DNA :  Lutte ouvrière part en lutte à Colmar

Article de presse
22/02/2014

Gilles Schaffar, tête de la liste Lutte ouvrière à Colmar.

Il y aura donc au moins cinq listes en lice pour les élections municipales à Colmar. Lutte ouvrière est parvenue à déposer une liste de 49 candidats ; elle sera conduite par Gilles Schaffar. Objectif : « faire entendre les exigences des travailleurs ».

C'est une surprise. Après avoir fait une pause lors du scrutin de 2008, Lutte ouvrière vient de déposer sa liste pour les élections municipales à Colmar. Elle sera conduite par Gilles Schaffar, un enseignant colmarien travaillant à Mulhouse. Le parti trotskiste présentera trois autres listes à Ensisheim, Mulhouse et Strasbourg pour « faire entendre les exigences des travailleurs face à la bourgeoisie et à ses serviteurs politiques ».

Déjà candidat aux élections législatives de 2012 dans la 1re circonscription du Haut-Rhin et aux régionales de 2010, Gilles Schaffar assume cette nationalisation du scrutin municipal. « Nous n'avons pas d'ambition locale », explique le militant. « Notre objectif est de démontrer l'existence d'un mouvement ouvrier d'opposition au gouvernement et à sa politique pro patronale, et de ne pas laisser à la droite et à l'extrême droite le monopole de la contestation ».

Lutte ouvrière ancre sa candidature sur le « terrain du monde du travail ». « Nous pensons que les élections ne peuvent pas changer les conditions des travailleurs. La situation ne changera qu'à partir du moment où il y aura de nouveau des luttes. Pour les préparer, nous invitons tous les travailleurs à nous rejoindre », lance Gilles Schaffar.

« L'enjeu est moins local que d'offrir la possibilité aux travailleurs de combattre le capitalisme avec le bulletin de vote Lutte ouvrière ». LO défendra trois axes : l'interdiction des licenciements, la répartition du travail entre tous et l'échelle mobile des salaires, c'est-à-dire l'indexation des revenus sur l'inflation et la cherté de la vie.

Pour ce faire, Lutte ouvrière semble avoir rencontré moins de difficulté que le Front de gauche pour construire sa liste. « La conscience des attaques d'une ampleur inégalée est suffisamment forte », explique Gilles Schaffar précisant que « beaucoup de sympathisants » lui ont proposé leur soutien. On retrouve notamment Danièle Arnaud à la 32e place, sa suppléante aux législatives de 2012.

Aux municipales de 2001, la liste Lutte ouvrière menée par Christian Rousset avait obtenu 3,87 % (824 voix).

F. By

© Dna, Samedi le 22 Février 2014 / Colmar

Droits de reproduction et de diffusion réservés