EPR : opacité et mensonges permanents

Brève
10/10/2019

Chaque mois apporte sa nouvelle révélation sur les défaillances de l'EPR de Flamanville. Après l'acier du couvercle et des soudures défaillantes déjà noyées dans le béton, Edf a avoué en septembre que d'autres soudures étaient à refaire. Annoncé à 3,7 milliards d'euros, le coût atteint désormais 12,4 milliards. Prévue pour 2012, la mise en service est reportée à 2023... si elle a jamais lieu.

Les dirigeants d'Edf, des entreprises de la filière du nucléaire et de Bouygues, constructeur de la centrale nucléaire, prennent toutes les décisions en secret. L'autorité de sûreté nucléaire ou le gouvernement ne sont informés qu'après coût des défaillances, quand ils le sont. Les consommateurs paieront ; les travailleurs et les riverains de l'EPR prendront les risques. Tant qu'il y a des profits à faire, après eux le déluge !

Sur le même sujet