Venez faire la fête !

Brève
15/06/2018

Tous à la fête de Lutte Ouvrière

Fête de lutte Ouvrière de Mulhouse 

Dimanche 24 juin, au Lerchenberg, 11 rue du cercle

Apéro, allocution, barbecue avec sa farandole de desserts

Débat sur le mouvement de mai-juin 1968

Animation musicale avec le groupe "Accord d'Âmes" et des membres du groupe "On a r'trouvé les Clés"

Entrée et repas : 15 euros - Entrée et repas enfants  : 7 euros -  Entrée simple : 3 euros

A bientôt !

Strasbourg

Les cheminots en colère toujours mobilisés !

Brève
12/06/2018

La manifestation débute devant la gare

Ce mardi, le 29ème jour de grève appelé « journée de la colère cheminote », 120 cheminots de Strasbourg, Sélestat, Colmar et Mulhouse se sont rassemblés en Assemblée générale devant la gare de Strasbourg. Les syndicats et tous ceux qui ont pris la parole ont exprimé leur volonté de poursuivre la grève.

Malgré une pluie battante, le cheminots, dynamiques, sont partis en manifestation dans les rues de Strasbourg, aux cris de « cheminots en colère, on va pas se laisser faire » ou « le temps est pourri, le gouvernement aussi ».

Bien des cheminots étaient une fois encore contents d'avoir marqué le coup et montré que la grève tenait.

U Logistique Mulhouse

Les travailleurs se défendent face à un patron de combat

Brève
06/06/2018

La travailleurs de chez U Logistique Mulhouse ont fait une semaine de grève. Ils demandaient entre autres l’abandon du projet de changement d’horaires, l’arrêt du harcèlement, et le versement de l’intéressement local alors que la direction a adopté tout au long du conflit une attitude particulièrement agressive.

Vendredi dernier, des CRS avaient délogé les grévistes qui filtraient les camions, qui sont revenus après. Dans la nuit de dimanche à lundi, des hommes des entreprises de sécurité étaient intervenus de manière musclée pour dégager ces mêmes grévistes. Deux d'entre eux ont été placés en garde à vue. Lundi une cinquantaine de directeurs de magasins U du Grand Est étaient sur place pour faire pression sur les travailleurs en grève. Depuis quatre salariés sont menacés de licenciement.

Lundi et mardi, des militants CGT de la SNCF et de PSA sont venus soutenir les grévistes : de la grande distribution à l'industrie en passant par les transports publics, c'est la même lutte de classe.

 

U Logistique Mulhouse

Grève contre la dégradation des conditions de travail

Brève
02/06/2018

Derrière les produits : le travail

Vendredi 1er juin, une demi-compagnie de CRS est intervenue contre les grévistes qui bloquaient le site d’U Logistique à Mulhouse.

Depuis mardi dernier, des travailleurs s’étaient mobilisés. Les camions qui viennent livrer étaient filtrés nuit et jour, ce qui montre une belle détermination. Les grévistes s‘opposent à un projet de la direction qui aurait plusieurs conséquences négatives. Ce serait deux semaines matin-deux semaines après-midi, au lieu de deux semaines matin-une semaine après-midi, ce qui ne facilite pas la vie familiale.

Et tout le monde devrait être polyvalent, ce qui signifie que les plus âgés devraient aussi accomplir les tâches les plus physiques.

Ces travailleurs ont toutes les raisons de refuser ces attaques, et ont choisi la meilleure façon de le faire : par la grève !

Canton d’Altkirch

Non aux suppressions de classes !

Brève
01/06/2018

source wikipedia

Apprenant qu’une classe de trois niveaux (CP-CE1-CE2) pourrait fermer à la rentrée 2018 à l'école primaire de Wittersdorf, les parents se sont aujourd’hui mobilisés. Si le projet était validé par l’inspection académique, les élèves de CP rejoindraient la maternelle et ceux de CE1 et de CE2 viendraient gonfler les rangs des CM1-CM2 pour former une classe de quatre niveaux.

Dans la commune voisine d’Emlingen, les parents d’élèves se sont également mobilisés contre la fermeture d’une classe à l’école maternelle d’Emlingen. Les enfants sont actuellement répartis dans deux classes : une grande et petite section, et une moyenne et petite section.

Si le projet était validé par l’inspection académique, il ne resterait plus qu'une seule classe maternelle, de petite et moyenne section, et il y aurait une classe de grande section maternelle (9 élèves) et de CP (11 élèves) à Emlingen ou Obermorschwiller, une commune voisine.

Dans les deux cas ce sont des dégradations des conditions d’éducation pour les jeunes enfants. Macron et son ministre Blanquer peuvent faire des déclarations sur l’importance de l’école maternelle et primaire, la réalité est toute autre. Les parents ont bien raison de se mobiliser !