Brèves

Lycée Chérioux: les profs ne laissent pas passer

Brève
08/02/2010

Il n'y a toujours pas de cours au lycée Chérioux de Vitry (Val-de-Marne), après la grave agression d'un élève et malgré les menaces du ministre Chatel. Les enseignants et les autres personnels n'acceptent pas, eux, de faire comme si de rien n'était et de reprendre le travail tant qu'il n'y a pas un minimum de moyens humains pour la sécurité et la tranquillité de tous dans l'établissement.

Ils exigent le doublement des postes de surveillants. C'est bien le moins !

La Grèce qui cache la forêt

Brève
08/02/2010

Les ministres et les commentateurs des pays riches n'ont pas eu de mots assez durs contre l'Etat grec, coupable d'un surendettement qui menacerait toute la zone euro et ferait peser la menace d'un krach mondial. L'Espagne et le Portugal sont aussi dans le collimateur.

Par contre, la dette des pays du G7 - quelque 30 000 milliards de dollars, qui ont finalement servi à alimenter la spéculation - fait couler moins d'encre. C'est pourtant celle-ci, et toute la spéculation, qui menacent l'économie capitaliste d'un effondrement général.

Les vessies et les lanternes

Brève
08/02/2010

Christine Lagarde s'est félicitée de la chute de l'euro, qui dévisse en raison du surendettement des Etats de la zone. Quand l'euro était fort, elle s'en réjouissait aussi. Quand la banque Lehman Brothers s'est effondrée, déclenchant un krach mondial, elle disait que la crise était derrière nous. Il faut dire qu'elle a même trouvé que le froid du Grand Nord canadien donnait un « air chaleureux » à la réunion du G7 ce week-end.

Ah, tout va bien, Madame la Marquise !

Ukraine : alternance politicienne

Brève
08/02/2010

C'est Ianoukovitch qui a gagné l'élection présidentielle ce week-end. Ce bureaucrate a déjà été au pouvoir de 2002 à 2004 en tant que 1er ministre, et surtout en tant que protégé d'un clan de milliardaires qui pillaient les richesses du bassin industriel et minier du Donetsk.

Les perdants sont l'autre clan de politiciens affairistes au pouvoir depuis 6 ans. Leur langage « démocratique » était destiné à plaire aux puissances occidentales. Mais la pauvreté dans laquelle vit la majorité de la population explique leur désaveu dans les urnes.

Les travailleurs n'ont rien à attendre de tous ces politiciens qui gouvernent uniquement pour les riches.

La catastrophe sociale

Brève
07/02/2010

Sarkozy a annoncé à la télévision que le chômage allait baisser. Sans doute est-ce parce qu'en 2010, un million de chômeurs vont se retrouver en fin de droits et que presque les deux tiers ne vont plus rien toucher et ne seront plus comptés ? Il est urgent de partager le travail entre tous, sans diminuer les salaires et pour en assurer un à chaque travailleur, en prenant l'argent dans les coffres du patronat.

« Henri la combine »

Brève
07/02/2010

Le nouveau PDG d'EDF, Henri Proglio, ne voulait pas travailler pour moins de 2 millions par an. À cause du scandale médiatique, il a été contraint de renoncer au salaire de 450 000 euros annuels chez Veolia.

Mais Henri Proglio a plus d'une combine dans son sac : la presse vient de révéler que Proglio fera valoir sa retraite de cadre chez Veolia, plus d'un million d'euros par an. Cumulé avec son salaire de patron d'EDF de 1,6 millions d'euros annuels, cela lui fera un revenu de 2,6 millions d'euros par an.

L'actualité met parfois un coup de projecteur ponctuel et très limité sur ce qui se passe au sommet des grands groupes. Il n'y a qu'un contrôle réel des travailleurs sur l'économie qui permettrait d'y voir clair.

Licenciements facilités

Brève
05/02/2010

Le nombre de « ruptures conventionnelles de contrat » est en forte augmentation : plus de de 191 000 ont déjà eu lieu en 2009. Ce dispositif a été mis en place en 2008 par le gouvernement. Il permet aux patrons de se séparer de salariés sans avoir recours à des plans sociaux, donc plus facilement et à moindre frais. C'est ce que le gouvernement et les patrons présentent comme une « rupture de contrat à l'amiable ».

Dans la guerre entre les patrons et les travailleurs, les lois du gouvernement sont une arme du côté des patrons.

Le service civique : un vrai travail mais pas une vraie paye

Brève
05/02/2010

Le gouvernement veut créer un dispositif appelé « service civique » qui donnerait lieu à l'embauche de jeunes de 16 à 25 ans dans des associations, des collectivités territoriales, ou des établissements publics pour 600 euros mensuels.

Ce n'est pas vraiment original, après les Contrats d'aide à l'emploi, les assistants d'éducation, les assistants pédagogiques dans les écoles, les contrats précaires financés par l'Etat sont nombreux.

Tandis que l'Etat supprime des dizaines de milliers de postes de fonctionnaires, il cherche à faire diminuer le nombre de jeunes chômeurs en les faisant travailler pour des salaires au rabais.

Des collèges et des lycées en grève contre le démantèlement de l’Éducation nationale

Brève
05/02/2010

Depuis lundi 1er février, des établissements de Seine-Saint-Denis sont en grève. Les raisons de ce mécontentement sont simples, un immense ras-le-bol : conditions de travail qui se dégradent, impossibilité de dispenser un enseignement de qualité, salaires bloqués, non-remplacement des professeurs et des agents malades.

À cela s'ajoute le refus des 16 000 suppressions d'emplois dans toute l'Éducation nationale à la rentrée prochaine, alors que l'on estime à 45 000 le nombre d'élèves supplémentaires. L'État est donc le plus gros licencieur du moment. Et la dernière attaque en date, la réforme des lycées, va aggraver considérablement les conditions de travail des enseignants et d'études des élèves.

Les grévistes qui, le lundi, étaient inquiets sur les chances d'entraîner un ou plusieurs établissements dans la grève, ont d'ores et déjà la satisfaction d'y être parvenus. Mais tout reste encore à faire.

Imprimer txt