CAF (Haute-Marne)

Des préoccupations révélatrices

Brève
21/07/2021

Deux dirigeants de la CAF de Haute-Marne ont fait part au quotidien local de leur préoccupation de lutter contre la fraude. Une fraude qui d’après leurs propres chiffres ne représente que 0,05 % des montants versés. Plutôt que de mépriser ceux qui sont de plus en plus nombreux à être poussés vers la pauvreté, ces hauts fonctionnaires ne trouvent rien à redire sur ce grand patronat qui touche des aides, bénéficiant aussi d’allègements de cotisations sociales.

Déménagement des Forges de Bologne

Tous unis pour financer les profits du groupe LISI

Brève
21/07/2021

À peine réélus, les présidents de la région Grand Est et du département de la Haute-Marne ont loué le projet de déménagement des Forges de Bologne. Cette usine réalisant notamment des pièces pour l'aéronautique doit déménager de Bologne à la nouvelle zone industrielle de Chaumont d'ici 2022.

Les nouveaux bâtiments de 24 000 m² et le site sont financés par une structure financée par la région, le département, l'agglomération de Chaumont et les fonds publics du GIP Haute-Marne pour un total de 34 millions d'euros. Le patron n'aura à débourser que l'investissement modernisant les machines, évalués à 110 millions d'euros.

Cela fait des dizaines d'années que toutes les collectivités subventionnent le grand patronat en prétendant sauvegarder l'emploi, et les suppressions d'emplois continuent. La seule chose qui soit garantie, c'est que l'argent public se transformera en profits privés.

ONF (Haute-Marne)

Manifestation contre les suppressions de postes

Brève
21/07/2021

Une cinquantaine de salariés de l'ONF (Office National des Forêts) ont manifesté à Chaumont lundi 5 juillet. Ils ont dénoncé les suppressions de postes : 500 au niveau national. Des élus des communes forestières les soutenaient, et dénonçaient l'augmentation de ce que paient les communes à l'ONF : +36% en cinq ans.

L’État montre ainsi que pour lui, la forêt doit se gérer avec les seuls critères de la rentabilité financière, au détriment des agents, des communes et de la forêt elle-même.

Comme le faisait remarquer un participant : "on scie la branche sur laquelle on est assis".

 

Hambach

L’argent coule à flots pour les multinationales

Brève
13/07/2021

La construction d’une usine de panneaux solaires à Hambach serait, selon la presse, sur une bonne voie. L’avenir le confirmera ou pas, comme il confirmera ou pas la création de 1 500 emplois pour les fabriquer.

Ce qui est acquis, c’est que les fonds publics sont ouverts pour que des entreprises privées fassent du profit : l’Etat apporte 50 millions et garantira tout ou partie d’un prêt bancaire de 300 millions ; la Caisse des dépôts apporte 40 millions ; l’Union européenne apporte 100 millions au titre de la « transition énergétique », la Région, les collectivités locales verseront au pot. Bref, les aides publiques coulent à flots.

En attendant on manque de personnel dans les hôpitaux de Sarreguemines. L’argent public n’arrête pas d’arroser les entreprises privées et il manque à ce qui est utile à la collectivité - et l’exemple de la Smart est là pour montrer que cela ne garantit en rien les emplois malgré les centaines de millions engloutis pour Mercedes.

Accroissement des grandes fortunes

Les profits ne connaissent pas la crise

Brève
08/07/2021

Le tableau des 500 plus grandes fortunes de la revue Challenges, donne de nombreux exemples de l’enrichissement important des familles bourgeoises depuis un an.

Dans les familles alsaciennes, celle de Pierre-Etienne Bindschedler, (Soprema, fabricant d’isolants), a une fortune de 3 milliards d’euros, en augmentation de 20%. La direction de l’entreprise a pourtant refusé d’augmenter les salaires récemment. La famille de Christian Burrus, (assurances) gère un pactole de 1 milliard d’euros, en augmentation de 163% !

Stéphane Eimer, dirigeant d’un des plus grands groupes français de laboratoires d’analyse, a profité de la crise sanitaire pour augmenter sa fortune de 33%. Le dirigeant de Socomec ( équipements électriques) voit la sienne augmenter « modestement » de 18%.

Quant à Jean Thomas Schmitt (entreprise de transport Heppner), sa fortune n’a pas augmenté, c’est sans doute pourquoi, il vient de lancer une filiale dans la santé.

Accumulation de richesses dans les mains de quelques uns et appauvrissement de la grande majorité de la population, c’est directement la conséquence du maintien aberrant d’un système capitaliste qu’il va falloir abattre.