Gilets jaunes acte 9 : le gouvernement roule des muscles… une fois de plus

Brève
12/01/2019

Face à la mobilisation des Gilets Jaunes, le gouvernement a décidé, encore une fois, d’étaler son arsenal répressif : 80 000 policiers et gendarmes seront sur le terrain, et Castaner menace tout manifestant d’être considéré comme complice des casseurs.

Avec cette politique, le gouvernement s’adresse à la fraction de l’opinion la plus conservatrice en montrant son autorité, tout en essayant de décourager les manifestants, ce qu'il est loin d'avoir réussi à faire. Est-ce un signe de force ? Ou plutôt un signe de fébrilité et la démonstration de son inquiétude ?

Si le gouvernement mise sur ses robocops, les travailleurs doivent, eux, compter sur leur nombre et sur leur place dans l’économie, au cœur des entreprises et de la production pour imposer à leurs exploiteurs leurs exigences, à commencer en matière de salaires, mais aussi au-delà.