Striebig-Keolis

Chauffeurs en colère

Brève
16/02/2021

Piquet devant le dépôt de Strasbourg, au Port-du-Rhin, lundi 15 février

Les chauffeurs de bus de Striebig-Keolis, qui assurent des missions de transports publics (lignes urbaines, transport scolaire, desserte de communes rurales) dans le Bas-Rhin, ont entamé une grève lundi 15 février à l’appel de la CFDT et de la CGT. Les raisons d’être en colère ne manquent pas : salaires insuffisants, conditions de travail dégradées et dangereuses avec des autocars vieillissants (sièges, boîtes de vitesse…). Les chauffeurs revendiquent également la réintégration d’un collègue sanctionné.

Ce lundi ils étaient environ 70 chauffeurs en grève sur les 110 que comptent les trois dépôts de Strasbourg, Illkirch et Molsheim.

Le groupe Keolis, filiale de la SNCF, avec un chiffre d’affaires de 6 milliards d’euros et un bénéfice de 84 millions d’euros, peut et doit payer.

Santé

Les soignants malades du capitalisme

Brève
14/02/2021

L’antenne « Grand Est » du collectif « Santé en danger » a rendu publics les résultats d’une enquête nationale qui a été menée auprès des soignants sur leur souffrance au travail.

Les résultats sont prévisibles, mais impressionnants : 97 % des soignants disent que leur souffrance au travail a augmenté depuis qu’ils ont commencé à travailler, 74 % pensent que la crise du Covid a aggravé une dégradation qui était déjà bien entamée avant, 3/4 des travailleurs interrogés ont déjà pensé à jeter l’éponge, 71 % pensent que le manque de personnel est une cause majeure de difficultés, près d’un tiers affirme subir un harcèlement moral de la part de la hiérarchie et un tiers doit prendre un traitement médical à cause des conséquences physiques et morales de cette situation.

A force de détruire de postes et de supprimer des lits, non seulement l’État fait que l’hôpital ne peut plus soigner correctement un nombre croissant de personnes, mais il abîme également la santé de la majorité de ceux qui y travaillent.

 

Fermeture de Sanofi à Strasbourg

A la recherche du profit maximum pour les actionnaires

Brève
13/02/2021

la santé des profits au détriment de la recherche

Sanofi veut fermer un centre de recherche de 54 personnes à Strasbourg. Cela se fera en partie par une délocalisation à Vitry-sur-Seine et par des suppressions d’emplois.

Dans sa concurrence féroce avec les autres capitalistes de la pharmacie pour remporter le marché du vaccin contre le covid, Sanofi s’est fait dépasser. Mais, avec les 400 postes supprimés, annoncés dans la recherche, les profits vont être sauvegardés sur le dos des chercheurs et des employés.

Les actionnaires estiment que c’est le plus important. Les 4 milliards d’euros versés en dividendes aux actionnaires vont soigner leur santé …financière.

Collectivité européenne d’Alsace

Des enjeux politiciens, un piège pour les travailleurs

Brève
28/01/2021

Quand des politiciens veulent aussi faire leur nid en Alsace

En venant critiquer « les immenses régions » devant la Collectivité européenne d’Alsace créée le 1er janvier et en déclarant : « Le désir de retrouver une Alsace reconnue est une volonté légitime » samedi 23 janvier à Colmar, Castex a voulu faire les yeux doux à tous les tenants du régionalisme alsacien.

Depuis des années les politiciens qui prônent la sortie de l’Alsace de la région Grand Est utilisent la démagogie régionaliste pour se faire une place.

Mais ils contribuent à opposer les travailleurs entre eux et à les détourner des vrais problèmes. Le régionalisme est un leurre car les problèmes qui se posent aux travailleurs ne peuvent se résoudre à l’échelle de l’Alsace, pas plus d’ailleurs qu’au niveau des régions. Les licenciements et les suppressions d’emplois, la précarité et le chômage, les bas salaires ont pour cause la recherche du profit par la classe capitaliste. Le démantèlement de tous les services publics est le résultat d’une politique d’économies menée par tous les gouvernements qui détournent l’argent public vers la bourgeoisie.

Les travailleurs ne pourront faire l’économie d’une lutte contre les capitalistes et ils auront besoin d’être ensemble pour gagner.

Strasbourg: trois Nobel se font vacciner

Le virus du profit ralentit la vaccination

Brève
20/01/2021

les laboratoires recherchent le profit avant tout

Pour montrer l’exemple, trois prix Nobel alsaciens âgés de plus de 75 ans se sont fait vacciner contre la Covid à l’hôpital civil de Strasbourg.

Jean-Marie Lehn (Nobel 1987) explique selon les DNA, « la théorie sur ces vaccins (ARN messager) est connue depuis quinze ans, il manquait les financements pour les développer, et c'est la pandémie qui les a débloqués, les investissements consentis sont considérables » .

Des investissements garantis par les Etats qui ont précommandé des centaines de millions de doses et qui permettront à Pfizer et consorts d'encaisser des bénéfices conséquents. Mais voilà : maintenant la quantité de vaccins est insuffisante, au point que les centres de vaccination de Strasbourg fermeront lundi et mardi… car il aurait fallu aussi investir dans de nouvelles usines de production pour satisfaire la demande pourtant prévisible.

Comme pour tout dans cette société, on ne fabrique que pour le profit pas pour les besoins des hommes. Le virus capitaliste, profitavirus, représente un bien plus grand danger pour l'humanité que le coronavirus.