Inégalités : une aggravation mondiale

Brève
24/05/2019

Mumbai (Bombay), Inde, en 2015

Dans un rapport sur les inégalités mondiales, l'École d'économie de Paris, qui n'est pourtant pas un repaire de contestataires, encore moins de révolutionnaires, dit constater un creusement des inégalités à l'échelle mondiale depuis les années 1980.

Dans des pays comme l'Inde ou le Brésil, les 10 % les plus riches accaparent désormais 55 % du revenu national, et ce pourcentage a aussi augmenté en Chine, pour atteindre les 41 %. Les pays les plus riches de la planète ne sont pas en reste. De 1980 à 2016, la part du gâteau perçue par les 10 % les plus riches serait passée en Europe de 32 à 37 %, et aux États-Unis de 35 à 47 %.

Cette aggravation des inégalités reflète le détournement croissant des richesses que produisent les travailleurs par la classe des propriétaires de capitaux. Et aucune loi sociale ne mettra fin à cette mécanique. Pour y mettre un coup d'arrêt, il faudra renverser ce système.