Irak : armée US, armée d'occupation

Brève
01/01/2020

Après un bombardement américain sur une zone contrôlée par des milices liées à l'Iran, qui aurait fait 25 morts, l'ambassade des États-Unis à Bagdad a été la cible de manifestations. Officiellement retirés depuis 2011, les USA maintiennent 5 200 soldats en Irak sans compter des milliers de mercenaires embauchés par des sociétés privées. Les représailles étaient d'ailleurs destinées à venger la mort de l'un d'eux.

Depuis des semaines, la population irakienne proteste contre la corruption et la misère. Elle rejette les politiciens irakiens mais aussi leurs parrains iraniens et américains. Si les médias ont bien relayé l'hostilité à l'Iran, très partagée en Irak, ils étaient restés discrets sur le rôle des États-Unis.

Que la colère populaire se tourne contre les troupes et la représentation des USA en Irak, responsables au premier chef du chaos dans ce pays, n'a rien d'étonnant. Les USA récoltent ce qu'ils ont semé.

Les dernières brèves