Forêt amazonienne : le capitalisme brûle nos vaisseaux

Brève
01/05/2021

L'Amazonie, traditionnellement considérée comme le principal poumon de la planète, a rejeté ces dix dernières années plus de carbone qu'elle n'en a absorbé, selon une étude récente. Il s'agit d'un basculement inquiétant. Les masses boisées stockent du carbone et produisent de l'oxygène, elles sont vitales, entre autres contre l'effet de serre qui aggrave le changement climatique.

L'Amazonie brésilienne surtout s'est dégradée, avec la déforestation, les trop nombreuses coupes sélectives, etc. La cause en est la course effrénée aux activités lucratives du capitalisme lui-même : seul un autre système économique, planifié, sur la base de la collectivisation des richesses, permettra une gestion raisonnée de nos ressources naturelles.

Les dernières brèves