En Israël, mobilisations contre le racisme de la nouvelle loi fondamentale

Brève
09/08/2018

Une séance extraordinaire de la Knesset (le parlement israélien) a été convoquée par 52 députés qui n’acceptent pas la loi adoptée le 19 juillet dernier qui fait d’Israël « l’État-nation du peuple juif », par laquelle le Premier ministre veut empêcher Palestiniens et migrants de demander la nationalité israélienne. Samedi dernier des dizaines de milliers de personnes, ont manifesté pour dénoncer la marginalisation de la minorité arabe que cela signifie.

D'après la déclaration d’indépendance, Israël devait garantir « une égalité totale des droits politiques et sociaux à tous ses habitants, quels que soient leur race, leur religion ou leur sexe ». Mais le cœur de la politique des dirigeants israéliens consistant à se dresser contre les peuples arabes, la nouvelle loi n'est qu'une étape dans l’évolution de plus en plus réactionnaire et raciste de cette politique.