Hôpitaux de Mulhouse :  Une amputation douloureuse et absurde

Echo d'entreprise
21/11/2022

Avec le rachat par le GHR de la Clinique des 3 Frontières de St Louis, plus de cent agents ne seront pas repris. Que deviendront-ils ? Trouveront-ils tous une place qui leur convienne ?

Se séparer d'autant d'agents formés alors que nous manquons si cruellement de bras, c'est se tirer une balle dans le pied.

SNCF :  Rottner cherche le buzz

Echo d'entreprise
25/10/2022

Nouveau coup de com’ de Rottner, président de la région Grand-est. Cette fois-ci, ce dernier a annoncé vouloir fermer des lignes ferroviaires car la région ne pourrait pas faire face aux paiements des factures d’électricité.

On a l’habitude : pandémie, arrêt des subventions de la région, hausse des prix de l’électricité, à chaque fois que ce dernier prend la parole dans la presse, c’est pour annoncer ou déplorer des suppressions de trains et surtout pour dire qu’il n’y est pour rien.

Hôpitaux de Mulhouse :  Une politique criminelle

Echo d'entreprise
19/10/2022

Plusieurs dizaines de lits ont été supprimés en Gériatrie ces dernières années. Maintenant, des personnes âgées se retrouvent éparpillées sur des lieux différents, Moenschberg  et Hasenrain. Les patients en souffrent et les médecins gériatres perdent leur temps en déplacements inutiles. Cela met aussi en difficulté les équipes, qui n'ont plus de gériatre sur place.

Stop à cette politique, parce que nos soignants, comme nos anciens, on y tient !

PSA Mulhouse :  Ils sont trop forts

Echo d'entreprise
17/09/2022

Plusieurs secteurs, Montage, Ferrage, Peinture, seront en chômage ce vendredi. Ce n'est pas que ça nous dérange.

Mais nous programmer des samedis travaillés pour nous mettre en chômage les vendredis, il fallait y penser !

Hôpitaux de Mulhouse :  Le ministre :"Tout va très bien madame la marquise"

Echo d'entreprise
11/09/2022

Selon le ministre de la Santé, Braun, intreviewé, la catastrophe sanitaire annoncée pour l'été n'aurait pas eu lieu. Ah oui ?

Et les malades qui trouvaient les urgences fermées ? Et les personnels des hôpitaux encore plus en sous-effectif que le reste de l'année ? Et les morts, souvent des personnes âgées, décédés par manque de personnel ? 

Qi'importe aux ministres, pourvu qu'ils fassent des économies sur le dos des malades et des soignants.

Eurométropole de Strasbourg :  Grève des éboueurs

Echo d'entreprise
20/04/2022

Les éboueurs rassemblés mardi sur le site de la Fédération

Les éboueurs de l'Eurométropole de Strasbourg ont fait grève mardi et mercredi pour les conditions de travail et les salaires. Ils s’étaient rassemblés à soixante mardi et cinquante mercredi sur le site des services techniques. La grève n’ayant pas été couverte par un préavis local ils ont suspendu leur mouvement, et seront reçus par la direction de l’Eurométropole jeudi 21. Si rien n’avance, ils ont parlé de reprendre la grève lundi prochain.

La force des travailleurs, c’est la grève!

Eurométropole de Strasbourg :  Des travailleurs territoriaux en grève

Echo d'entreprise
14/03/2022

Au rassemblement devant l'Hôtel de Ville

Plus d’une centaine de travailleurs territoriaux de l’Eurométropole, des espaces verts, de la voierie, des ateliers et du service eau et assainissement, se sont rassemblés ce matin devant l’Hôtel de Ville de Strasbourg à l’occasion d’une journée de grève. Ils demandent notamment la revalorisation d’une prime liée à la pénibilité.

Suite à cette mobilisation la direction de l’Eurométropole s’est engagée à augmenter la prime, mais sans donner de chiffres pour l’instant.

