Brèves

La Poste « imprivatisable » ?

Brève
03/11/2009

C'est ce à quoi s'est engagé, les yeux dans les yeux, le ministre de l'Industrie Christian Estrosi. Et pourtant, le même Estrosi est en train de faire de La Poste une « société anonyme ». Un peu comme Sarkozy, en 2004, avait changé le statut de GDF, en jurant qu'elle ne serait pas privatisée - elle l'a été depuis...

Aujourd'hui, le trafic postal est déjà largement privé ; et une entreprise comme Alternative Post distribue déjà même une partie des courriers de moins de 50 grammes, en toute illégalité, à Lyon en l'occurrence. Et demain, le gouvernement voudra privatiser La Poste pour qu'elle soit mieux armée contre cette « concurrence »...

Alors, une devinette : de Sarkozy et d'Estrosi, lequel est le plus menteur ?

Chirac devant la justice ?

Brève
03/11/2009

L'ancien président va-t-il être jugé en correctionnelle pour un système organisé d'emplois fictifs à la Mairie de Paris ? En tout cas, ils sont nombreux, à gauche comme à droite, ceux qui volent à son secours, au nom des « services » qu'aurait rendus Chirac au pays, voire de son opposition lors de la guerre en Irak, et sous prétexte que ce sont des faits anciens. Mais si ces faits anciens n'ont jamais été jugés, ce n'est pas seulement parce que la justice est lente, c'est surtout parce que Chirac s'est abrité derrière l'immunité que lui conférait la fonction présidentielle. Et c'est cette immunité qui est scandaleuse.

L’arnaque de Tarnac

Brève
03/11/2009

Il y a un an, Alliot-Marie en tête, le gouvernement « révélait » dans tous les médias une gigantesque opération de sabotage SNCF, menée par un groupe de terroristes de l'« ultra-gauche », neuf jeunes vivant dans le village de Tarnac (Corrèze). Aujourd'hui, la baudruche s'est dégonflée : tous les suspects ont été relâchés, certains après plusieurs mois de prison. Les avocats des neuf jeunes ont livré une contre-enquête, qui souligne les invraisemblances matérielles du dossier et les contradictions des policiers, qui ont parfois filé les suspects en permanence, sans établir aucune preuve contre eux.

Les neuf de Tarnac sont toujours mis en examen pour « association de malfaiteurs, destructions et dégradations en lien avec une entreprise terroriste ». Ils doivent être relaxés !

Près de 5000 sans-papiers en grève pour la régularisation

Brève
02/11/2009

Trois semaines après le début, le 12 octobre, de la grève des salariés sans-papiers pour leur régularisation, ils sont presque 5 000 en grève sur 44 piquets de grève à Paris et en banlieue. Ils occupent notamment la Tour Axa à La Défense, le siège de la Sogeres (groupe Sodexo, restauration collective) à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), des agences d'intérim, des entreprises de nettoyage ou encore un restaurant du musée Beaubourg. Car bien des secteurs, bien des entreprises ne tournent qu'avec des sans-papiers !

Ils sont confrontés aux expulsions policières, aux vigiles patronaux parfois aussi, et à l'indifférence de la presse. Mais ils ont droit au soutien de tous les travailleurs : ils vivent ici, ils bossent ici, ils doivent rester ici !

Rififi chez les sénateurs UMP sur la taxe professionnelle : c’est une révolte ? non, sire, c’est pour faire semblant

Brève
02/11/2009

24 sénateurs UMP, emmenés par l'ancien Premier ministre Raffarin, ont critiqué le projet de loi concernant la suppression de la taxe professionnelle. Cette réforme va priver les collectivités locales d'une partie de leurs recettes et certains des sénateurs, élus locaux, redoutent ainsi de devoir gérer la pénurie.

Mais les élus UMP ne demandent ne demandent que de modestes aménagements - moyennant quoi, ils voteront la réforme. Avec une contestation comme celle-ci, Sarkozy et son gouvernement peuvent encore dormir sur leurs deux oreilles.

Haro sur les hôpitaux de proximité

Brève
02/11/2009

Le gouvernement veut fermer 182 des 1075 établissements qui pratiquent des interventions chirurgicales. Il explique en effet qu'en-deçà de 1500 interventions annuelles, la « qualité des actes » et la « sécurité des malades » sont en cause. Balivernes ! Comme pour les maternités auparavant, l'objectif réel est de faire de sordides économies sur la santé publique. La suppression d'hôpitaux de proximité implique souvent un long trajet et donc un danger plus grand, par exemple en cas d'accident. Alors, salariés et usagers auront tout intérêt à se mobiliser non seulement pour préserver tel ou tel bloc opératoire, mais plus généralement contre le saccage du service public de santé.

Lutte contre le cancer ou opération de communication ?

Brève
02/11/2009

Sarkozy lance le nouveau « Plan Cancer » du gouvernement pour les cinq années à venir. Ce plan a comme priorité affichée de lutter contre les inégalités géographiques et sociales.

Dans les mots peut-être. Car dans la réalité le gouvernement ferme des hôpitaux de proximité, dérembourse des médicaments et augmente le forfait hospitalier. Une politique bien réelle, mais dont Sarkozy se vante moins.

Logement vide

Brève
02/11/2009

Les militants de « Jeudi noir », une association qui attire l'attention sur la crise du logement, occupent un somptueux hôtel particulier, sur la très chic place des Vosges à Paris.

Ils dénoncent le fait que cet immeuble de 2000 mètres carrés, habitable sans travaux, est inoccupé depuis 44 ans. Et que l'État n'a rien fait pendant toutes ces années pour appliquer sa propre loi lui permettant de réquisitionner des logements inoccupés pour pallier la pénurie de logements.

Mais les gouvernements défendent avant tout l'intérêt des propriétaires d'immeubles de luxe, et laissent les travailleurs dans d'inextricables problèmes de logement.

États-Unis : gaspillage avoué d’argent public

Brève
02/11/2009

Pour répondre à une polémique sur l'efficacité de son plan de relance de l'économie de 787 milliards de dollars - qui aux États-Unis comme en France consiste à arroser les entreprises privées avec de l'argent public- l'administration Obama prétend qu'elle a créé ou sauvé un million d'emplois cette année.

C'est invérifiable. Mais si c'était vrai, cela reviendrait à une dépense publique de plus de 500 000 euros par emploi !

Là-bas comme ici, il coûterait bien moins cher que l'État créé lui-même directement les emplois nécessaires à la population dans les services publics.

Imprimer txt