Grève chez Mahle à Rouffach Haut-Rhin

Ne pas être sacrifiés pour les profits de Mahle !

Brève
27/01/2020

la crise a bon dos

236 suppressions d’emplois avaient été annoncées en octobre 2019, au nom de la crise de l’automobile, du Brexit, de la conversion vers la voiture électrique. Tout y était passé pour faire accepter les licenciements. Mais le groupe Mahle n’est vraiment pas à plaindre avec 13 milliards de chiffre d’affaires en 2018.

Après les annonces des indemnités totalement insuffisantes proposées par la direction dans le cadre du PSE, les travailleurs se sont mis en grève à 90% dans les ateliers, jeudi dernier et pour tout le week-end. Ils étaient encore en grève lundi

Ils ont découvert dans cette grève la possibilité de se retrouver pour discuter de leurs problèmes, comme ils n’avaient pas pu le faire avant, et sans la hiérarchie sur le dos. De quoi se sentir plus fort. Pas étonnant que le slogan le plus repris soit « on ne lâchera rien ».

Strasbourg

Les pompiers aussi !

Brève
17/01/2020

Aujourd’hui, vendredi 17 janvier, un millier pompiers du Bas-Rhin ont manifesté à Strasbourg. Cette manifestation était surtout l’occasion pour eux de protester contre les agressions de pompiers qui se multiplient ces derniers mois. Leur revendication, c’est d’être mieux protégés contre ça, ce qui est bien la moindre des choses.

Mais il ne faut pas oublier que cela fait plus de 6 mois que de nombreux pompiers de France, dont ceux du Bas-Rhin, se déclarent « en grève » - même s’ils ne peuvent pas arrêter le travail – parce qu’ils exigent de meilleurs salaires (la « prime de feu », comme ils disent), et la reconnaissance du « métier à risque ». Et comme tous les travailleurs en lutte en ce moment, ils refusent que leurs droits à la retraite soient remis en cause ce qui serait le cas si la réforme passait (à la différence des policiers, qui ont obtenu toutes les garanties qu’ils demandaient).

Bref, la colère des pompiers, les travailleurs ne la comprennent que trop bien.

Strasbourg

Les cheminots en grève accueillis par les militants syndicaux de Punch

Brève
08/01/2020


Cheminots en grève et syndicalistes de Punch devant l'usine

À Strasbourg, les 2 et 3 janvier, les assemblées générales ont rassemblé une vingtaine de cheminots. Les grévistes présents savaient que la période des fêtes était une période charnière, et ils ont maintenu tournées et piquets en vue de s’adresser aux collègues.

Pour la suite, les grévistes savent qu’il va falloir entraîner les autres à revenir dans la grève. Sur un poste d’aiguillage, employant par exemple une quarantaine de travailleurs, seuls deux n’avaient pas du tout fait grève, tous les autres se sentant donc concernés. Les cheminots ont également pu mesurer la popularité de leur lutte lors d’une opération péage gratuit ou en allant distribuer des tracts devant un hypermarché. Ils ont aussi prévu des diffusions de tracts devant les cantines des communaux et aux grilles de l’usine de boîtes de vitesses Punch Powerglide, en commun avec des travailleurs des sites concernés.

Lundi 6 janvier, l’assemblée générale a rassemblé trente-cinq cheminots qui ont voté la reconduction de la grève à l’unanimité moins deux abstentions. Huit travailleurs d’Onet étaient également là. Le fait de se retrouver plus nombreux donnait du courage à tous pour entamer une semaine importante pour le mouvement et tout faire pour qu’il s’étende.

Strasbourg

La grève toujours à l’ordre du jour

Brève
27/12/2019

Lundi 23 décembre, l’assemblée générale strasbourgeoise des grévistes rassemblait 31 cheminots. En cette période de fête, la grève est un peu moins suivie, mais les présents s’y attendaient et pouvaient de toute manière se féliciter du fait qu’elle tienne.

Ils étaient heureux de se retrouver et de discuter ensemble de leur mouvement. La veille, des grévistes s’étaient adressés aux cheminots venus en famille au Zénith de Strasbourg pour la fête de Noël organisée par la SNCF, et y avaient reçu bon accueil.

Dans l’après-midi une diffusion de tracts était prévue devant un hôpital. L’AG a reconduit à l’unanimité la grève jusqu’au vendredi 27 (le 26 décembre est férié en Alsace) où se tiendra une nouvelle assemblée.

Un rassemblement devant la gare a également été voté pour samedi 28. Devant la nécessité de tenir, plusieurs grévistes ont mis en avant la question de la caisse de grève et de sa gestion. L’AG a décidé la création d’une caisse de grève gérée par le comité de grève, qui devra faire un point financier à chaque AG.

En cette période de fêtes et de vacances, il est plus compliqué pour d’autres secteurs de se mettre en grève. Les cheminots présents étaient donc bien conscients de l’importance de poursuivre leur grève, notamment en vue de la reprise du mouvement à la rentrée.

Mulhouse

Pas de trêve de Noël dans la mobilisation !

Brève
23/12/2019

Depuis mardi 17 décembre, les actions contre la réforme des retraites se poursuivent, plusieurs centaine de manifestants enseignants, cheminots, gilets jaunes ont manifesté au centre-ville de Mulhouse samedi dernier.

Tous refusent le chantage du gouvernement qui demande une trêve pour Noël. Pour obtenir le retrait de la réforme des retraites, chacun sait qu'il faut continuer la mobilisation.

Une opération péage gratuit est prévue mardi 24 Décembre à Fontaine entre Belfort et Mulhouse

Tout le monde a envie de continuer pour rappeler à tous que le combat est loin d’être terminé.