Avant cette journée, la direction faisait la sourde oreille. Avec cette journée de grève, elle a dû lâcher des promesses. C’est en continuant à exercer la pression collectivement que les travailleurs de l’Eurométropole pourront faire bouger les choses en leur faveur.

SNCF :  Une journée de grève réussie

Echo d'entreprise
09/11/2021

Assemblée générale des grévistes

Ce mardi, les cheminots du TER d’Alsace étaient appelés à la grève contre le sous-effectif, les cadences qui s’accélèrent et pour de meilleurs salaires. Sur Strasbourg 80% des conducteurs étaient en grève, 70% des contrôleurs, toute l’équipe des agents d’escale.

Une assemblée générale a réuni une centaine de cheminots, où les témoignages sur la dégradation des conditions de travail ont été nombreux. Le directeur d’établissement a été sommé de venir s’expliquer devant les grévistes, mais celui-ci a eu bien du mal à répondre aux questions qui lui ont été posées. Rendre compte aux cheminots des attaques de la direction n’est pas un exercice facile...

Les grévistes ont voté à l'unanimité la reconduction de la grève le 16 et le 17 novembre, ce jour étant le jour des négociations annuelles obligatoires sur les salaires, pour lequel une journée nationale de grève est prévue à l’échelle  de l’ensemble du groupe ferroviaire.

Dans la matinée, cent cinquante collègues des ateliers SNCF de Bischheim ont débrayé et se sont réunis en assemblée générale pour discuter, tout comme en gare de Strasbourg, de leurs conditions de travail et de salaire. La grève, c’est un virus que les cheminots veulent bien se transmettre.

Gares de Colmar et Sélestat  :  Grève pour des embauches

Echo d'entreprise
26/10/2021

Les grévistes devant la gare de Colmar

Vendredi 22 octobre, la CGT avait appelé les cheminots des gares de Colmar et de Sélestat à faire grève contre le sous-effectif. La grande majorité des cheminots de l’escale et du guichet était en grève, si bien par exemple qu’à cinq heures du matin la gare de Colmar était encore plongée dans le noir. Le chef d’astreinte n’aurait pas réussi à ouvrir la gare car il n’aurait pas trouvé les clefs, et la direction s’est empressée d’accuser les grévistes de la disparition de la clef…. Pas facile de faire fonctionner une gare sans cheminots !

De même pour les départs de train, des chefs ont remplacé des grévistes et étaient prêts à faire partir des trains dont les portes étaient encore ouvertes, à l’encontre des procédures de sécurité qu’ils sont chargés de faire respecter.

En matinée les grévistes se sont retrouvés en assemblée générale et ont décidé de reconduire cette opération gare morte vendredi 29 octobre.

Usine d’incinération – Eurométropole de Strasbourg :  Comment Séché fait du profit avec des ordures

Echo d'entreprise
19/10/2021

À l’usine d’incinération Sénerval de l’Eurométropole de Strasbourg, il y a trop de déchets pour le nombre de fours en fonctionnement, du coup les déchets s’accumulent et débordent sur le quai de déchargement.

Celui-ci devient sale et glissant, et la semaine dernière deux camions ont connu des incidents car ils ont dérapé. Aussi bien pour les chauffeurs de l’Eurométropole que pour les salariés de l’usine c’est dangereux. La situation est connue pour être problématique depuis longtemps, les incidents techniques sont réguliers.

Cette usine fonctionne dans le cadre d'une délégation de service public. Depuis des années les élus locaux confient l’incinération des déchets de l’agglomération à cette filiale du groupe Séché Environnement, un des leaders du traitement des déchets en France. Depuis des années ni les élus locaux ni les dirigeants de Sénerval ne sont très regardants en ce qui concerne les conditions de travail dans cette usine.

Pas étonnant qu'avec de telles pratiques, la famille Séché, principal actionnaire du groupe, soit parmi les plus riches de France avec selon le magasine Challenges une fortune estimée à 265 millions d'euros en 2021, en hausse de 110 millions par rapport à 2020.