Égypte : la dictature se renforce avec la complicité des États-Unis

Brève
18/04/2019

Suite à un vote du parlement égyptien, le maréchal Al-Sissi pourra rester au pouvoir au moins jusqu'en 2024. Cette décision s'accompagne d'un renforcement des moyens de surveillance et de répression, avec un pouvoir accru pour les tribunaux militaires. Des militants dénoncent les tortures, les arrestations arbitraires et les disparitions forcées. Trump, par contre, a salué « le très bon travail » du dictateur qui garantit la stabilité dans la région, c'est-à-dire celle des affaires des grandes firmes occidentales.

Huit ans après la chute de Moubarak, la dictature est donc renforcée. Les opprimés ont des leçons à retenir de l'échec de la révolte de 2011 : la classe privilégiée n'abandonne jamais son pouvoir sans combattre et il ne faut jamais faire confiance à l'armée. Ce qui se passe en Égypte est l'illustration de ce que font les oppresseurs à un peuple désarmé. « Qui a du fer a du pain » disait le révolutionnaire Auguste Blanqui en 1848. Ajoutons-y la conscience politique.