Huningue – Novartis

Débrayage pour les salaires et les conditions de travail

Brève
06/02/2019

Débrayage joyeux mardi 5 février

A l’appel des syndicats CGT-CFTC-CFDT-FO, une centaine de travailleuses et de travailleurs du Biotech Novartis ont débrayé mardi 5 février de 12h à 15h pour demander une augmentation générale des salaires de 100 euros, une vraie prime de transport et une prime de pouvoir d’achat de 1 000 euros pour tous.

Au-delà de ces revendications, c’est aussi le mécontentement sur les conditions de travail dans un groupe riche à milliards qui s’est exprimé : effectifs insuffisants, manque de petit matériel pour pouvoir travailler correctement, toilettes qui restent condamnées pendant des mois, infrastructures vieillissantes et dégradées… Tout cela, à côté d’un tout nouveau bâtiment de production destiné à augmenter la production des blockbusters de Novartis.

Alors, ils avaient bien raison de se mobiliser et de demander à Novartis de mettre la main au portefeuille, d’autant plus que partout dans le pays, des travailleurs ont eux aussi fait grève et manifesté pour l’augmentation des salaires.

Alinéa Wittenheim

La famille Mulliez licencie

Brève
27/01/2019

la famille Mulliez milliardaire assoiffée de profit

La direction de l’entreprise d’ameublement et de décoration Alinéa à Wittenheim se prépare à licencier les 45 salariés, après l’annonce de la fermeture du magasin. Les travailleurs ont fait grève cette semaine, car ils ne veulent pas être jetés comme des kleenex au nom de la rentabilité.

Et ils ont raison, l’enseigne Alinéa appartient à la famille Mulliez, propriétaire de nombreuses entreprises de distribution comme Auchan. Sa fortune professionnelle est évaluée à 38 milliards d’euros, elle a largement de quoi payer !

Gilets jaunes – Strasbourg

Un adolescent victime collatérale de la police

Brève
15/01/2019

Manifestation des gilets jaunes, place Kléber, le samedi 12 janvier 2019

Samedi après-midi à Strasbourg, un jeune de 15 ans qui était en train de faire les soldes a eu la mâchoire fracturée au moment de passer à hauteur du pont Kuss, alors que la police tentait d’empêcher les manifestants gilets jaunes de gagner le centre-ville. Selon tous les témoins, il a été victime d’un tir de balle de défense de la police.

Depuis le début de ce mouvement, on ne compte plus les blessures graves provoquées par la répression du mouvement des gilets jaunes. Au moment où Macron et son gouvernement font semblant d’écouter la colère en lançant le « grand débat national », la consigne qui est donnée aux policiers reste la même qu’au début du mouvement : ne pas faire dans le détail, peu importent les « dégâts collatéraux » et peu importe si ce sont des gosses.

Bas-Rhin

Prélèvement d’emplois aux services fiscaux

Brève
14/01/2019

Macron démolit les services publics

Avec la mise en place du prélèvement à la source, les agents des services fiscaux croulent sous les demandes d’information des contribuables. Cela n’empêche pas les suppressions de postes de continuer : les syndicats des finances publiques ont dénoncé le fait que 31 postes dans le Bas-Rhin et 18 dans le Haut-Rhin devaient encore disparaître cette année !

Le gouvernement peut bien nous raconter que cette réforme va bien se passer, cela risque de ne pas être le cas pour nous, les contribuables, ni à coup sûr pour les agents des finances.

Ministre du Travail ou du Chômage ?

Brève
11/01/2019

La Ministre qui plastronne

Lundi 7 janvier, la ministre du Travail Muriel Pénicaud est venue dans une PME à Sentheim, dans la vallée de Masevaux, signer un Pacte régional d’investissement avec le président de la région Rottner.

Elle s’est bien gardée d’aller s’adresser à la centaine de Gilets jaunes venus l’accueillir, mais a notamment déclaré que « la formation est le moteur de l’ascenseur social ». Comme si de très nombreux chômeurs ne trouvaient pas d’emploi faute de compétences... Alors que des milliers d’entre eux acceptent des formations et que des milliers de travailleurs qualifiés perdent leur emploi, car licenciés pour augmenter les profits des actionnaires.

L’ancienne DRH de Danone ne risque pas de contraindre le patronat à embaucher. Elle fait la morale aux travailleurs : il est vrai que c’est plus simple.