Brèves

Rififi chez les sénateurs UMP sur la taxe professionnelle : c’est une révolte ? non, sire, c’est pour faire semblant

Brève
02/11/2009

24 sénateurs UMP, emmenés par l'ancien Premier ministre Raffarin, ont critiqué le projet de loi concernant la suppression de la taxe professionnelle. Cette réforme va priver les collectivités locales d'une partie de leurs recettes et certains des sénateurs, élus locaux, redoutent ainsi de devoir gérer la pénurie.

Mais les élus UMP ne demandent ne demandent que de modestes aménagements - moyennant quoi, ils voteront la réforme. Avec une contestation comme celle-ci, Sarkozy et son gouvernement peuvent encore dormir sur leurs deux oreilles.

Haro sur les hôpitaux de proximité

Brève
02/11/2009

Le gouvernement veut fermer 182 des 1075 établissements qui pratiquent des interventions chirurgicales. Il explique en effet qu'en-deçà de 1500 interventions annuelles, la « qualité des actes » et la « sécurité des malades » sont en cause. Balivernes ! Comme pour les maternités auparavant, l'objectif réel est de faire de sordides économies sur la santé publique. La suppression d'hôpitaux de proximité implique souvent un long trajet et donc un danger plus grand, par exemple en cas d'accident. Alors, salariés et usagers auront tout intérêt à se mobiliser non seulement pour préserver tel ou tel bloc opératoire, mais plus généralement contre le saccage du service public de santé.

Lutte contre le cancer ou opération de communication ?

Brève
02/11/2009

Sarkozy lance le nouveau « Plan Cancer » du gouvernement pour les cinq années à venir. Ce plan a comme priorité affichée de lutter contre les inégalités géographiques et sociales.

Dans les mots peut-être. Car dans la réalité le gouvernement ferme des hôpitaux de proximité, dérembourse des médicaments et augmente le forfait hospitalier. Une politique bien réelle, mais dont Sarkozy se vante moins.

Logement vide

Brève
02/11/2009

Les militants de « Jeudi noir », une association qui attire l'attention sur la crise du logement, occupent un somptueux hôtel particulier, sur la très chic place des Vosges à Paris.

Ils dénoncent le fait que cet immeuble de 2000 mètres carrés, habitable sans travaux, est inoccupé depuis 44 ans. Et que l'État n'a rien fait pendant toutes ces années pour appliquer sa propre loi lui permettant de réquisitionner des logements inoccupés pour pallier la pénurie de logements.

Mais les gouvernements défendent avant tout l'intérêt des propriétaires d'immeubles de luxe, et laissent les travailleurs dans d'inextricables problèmes de logement.

États-Unis : gaspillage avoué d’argent public

Brève
02/11/2009

Pour répondre à une polémique sur l'efficacité de son plan de relance de l'économie de 787 milliards de dollars - qui aux États-Unis comme en France consiste à arroser les entreprises privées avec de l'argent public- l'administration Obama prétend qu'elle a créé ou sauvé un million d'emplois cette année.

C'est invérifiable. Mais si c'était vrai, cela reviendrait à une dépense publique de plus de 500 000 euros par emploi !

Là-bas comme ici, il coûterait bien moins cher que l'État créé lui-même directement les emplois nécessaires à la population dans les services publics.

Affaire de l’Angolagate

Brève
29/10/2009

Le procès de l'Angolagate, scandale mêlant pots de vin et ventes d'armes illicites à l'Angola de 1993 à 1998, vient de se terminer. Parmi les accusés, les hommes d'affaires Charles Falcone et Arcadi Gaydamak ont été condamnés à six ans de prison ferme. Charles Pasqua, ancien ministre de l'Intérieur, a pris trois ans avec sursis dont un an ferme ainsi que 100 000 euros d'amende. Une première après tous les procès dont il est toujours sorti blanchi.

Pasqua, entre autres, fait appel, arguant pour sa part qu'il n'a rien à se reprocher, réclamant même la levée du secret-défense sur les ventes d'armes !

Ce serait certainement très instructif mais bien trop dangereux pour tous les gouvernements qui se sont succédé ces dernières années, de Mittterrand à Sarkozy en passant par Chirac.

Le secret-défense et les profits faramineux des marchands d'armes valent bien quelques sacrifiés. Et encore. Pasqua n'ira pas en prison tant qu'il bénéficie d'une immunité parlementaire en qualité de sénateur des Hauts-de-Seine.

Le cynisme des policiers

Brève
29/10/2009

Quatre ans après les faits, alors que les juges d'instruction avaient rendu une ordonnance annonçant que l'instruction étaient achevée dans l'affaire des deux jeunes poursuivis par des policiers et morts dans une centrale électrique à Clichy-sous-Bois en 2005, les avocats des policiers viennent de demander la mise en examen du troisième jeune qui, lui, a survécu. L'avocat des policiers prétend que ce serait ce dernier jeune qui aurait poussé ses camarades dans la centrale.

Les policiers font tout pour rallonger l'instruction et repousser le procès. Ils espèrent aussi probablement qu'après le non-lieu que viennent d'obtenir les policiers de Villers-Le- Bel, ils obtiendront à leur tour un jugement similaire.

Brandir l’identité nationale en guise de politique

Brève
28/10/2009

Invité du « Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI » du dimanche 25 octobre, Éric Besson, ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, a enfoncé le clou sur l'expulsion des trois Afghans qui a eu lieu la semaine dernière, en affirmant que les expulsions « continueront ».

Il a poursuivi en proposant un grand débat sur « l'identité nationale » qui permettrait de « réaffirmer les valeurs de l'identité, et la fierté d'être français », arguant l'attente des Français sur ce terrain. Répondant à une question sur la burqa, il a affirmé qu'elle serait en contradiction avec l'identité nationale ! Comme si le fait de rejeter la burqa relevait d'une « identité nationale » et non de valeurs universelles de dignité et de droit des femmes.

Besson est à bonne école dans le gouvernement Sarkozy pour recourir à la démagogie patriotique et nationaliste en ratissant large du côté de l'extrême droite.

Allègements fiscaux en Allemagne

Brève
28/10/2009

Le week-end dernier, la chancelière Angela Merkel et son gouvernement ont annoncé, sous prétexte de relance économique, un allègement de 24 milliards d'euros en faveur des entreprises et des familles.

Ce qui est très clair pour l'instant, ce sont les mesures envisagées en faveur des patrons, telle la réduction de la TVA dans l'hôtellerie et la restauration. Pour les classes populaires, le projet est des plus flous.

Il n'est pas difficile de deviner que ce sera aux travailleurs d'Allemagne que le gouvernement Merkel fera payer la note.

Imprimer txt