Brèves

Régularisation de tous les sans-papiers

Brève
16/02/2009

Besson, transfuge du PS dans le gouvernement Fillon, a succédé à Hortefeux au ministère chargé d'expulser les immigrés. Dans la foulée de son prédécesseur (29 000 expulsés en 2008 !), la feuille de route donnée à Besson fixe l'objectif de 27 000 expulsions en 2009.

En conséquence, des milliers de travailleurs sans-papiers, qui travaillent souvent durement pour un salaire de misère, vivent dans l'angoisse. Tout cela pour flatter les sentiments xénophobes d'une fraction de l'opinion... et de l'électorat !

C'est révoltant !

Y'a de l'argent dans les caisses du patronat

Brève
16/02/2009

Les entreprises du CAC-40 devraient engranger quelque 85 milliards d'euros de bénéfices. En tête des profiteurs, on trouve Total, Sanofi, LVMH. Ensemble, ces entreprises vont reverser 54 milliards de dividendes aux actionnaires.

Sarkozy a évoqué l'idée de partager par tiers les résultats des entreprises entre les actionnaires, les salariés et l'investissement dans l'entreprise. La vérité des chiffres c'est que les actionnaires vont empocher 63 % des bénéfices tandis qu'aux salariés, qui ont produit ces résultats, on refuse d'augmenter les salaires, mais de plus en plus souvent on supprime leur emploi !

Impôts : ça va grimper

Brève
16/02/2009

La banque Dexia, spécialisée dans les collectivités locales, annonce que, selon les budgets en cours d'adoption, les impôts locaux vont augmenter de 3,6 % en 2009, bien plus que l'inflation.

Et cela ne risque pas de diminuer puisque Sarkozy a promis aux patrons de supprimer la taxe professionnelle, qui représente souvent la moitié des recettes des communes.

Impossible de suivre le boeuf

Brève
16/02/2009

Selon l'UFC-Que Choisir, depuis 1990, le prix de vente du boeuf a augmenté de 50 % alors que, dans le même temps, le prix d'achat du boeuf aux éleveurs avait, lui, baissé de 15 % et que ceux-ci voyaient leurs revenus baisser de 32 %.

Tout cela parce que la consommation de cette viande diminuant, les distributeurs ont compensé la baisse en volume par une hausse des prix, qui rend le boeuf de plus en plus inaccessible à la majorité des consommateurs.

Ainsi, les producteurs et les consommateurs sont mis à contribution pour que les distributeurs engraissent quand même.

Un dossier plein vaut mieux qu'un vide

Brève
16/02/2009

Un ancien préfet, Jean-Charles Marchiani, condamné pour avoir touché des pots-de-vin, vient d'être remis en liberté par une grâce présidentielle.

En revanche le saboteur présumé des caténaires SNCF, dont le dossier est tellement vide qu'à deux reprises des juges ont voulu le remettre en liberté, est toujours en prison, car le parquet, c'est-à-dire le gouvernement, s'oppose à sa libération.

Toute la question n'est pas d'être innocent ou coupable, mais d'avoir la faveur de l'État.

Des euros à la mer

Brève
11/02/2009

Après le Clemenceau, qui n'en finit pas de coûter une fortune (après sa construction et son exploitation, c'est son démantèlement qui est ruineux), on apprend que l'autre porte-avions, le Charles de Gaulle, reprend du service après une réparation qui a coûté 400 millions d'euros.

Faut-il que l'État ait de l'argent à dilapider pour des joujoux militaires alors que le pays a tant besoin d'équipements !

Combien d'hôpitaux, d'écoles, de logements... aurait-on pu construire avec le budget de l'armée ?

Les petits et les très gros requins

Brève
11/02/2009

Sarkozy a annoncé qu'en 2010, on limiterait les bonus des traders. Mais ceux-ci spéculent pour le compte des banques, des grosses sociétés ou de capitalistes. Et si les traders gagnent beaucoup, ce n'est encore pas grand chose par rapport à tout ce qu'empochent les actionnaires qui les emploient et qui les commandent.

En faisant semblant d'égratigner des exécutants, Sarkozy exonère la grande spéculation. Pire, il l'encourage en distribuant des sommes colossales aux banques.

La crise ? Connaît pas !

Brève
11/02/2009

Bernard Arnault, deuxième fortune de France avec plus de 18 milliards d'euros, et PDG du premier groupe mondial du luxe, LVMH, vient d'annoncer deux choses.

D'abord, que son groupe a battu son record historique de profits avec 2,026 milliards d'euros en 2008. Ensuite, qu'il va réduire ses effectifs.

Motif ? Les ventes progressent, mais pas assez vite au goût d'Arnault. Alors, il va jeter à la rue des salariés pour doper ses bénéfices.

Un très gros cadeau au patronat

Brève
11/02/2009

La taxe professionnelle, dont Sarkozy a annoncé la suppression, est la principale source de financement des collectivités locales.

C'est un cadeau fait aux entreprises, à leurs patrons et à leurs actionnaires. Et c'est autant dont il prive les communes.

Et contrairement à ce que prétend le gouvernement, l'État ne compensera pas ce qu'il vole ainsi aux collectivités locales.

Alors, en bout de course, c'est la population qui en fera les frais. Et elle le paiera de deux façons : par la diminution de ce que les communes peuvent consacrer à leur budget social et aussi par la hausse des impôts locaux.

Imprimer txt