Un gouvernement complice de Mittal

Communiqué
07/02/2013

Alors que Mittal supprime des milliers d'emplois en Europe et que le gouvernement ne lève pas le petit doigt pour l'empêcher de fermer les hauts-fourneaux de Florange, il a empêché les sidérurgistes de France, de Belgique et du Luxembourg, de manifester à Strasbourg mercredi.

Cars bloqués par la police qui n'ont jamais pu arriver, important dispositif policier, lacrymogènes, flash ball... voilà comment sont reçus par la police de Valls les ouvriers qui se mobilisent pour sauver leurs emplois. La police, c'est contre le patronat licencieur qu'il faut l'envoyer. Car les vrais casseurs, ce sont Mittal, Peugeot et les autres, qui cassent les usines pour sauver leurs profits. Cela juge le gouvernement "socialiste", qui montre dans quel camp il est: celui du grand patronat.

Pour arrêter l'hémorragie d'emplois, les travailleurs ne peuvent compter que sur leur détermination et leur force collective pour imposer au patronat comme au gouvernement l'interdiction des licenciements et le maintien en activité des sites, quitte à ce que ces grands groupes gavés d'argent public puisent dans les bénéfices accumulés depuis des années.