Répression des manifestations en Guinée

Brève
07/11/2019

Depuis des mois, des manifestations secouent la Guinée-Conakry contre Alpha Condé qui veut briguer un 3ème mandat présidentiel. Cette contestation, initiée par des politiciens de l'opposition, rencontre un écho favorable dans la population, à cause, entre autre de la cherté de la vie, de la corruption et des fraudes des tenants du pouvoir. Le 15 octobre, il y a eu 11 morts parmi les manifestants. Le 4 novembre, une marche funèbre pour accompagner leurs funérailles a dégénéré à cause des violences policières, faisant encore deux morts.

Derrière la dictature d'Alpha Condé, il y a avant tout l'impérialisme français. Bolloré contrôle le port de Conakry, tandis que la Société Minière de Boké, un consortium franco-sino-singapourien, exploite une grande partie de la bauxite du pays.

Les responsables des morts de ces manifestations résident aussi à Paris, à l'Élysée et à Matignon.

Les dernières brèves