Plan pauvreté : quand Macron veut jouer les dames-patronesses

Brève
14/09/2018

Macron a fini par présenter son « plan pauvreté », annoncé il y a déjà un an : un peu plus de places en crèche, de classes dédoublées dans les quartiers populaires et de solutions d'hébergement d'urgence, mais aussi des mesures beaucoup plus floues qui peuvent cacher une aggravation de la pression sur les chômeurs pour qu'ils acceptent n'importe quel emploi.

Macron prétend que l'État y consacrera 8 milliards d'euros dans les 4 années à venir, soit 2 milliards par an. Encore faut-il que les annonces soient suivies d'effet. Et même si elles l'étaient toutes, ce chiffre est à rapprocher à ce que coûte en manque à gagner la suppression de l'ISF : plus de 3 milliards d'euros par an accordés sans condition au patronat, sans compter les autres mesures bénéficiant à la bourgeoisie, qui se chiffrent en dizaines de milliards d'euros.

Ce minable pauvre plan ne réussira pas à convaincre que Macron soit autre chose que le président des riches !