En France aussi, la sécurité est sacrifiée

Brève
16/08/2018

Viaduc de Gennevilliers, en région parisienne, dont une partie d'un mur de soutènement s'est effondrée en mai 2018

Après l’effondrement du pont de Gênes, la ministre française des Transports Elisabeth Borne a déclaré qu’une telle catastrophe ne pouvait se produire en France, que les ponts étaient bien surveillés… Sauf qu’un rapport remis à ses services il y a quelques semaines relève que, sur les 12 000 ponts que compte le réseau, un tiers nécessite des reparations et que, dans 7 % des cas, il y a un risque d’effondrement.

Une des causes de cette dégradation dangereuse est connue depuis longtemps : pour pouvoir arroser le patronat de subventions et de toutes sortes de cadeaux fiscaux, l’Etat n’a cessé de réduire le financement des collectivités locales qui n’ont plus les moyens d’assurer correctement l’entretien des routes et du réseau dont elles ont la charge.

Et quoi qu’en dise la ministre, le gouvernement Macron a clairement l’intention de poursuivre cette politique criminelle qui sacrifie la sécurité de la population.