Macron, IBK et les tirailleurs « sénégalais » : un hommage plus que douteux

Brève
10/11/2018

Macron s'est rendu cette semaine à Reims devant un monument à « l'Armée noire », ces 200 000 soldats africains envoyés par la France combattre en Europe pendant la guerre de 1914-1918. Accompagné de « IBK », l'actuel président du Mali, il a eu des paroles doucereuses pour les 30 000 tirailleurs morts au front.

Mais ces hommes arrachés à leurs pays et à leurs proches, qui ont connu dans les tranchées et sur le champ de bataille les mêmes souffrances que les « poilus » de métropole, sont morts, comme les autres, pour les profits des marchands d'armes et des banquiers. Et leur sacrifice a été d'autant plus absurde et révoltant qu'ils mouraient, du même coup, pour que la France puisse garder la mainmise sur ses colonies et sur ceux à qui elle imposait sa férule.

Si, comme dit la chanson, il serait fini le temps des colonies - encore que ! - celui des guerres ne l'est pas. Et le duo Macron-IBK est l'incarnation d'une Françafrique qui continue de faire crever des soldats africains pour les intérêts des grandes compagnies françaises.