Brèves

AZF-Grande Paroisse : la responsabilité de l'entreprise établie

Brève
26/06/2009

Le procès suite à l'énorme explosion de l'usine chimique qui a fait 31 morts et bien d'autres victimes en 2001 à Toulouse est sur sa fin. Le juge comme l'accusation ont à juste titre mis en évidence toutes les négligences des dirigeants de l'usine et de l'entreprise Grande Paroisse. Ils ont également dénoncé leurs tentatives pour cacher des résultats de leur enquête interne.

Par contre le groupe Total, qui possède l'entreprise (via Elf depuis 1990) n'est pas épinglé par le procureur, alors qu'il est le donneur d'ordre et forcément au courant de la politique d'économies criminelles d'AZF !

Gouvernement Fillon-Sarkozy bis

Brève
24/06/2009

Le remaniement ministériel était attendu après les élections européennes. Sans surprise, les principaux portefeuilles ministériels ont été distribués aux mêmes politiciens qui faisaient déjà partie du gouvernement. Même si plusieurs ont changé de poste.

On peut être certain que la politique de cette équipe sous la houlette de Fillon et Sarkozy garde le même but : aider les plus riches et leurs entreprises, supprimer des emplois dans les services publics, et diminuer les prestations sociales (retraite, maladie...).

Mais il n'est pas dit que les travailleurs accepteront de payer le prix de la crise et du chômage.

Sarkozy emprunte

Brève
24/06/2009

Du grand show de Sarkozy à Versailles, beaucoup ont retenu l'idée qu'il allait lancer « un grand emprunt national ».

En réalité cela fait bien longtemps que l'État emprunte pour financer son déficit. Et il emprunte de plus en plus. Mais ce ne sont pas « les Français » qui peuvent ainsi placer leur argent, car la grande majorité de la population n'a pas de telles économies.

Avec le déficit public et les emprunts qui vont avec, les riches gagnent sur tous les tableaux. Ils prêtent de l'argent à l'État, qui les aide avec cet argent. Et ensuite ils récupéreront leur argent augmenté des intérêts, quitte a laisser derrière eux un déficit encore plus grand.

Un jackpot financier qui amène l'économie à la catastrophe et la société à la ruine.

Plan anti-bandes : de l’esbroufe, toujours

Brève
24/06/2009

Le gouvernement a commencé à présenter les nouvelles lois censées faire reculer la délinquance juvénile. En plus de la fouille des cartables, des condamnations plus sévères pour intrusion dans une école, il y aurait la possibilité de condamner quelqu'un pour participation à une bande « ayant l'intention de commettre des violences »...

Tout au plus mettra-t-on plus de jeunes en prison, mais quant à réduire les tensions dans la jeunesse, il faudrait avant tout une nette augmentation des emplois, et de gros efforts dans l'éducation.

L’Éducation nationale supprime des postes

Brève
24/06/2009

Encore 16 000 postes en moins, c'est le chiffre pour l'Éducation Nationale en 2010. Moins d'administratifs, moins d'enseignants. En particulier, le gouvernement se débarrasse des stagiaires, la formation incombera aux universités, sans qu'on leur donne les moyens qui existaient...

En réalité le gouvernement dégrade les conditions de travail des salariés de l'enseignement, ainsi que la qualité de l'éducation et de l'encadrement des jeunes. Cela nuira en premier lieu aux jeunes et aux écoles des milieux les plus populaires.

Le nucléaire se rebiffe

Brève
23/06/2009

Depuis plus de six semaines, des travailleurs des dix-neuf centrales nucléaires ont multiplié les grèves, en particulier à l'occasion des travaux périodiques obligatoires. Ils réclament à la direction d'EDF une revalorisation collective des salaires, ainsi que l'intégration des entreprises de sous-traitance.

Parce que pour 20 000 salariés à statut EDF, il y en a 22 000 employés par des « prestataires », avec des conditions pires. Beaucoup sont intérimaires, entre autres parmi les « nomades du nucléaire », qui vont de site en site pour s'occuper des décontaminations. Les risques qu'ils courent sont importants, et les maladies professionnelles nombreuses. Mais la paye et les défraiements pour déplacement restent, eux, scandaleusement dérisoires.

Nigeria : pillage des ressources et attentats

Brève
23/06/2009

Un groupe armé a fait sauter deux oléoducs du groupe Shell dans le delta du Niger. Explosions, incendies, sabotages ou prises en otage de cadres ne sont pas de nature à régler les problèmes... mais sont encore bien peu de choses en regard de l'injustice faite aux populations locales.

Les grandes compagnies pétrolières réalisent de fabuleux profits dans cette zone gorgée d'hydrocarbures. Les populations du delta n'en profitent pas, et vivent dans la misère au milieu de tout ce trafic « d'or noir ». Pire, le gouvernement leur prend d'autorité des terres, pour que les grandes firmes s'y installent. Et les terres qui leur restent sont souvent polluées par l'exploitation du pétrole qui pollue les eaux de mer, bien moins poissonneuses qu'il y a quelques années

Catastrophe économique en Lettonie

Brève
23/06/2009

Ce petit pays balte a été, ces dernières années, une source considérable de croissance... des profits des banques occidentales, essentiellement suédoises.

Mais maintenant que c'est fini, c'est à la population laborieuse que le gouvernement letton fait payer le prix de la crise. Les retraites ont été amputées de 10 %, le salaire minimum a diminué de 20 % et les salaires des enseignants baisseront de moitié à la rentrée prochaine.

Le gouvernement prétend que le pays a été sauvé de la banqueroute car il recevra un prêt de 1,2 milliards d'euros du FMI dans quelques semaines. Mais son ministre de la santé, un médecin, a démissionné, en reconnaissant que le pays ne pouvait plus soigner ses habitants.

Une manifestation a de protestation contre les mesures d'austérité a eu lieu à Riga la semaine dernière. Les travailleurs ne peuvent en effet que compter sur eux-mêmes, car il n'y a que les banques et leurs actionnaires à qui les États évitent la faillite.

Smic en berne

Brève
22/06/2009

Pas de « coup de pouce » pour le smic, qui ne va augmenter au 1er juillet, que de... 1,25%. Cela fait 0,11 euros de plus par heure travaillée. Ce n'est même pas l'inflation réelle, et le pouvoir d'achat des 3,4 millions de smicards et de leur famille va continuer de baisser. Sans doute que quand Sarkozy disait qu'il serait le « président du pouvoir d'achat », il parlait de celui de Bolloré, Bouygues, Pinault et compagnie !

Imprimer txt