L'Alsace :  « Pour que la peur change de camp »

Article de presse
13/05/2012

Gilles Schaffar et Danièle Arnaud, sa suppléante, en train de distribuer des tracts samedi matin dans les rues de Colmar. Photo Denis Sollier

Candidat dans la 1re circonscription, Gilles Schaffar (Lutte ouvrière) veut prolonger à Colmar la campagne présidentielle de Nathalie Arthaud.

« Nous avons les mêmes objectifs que Nathalie Arthaud », candidate pour L.O. (Lutte ouvrière) à la dernière présidentielle.

Gilles Schaffar, 34 ans, et sa suppléante, Danièle Arnaud, entendent donc faire résonner autant que faire se peut les idées des trotskystes dans la 1re circonscription colmarienne détenue par Eric Straumann.

Dans le bilan du candidat sortant, Gilles Schaffarvoit la main de l'UMP qui a oeuvré, selon lui, au détriment des employés et des ouvriers mais en faveur des patrons. « La misère se répand » et les salariés « font les frais de la crise. C'est la classe possédante qui fait supporter le poids de la crise à la population qui travaille. Il faut desserrer l'étau », croit savoir le militant trotskyste qui appelle de ses voeux une mobilisation des travailleurs « pour que la peur change de camp ».

Sa suppléante ne dit pas autre chose : « Les travailleurs doivent manifester dans les luttes sociales, dans les entreprises, dans la rue ». Avec comme objectif ? « Récupérer les acquis sociaux qui nous ont été pris depuis 10 ans ». Le duo n'a pas d'objectif électoral chiffré. Il défend d'abord des idées de « changement », « d'égalité » et entend ne pas laisser « le monopole de l'opposition à l'extrême droite ».

Pas de sauveur suprême

Gilles Schaffar ne fait pas de promesses car à L.O., « il n'y a pas de sauveur suprême ». Le parti estime qu'il est « urgent d'imposer l'interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous sans diminution de salaire » pouvait-on lire sur les tracts de campagne que distribuaient samedi matin le candidat et ses collègues militants. De même qu'il serait « vital d'imposer une augmentation des salaires et des retraites [...], le contrôle des travailleurs sur les comptes des entreprises ».

J.D.K.

-----------------------------

Titulaire : GILLES SCHAFFAR Né à Colmar, le 14 déc. 1978, Professeur de français et d'allemand, à Mulhouse

Suppléant : DANIÈLE ARNAUD, 72 ans, suppléante, Kinésithérapeute à la retraite

© L'alsace, Dimanche le 13 Mai 2012

Droits de reproduction et de diffusion réservés