Jackpot… mais pour les financiers

Brève
22/11/2019

Après la privatisation de la Française des Jeux, le premier jour de cotation a vu l’action grimper de 14 à 22%. Le gouvernement nous présente ça comme un grand succès de l’actionnariat populaire. Mais à la bourse, l’euphorie finit toujours en gueule de bois pour les petits porteurs quand les cours baissent.

En revanche les grands gagnants sont les financiers qui vont mettre la main sur cette entreprise qui n’a quasiment pas de dépenses puisqu’elle ne fabrique que de l’illusion. Ou revendre leur paquet d’actions plus cher qu’ils l’ont acheté, dans une opération spéculative dont ils sont coutumiers. A tous les coups, ils gagnent !

Les dernières brèves