intermédiaire des services secrets pakistanais, les talibans contre les troupes soviétiques dans les années 1980.

Aujourd'hui les États-Unis font pression pour que l'armée pakistanaise, qu'ils financent également, reconquière des vallées montagneuses aux mains des islamistes radicaux. C'est ainsi une guerre civile qui prend de l'ampleur.

Les calculs cyniques de l'impérialisme américain ont provoqué drames sur drames. Ces jours-ci, ils sont payés par plus d'un million de réfugiés pakistanais.

Chômage aux États-Unis

Brève
11/05/2009

Les travailleurs sont durement touchés par la crise dans le pays le plus puissant du monde. En avril on y a compté 539 000 chômeurs de plus, selon les chiffres officiels.

Le gouvernement essaye de rassurer en expliquant que la progression du chômage ralentit, puisque au premier trimestre on a compté plus de 700 000 chômeurs supplémentaires par mois.

Mais c'est un appauvrissement général qui touche la classe ouvrière pendant que là-bas aussi l'État déverse des milliards dans les coffres des grandes entreprises.

34 000 suppressions de postes dans la Fonction publique en 2010

Brève
10/05/2009

En 2008, le gouvernement avait prévu de supprimer 22 791 postes, et il en a finalement supprimé 22 900. En 2009, ce sera 30 529 et pour 2010, il vient d'annoncer le chiffre de 34 000.

Voilà comment l'État employeur lutte contre le chômage !

Le 8 mai 1945 en Algérie

Brève
10/05/2009

Sarkozy, dans son discours du 8 mai, a dit rendre hommage aux soldats africains morts lors du débarquement de Provence en août 1944. Mais il s'est bien gardé d'évoquer le sort que la France réservait aux peuples colonisés en 1945.

Le 8 mai 1945, le jour où l'on fêtait le retour à la paix en France, la police coloniale intervint brutalement à Sétif, en Algérie, pour saisir dans le défilé des drapeaux algériens. Ce fut le point de départ d'émeutes qui furent suivies d'une répression féroce, et de bombardements de villages par l'aviation française.

La fin de la Seconde guerre mondiale n'a pas signifié la libération pour les peuples coloniaux. Cette liberté, ils ont dû la gagner en luttant contre les puissances coloniales, en particulier contre la France.

Le parquet refuse d’inquiéter trois dictateurs « amis de la France »

Brève
10/05/2009

Trois chefs d'État africains qui entretiennent de très bonnes relations avec la France : Omar Bongo pour le Gabon, Denis Sassou-Nguesso pour le Congo et Teodoro Obiang pour la Guinée équatoriale, sont soupçonnés d'avoir détourné des sommes importantes des budgets de leurs États pour s'acheter des biens immobiliers en France.

Que ces dictateurs se soient enrichis au détriment de leur peuple, cela n'étonnera personne. Mais ces détrousseurs ne sont en réalité que des « hommes de main ». Ce sont de grands trusts en l'occurrence français comme Total, très présent au Gabon, qui profitent et pillent les richesses de ces pays.

Imprimer txt