Fruits frais, capitalisme pourri

Brève
14/05/2019

La ligne de fret ferroviaire entre Perpignan et Rungis, qui transporte chaque année plus de 400 000 tonnes de fruits et légumes, est menacée car les 82 wagons qui y sont utilisés sont trop vétustes. Sa fermeture représenterait 52 camions en plus par jour sur les routes. Le marché de Rungis annonce avoir trouvé 300 000 euros pour louer des wagons à la SNCF mais seulement pour un à deux ans.

Et il manque 20 millions d'euros pour moderniser et mettre en place une véritable « autoroute ferroviaire » sur ce trajet.

Quand on compare ces sommes au milliard récolté en 48 heures pour Notre-Dame, on comprend que l'écologie et une organisation rationnelle des transports est une gageure dans cette économie capitaliste.