PSA, champion de l’exploitation

Brève
29/07/2020

Malgré la crise et le recul de 46% de ses ventes, PSA a enregistré un bénéfice de près de 600 millions d’euros au premier trimestre 2020. Un miracle ? Pas vraiment… Ceux qui ont permis ces profits, ce sont les travailleurs, tous les travailleurs de PSA, embauchés, intérimaires et ceux des sous-traitants, mais aussi l’État qui avec l’argent public finance une grande partie des salaires avec le chômage partiel.  

Quant à l’avenir, le carnet de commandes est plein et PSA compte faire encore plus de profits en réduisant ce que les patrons appellent leurs coûts, c’est-à-dire en grande partie les salaires. En particulier, PSA veut développer la vente en ligne, c’est-à-dire supprimer nombre d’emplois dans les concessions, et développer le télétravail, c’est-à-dire économiser électricité, communications et mètres carrés de bureaux. Sans compter la pression sur les salaires qui vise à mettre en concurrence des ouvriers entre eux.

Les résultats de PSA rendent Tavarès, son patron, heureux et la Bourse euphorique, pas les travailleurs ! Il faut préparer le légitime retour de bâton.

Les dernières brèves